Getty Images

RUGBY - TOP 14 - Transition ou pas, le Stade français est bien dans le dur

Transition ou pas, le Stade français est bien dans le dur

Le 28/09/2017 à 11:54Mis à jour Le 28/09/2017 à 12:01

TOP 14 - Malgré la volonté des joueurs de balayer la notion d’année de transition, le Stade français doit malgré tout accepter la réalité du classement (13e). Avec une seule victoire en cinq matches, le club parisien s’avance vers une saison périlleuse.

Votre journal 100% numérique

Abonnez-vous dès 7.90€/mois

"Sincèrement, ça me fait énormément chier quand j’entends parler d’année de transition. Ça veut dire que c’est une année où on s’en fout un peu des résultats. Quand on joue au Stade français et qu’on est des compétiteurs, c’est une chose inacceptable." Le ton est sec et sans compromis. A l’instar de leur capitaine Sergio Parisse, les joueurs du Stade français ne veulent surtout pas se laisser endormir par l’idée d’une année de transition. Une approche qui constituerait un véritable piège. Malgré tout, c’est un fait : entre l’arrivée d’un nouveau propriétaire, le Docteur Hans-Peter Wild, et un recrutement en catastrophe, le club parisien a entamé cette nouvelle saison dans l’urgence.

Vidéo - Parisse : "Une année de transition ? Ça me fait chier que l'on dise ça !"

00:41

"Une préparation bricolée", selon Parisse

Et les résultats le rappellent. Avec une seule victoire en cinq matches et déjà deux revers à domicile (face à Lyon et Toulon), le Stade français se traine à la 13e place. Un classement embarrassant. "Il y a des choses, ce ne sont pas des excuses, ce sont des faits. On a eu une préparation un peu bricolée, rappelle Sergio Parisse. Il faut prendre ça en compte. Nous, les joueurs, on ne cherche pas à se cacher derrière ça." Alors faut-il s’inquiéter outre mesure avant le déplacement à Pau ce samedi (18 heures) ? « On sait qu’on peut faire un 1 sur 7, on y pense, reconnaissait dernièrement l’entraîneur des arrières, Julien Dupuy. Mais il ne faut pas qu’on se mette de pression. Cette équipe a toujours su se remettre en question dans les moments compliqués."

"Le nombre de bessés, c'est pesant" (Dupuy)

Ces moments compliqués, ce sont notamment des rencontres disputées sans de nombreux cadres. Avec une quinzaine d’éléments out dont le dernier en date, et pas des moindre, Sergio Parisse (indisponible trois semaines en raison d’une blessure aux ischio-jambiers, ndlr), le Stade français balbutie encore son rugby. "Ce qui nous gêne surtout sur ce début de saison, c’est le nombre de blessés, souffle Julien Dupuy. C’est compliqué pour s’entraîner, pour faire passer les messages. On est toujours entre deux. Des mecs reviennent mais y’en a qui sont à court de compétition, d’autres qui ont déjà beaucoup joué. Mais le nombre de blessés, c’est pesant. Après, de match en match, on aura surement de bonnes nouvelles avec des mecs qui vont rentrer, on espère aussi ne pas en perdre trois par match non plus, et petit à petit l’équipe va se mettre en place."

En coulisses, le projet se structure

0
0