Icon Sport

RUGBY - TOP 14 - Toulon, ce qui a changé depuis l'arrivée de Galthié

Ce qui a changé au RCT depuis l'arrivée de Galthié
Par Rugbyrama

Le 10/10/2017 à 10:48Mis à jour Le 10/10/2017 à 16:36

TOP 14 - Du jeu de mouvement, la génération McDo, l'indiscipline... Trois mois après la prise de fonction de Fabien Galthié et à l'heure de basculer sur la Champions Cup, le moment est venu de faire le premier bilan de l'ère Galthié sur la rade.

Votre journal 100% numérique

Abonnez-vous dès 7.90€/mois

Exclusivité Eurosport Player : Suivez 100% du championnat !

Voir sur Eurosport

Le jeu : du mieux, mais il faut gagner en endurance

Peu aidé par trois changements de manager, le RCT nous avait habitué, depuis un an, à proposer un jeu restrictif. La venue de Fabien Galthié a donc indéniablement rendu cette équipe plus séduisante. Loin du jeu à une ou deux passes proposé sous Richard Cockerill, il n'est désormais plus rare de voir le club toulonnais enchaîner les temps de jeu et laisser la part belle à son triangle d'arrières.

La meilleure illustration ? Le très pragmatique Leigh Halfpenny a été remplacé par Hugo Bonneval, arrière à la relance chaloupée, qui multiplie les attaques de ligne. Et, bien aidé par les très prolifiques Chris Ashton (6 matchs, 4 essais) et Josua Tuisova (5 matchs, 5 essais), le jeu de mouvement prôné par Fabien Galthié prend forme, au grand plaisir des supporters. Maintenant, bien que plus spectaculaire ce "nouveau Toulon" doit encore gagner en régularité.

Souvent splendide pendant 30, 40 ou 50 minutes, jamais les Varois n'ont su conserver ce niveau d'exigence 80 minutes durant. "On doit augmenter notre moyenne, préconise Marc Dal Maso. Pour ça, on doit simplement travailler physiquement et plus qualitativement pour éviter ces trous d'airs. Peut être qu'il faut qu'on apprenne à gérer sur nos périodes de possession. Depuis le début de saison, on joue pendant 30 minutes à fond, et il faut peut être une gestion, au pied par exemple." Et donc commencer moins fort les rencontres ? "Pas du tout, il faut simplement apprendre à gérer nos temps forts. Être plus efficaces, marquer et ce sera plus simple quant arriveront les temps faibles."

La marge de progression : la discipline

Mais au-delà de la régularité et de leur capacité à enchaîner 80 minutes de même niveau, s'il est véritablement un secteur où le RCT doit rapidement progresser, c'est la discipline. Dans le match pendant une demi-heure à Clermont, deux cartons jaunes distribués à Ma'a Nonu et Romain Taofifenua faisaient basculer la rencontre en faveur des Auvergnats. Face à Montpellier, un carton distribué à Mamuka Gorgodze alors que le RCT venait de recoller à 24-20, permettait aux Héraultais de se faire la malle.

Lors de la réception de Toulouse, c'est un coup d'épaule donné hors du jeu par Van der Merwe, suivi d'une biscotte, qui donnait la possibilité aux Haut-Garonnais de s'offrir une fin de match à suspens. Même constat contre l'UBB où, un carton jaune distribué à Laurent Delboulbès coûtait trois essais au RCT. Et s'ils ne font pas preuve d'une indiscipline excessive dans le jeu courant (en attestent les sept fautes commises contre Bordeaux), c'est davantage les cartons jaunes qui pénalisent le RCT cette saison.

Laurent Delboulbès - Toulon

Laurent Delboulbès - ToulonEurosport

Les résultats : Dans les temps de passage

Pas de round d'observation pour le RCT cette saison. S'il est devenu courant d'affirmer qu'il n'y a plus de "petites équipes" en Top14, Toulon a été tout particulièrement gâté en ce début de saison. En affrontant d'entrée de championnat trois favoris et quatre sérieux outsiders, Toulon a rapidement eu l'occasion de se jauger. Résultat ? Les Toulonnais trustent, avec 19 points, la sixième place du Top14, ont remporté leurs trois matchs à domicile (Pau, Toulouse et Stade rochelais), ramené deux bonus défensifs à l'extérieur (Clermont et UBB) et une victoire bonifié de Paris.

Finalement, le seul match duquel les Varois sont revenus bredouilles fut le déplacement à Montpellier. Pour un RCT en construction, nul doute, qu'à l'heure de basculer sur la Champions Cup, l'on se contentera de ces 19 points. Désormais, après une coupure européenne, les joueurs de Fabien Galthié devront confirmer ce bon début de saison avec une réception de Brive (14e) et un déplacement à Agen (13e) lors des deux prochaines journées de Top14. L'occasion de conforter leur place dans le Top 6.

Fabien Galthié et Mourad Boudjellal (Toulon) - 3 juillet 2017

Fabien Galthié et Mourad Boudjellal (Toulon) - 3 juillet 2017Icon Sport

Les joueurs : Bastareaud, grand frère de la "génération McDo"

Si un XV type se dégage clairement en ce début de saison, Fabien Galthié s'est appuyé sur plusieurs recrues (Chris Ashton, Facundo Isa et Hugo Bonneval en tête), sur les cadres de la saison passée (notamment Guilhem Guirado, Marcel Van der Merwe, Romain Taofifenua et Josua Tuisova) et a donné du temps de jeu à la génération biberon, que Marc Dal Maso s'amuse à surnommer "la génération McDonald's" (Anthony Belleau, Emerick Setiano ou Swan Rebbadj). Mais la vraie révolution de Fabien Galthié fut de donner le brassard de capitaine à Mathieu Bastareaud.

Sur la lancée de la saison passée le centre toulonnais, qui était déjà un véritable leader toulonnais, s'est définitivement transformé en grand frère du vestiaire. Car si Fabien Galthié a décidé de rajeunir son équipe, "Basta" a été un précieux relais sur le terrain. Toujours à distiller des conseils, à rassurer et à complimenter les minots, le nouveau capitaine semble avoir franchi un cap. Bienveillant, décomplexé et plus souriant que par le passé, Mathieu Bastareaud multiplie les performances trois étoiles. Alors que Malakai Fekitoa devrait arriver le 1er novembre, l'international français a décidé de vendre chèrement sa peau, au plus grand plaisir du RCT.

Par Pierrick Ilic-Ruffinatti

Mathieu Bastareaud (Toulon)

Mathieu Bastareaud (Toulon)Icon Sport

0
0