Icon Sport

RUGBY - TOP 14 - Yann Lesgourgues : "Je crois vraiment au projet de l'UBB"

Lesgourgues prolonge à l'UBB : "Je crois vraiment en ce projet"

Le 28/09/2017 à 18:54Mis à jour Le 28/09/2017 à 19:07

RUGBY - TOP 14 - Le demi de mêlée bordelais Yann Lesgourgues était courtisé par de nombreux clubs, dont le RCT. Finalement, il a choisi de prolonger à l'UBB. Explications.

Votre journal 100% numérique

Abonnez-vous dès 7.90€/mois

Prolonger à l'UBB, était-ce une décision difficile à prendre ?

Yann Lesgourgues : Oui et non. L'UBB est un club ambitieux et je crois vraiment en ce projet que Laurent (Marti) mène depuis quelques années. Je voulais vraiment m'inscrire dans celui-ci. C'est cela qui a fait que j'ai resigné à l'UBB.

Vous êtes soulagé ?

Y.L. : Oui. C'est vrai que j'étais assez stressé ces derniers temps. Je pensais beaucoup à mon avenir. Donc, c'est une bonne chose de faite, un poids en moins. Je peux me consacrer maintenant pleinement au rugby.

Il faut avoir du courage pour dire non à Galthié et Toulon.

Y.L. : C'est comme si je devais dire non à l'UBB, c'est pareil. Toulon a un gros palmarès. Il est dans un nouveau projet avec un nouveau staff. C'est un nouveau cycle, aussi. Je préfère rester sur celui du projet de l'UBB où je connais bien le staff.

Avez-vous eu l'impression qu'il y aurait quelque chose d'inachevé si vous étiez parti ?

Y.L. : Oui, aussi. Ici, il y a un nouveau staff et un nouveau cycle s'est enclenché. Dans la continuité, Laurent (Marti) essaie d'amener de nouvelles personnes... Et je me sens bien ici. Pourquoi partir ? C'était la question que je me posais...

Avez-vous eu peur de vous brûler les ailes ?

Y.L. : Possible. Mais le choix est fait désormais et il n'y a plus de questions à se poser.

Le fait que vous soyez deux au même poste avec Baptiste (Serin), n'est-il pas un frein à votre progression ?

Y.L. : Non. Pour moi, ce n'est pas un frein. La concurrence fait avancer. Cela fait quelques années que je côtoie Baptiste et cette concurrence nous fait avancer, comme à toute l'équipe. A Toulon, sur le papier, j'aurais pu être numéro 1... Ou pas... On n'est pas à l'abri d'une autre arrivée. On connaît les moyens de Toulon et on connaît aussi le président (Mourad Boudjellal). Donc, on n'est jamais à l'abri. J'ai préféré me baser sur ce que j'ai vécu, ce que je maîtrise et ce que je veux faire.

Yann Lesgourgues et Baptiste Serin (Bordeaux-Bègles) - mars 2017

Yann Lesgourgues et Baptiste Serin (Bordeaux-Bègles) - mars 2017AFP

L'équipe de France, vous y pensez ?

Y.L. : On y pense tous. Pour le moment, je me focalise sur le club et sur ma progression personnelle. En tant que sportif et en tant qu'homme.

Votre décision a dû faire des heureux chez les supporters...

Y.L. : J'imagine. J'ai eu droit à une belle sortie à Chaban-Delmas, contre Montpellier.

Ce genre de matches a-t-il été important dans la décision de prolonger ?

Y.L. : Elle était déjà prise avant mais ça l'a confortée.

Qu'est-ce que vous attendez des trois prochaines années à l'UBB ?

Y.L. : Que l'on ait des résultats et que l'on touche le haut du tableau. Je crois sincèrement que l'on peut y arriver...

Comment vous sentez-vous en ce début de saison ?

Y.L. : Super bien. On fait de bons matches à domicile et on verra ce qu'on vaut vraiment à l'extérieur. Pour le moment, on y a fait deux rencontres catastrophiques...

0
0