Icon Sport

RUGBY - TOP 14 - MHR - Raconte-moi ton essai... Fulgence Ouedraogo !

"Cruden ? On s'attend à ce qu'il gagne son duel et sorte un offload !" Ouedraogo raconte son essai
Par Rugbyrama

Le 04/10/2017 à 16:05

TOP 14 - A la conclusion d'un joli mouvement collectif et d'un offload d'Aaron Cruden lors de la large victoire de Montpellier contre Brive (52-10), Fulgence Ouedraogo nous raconte ses sensations et comment il s'adapte au style de jeu du nouvel ouvreur du MHR.

Votre journal 100% numérique

Abonnez-vous dès 7.90€/mois

Exclusivité Eurosport Player : Suivez 100% du championnat !

Voir sur Eurosport

Fulgence, racontez nous cette 69e minute et cet essai que vous inscrivez au terme d'un mouvement collectif.

Fulgence Ouedraogo : En réalité, je n'ai pas eu grand-chose à faire pour marquer cet essai. Il y a d'abord un gros travail d'Aaron (Cruden) qui passe entre deux joueurs et qui sort un offload pour me permettre de marquer. Et avant ça, il y a eu une bonne séquence collective où mes partenaires ont trouvé de l'avancée et déséquilibré l'équipe de Brive. Ça part d'une touche et d'un lancement programmé.

Comment le troisième ligne que vous êtes, se retrouve en bout de ligne sur cette action ?

F.O. : C'est le jeu. On essaye d'être dangereux sur l'ensemble du terrain et pour ça il faut prendre la largeur. Cette fois, c'est moi qui me suis retrouvé dans cette position là, pour étirer la défense et pouvoir être dangereux sur toute les zones du terrain.

Lorsque Cruden attaque la ligne, vous attendez-vous à ce qu'il réalise un offload ?

F.O. : Oui, oui, car avec ce genre de joueur on s'attend toujours à ce qu'il puisse gagner son duel et sortir un offload. Du coup, il faut toujours être attentif.

Est-il simple de lire le jeu d'un joueur si fantasque ?

F.O. : Ce n'est pas tant la lecture de son jeu qui importe que ce qu'il amène sur le terrain à la fois par son organisation et sa manière de gérer notre équipe. Il conseille, il place les joueurs pendant le match, il est très précis sur ce qu'il demande, donc forcément c'est un plus pour notre équipe. Et si on répond à ses attentes, on sait qu'on trouvera des solutions.

Aaron Cruden (Montpelier) face à Agen - 26 août 2017

Aaron Cruden (Montpelier) face à Agen - 26 août 2017Icon Sport

Que ressentez-vous au moment d'aplatir ?

F.O. : C'est toujours un plaisir de marquer un essai. Surtout à domicile, devant son public. C'est un moment d'euphorie, une sensation agréable. Pour moi c'est un bonus parce qu'on va dire que je ne marque pas très souvent. Parmi ceux que j'ai marqués, celui qui me caractérise le mieux, je pense, c'est l'essai en soutien (contre Grenoble l'an dernier). Pourquoi ? Car j'étais au soutien d'un trois-quart et c'est ce qui est désormais demandé aux troisièmes ligne.

" L'essai de par François Trinh-Duc en Nouvelle-Zélande, en 2009 (...) c'était quelque chose de fantastique"

Quel est l'essai dont vous êtes le plus fier ?

F.O. : Je dirais celui que j'ai inscrit la seule fois où j'ai joué à la Mosson, pour le premier match de Heineken Cup de Montpellier contre le Leinster. C'était un moment très fort.

Enfin, quel est l'essai que vous rêvez d'inscrire ?

F.O. : Me proposer en bout de ligne et être à la conclusion d'un beau mouvement collectif, où la quasi-totalité de l'équipe a touché le ballon, pourrait être incroyable. Car justement, voir le ballon en mouvement, avec des joueurs qui proposent des solutions et qui peuvent tous aller à dame, c'est ce qui fait qu'on aime ce sport. Sinon, je pense également à un essai qui m'a marqué. C'est celui inscrit par François Trinh-Duc en Nouvelle-Zélande, en 2009, après un départ de Louis Picamoles derrière une mêlée. Bien lancé, il relève le ballon pour François qui casse trois ou quatre plaquages contre les All Blacks avant de marquer. Puis on gagne le match là-bas, donc c'était quelque chose de fantastique. À lui seul, il a quasiment passé en revue toute la défense de la Nouvelle-Zélande, vous imaginez ?

Propos recueillis par Johan Cailleux

0
0