AFP

RUGBY - TOP 14 - Laurent Marti : "Nous sommes plus rapides, plus pragmatiques"

Marti : "Nous sommes plus rapides, plus pragmatiques"

Le 25/10/2017 à 07:36Mis à jour Le 25/10/2017 à 08:36

TOP 14 - Le président bordelais revient sur la défaite à domicile face à Newcastle, en Challenge Cup, le début de championnat de l'UBB et l'évolution du jeu girondin, ainsi que l'actualité FFR-LNR.

Votre journal 100% numérique

Abonnez-vous dès 7.90€/mois

L'UBB s'est inclinée sur sa pelouse en Coupe d'Europe face à Newcastle. Est-ce un coup d'arrêt ?

Laurent Marti : En tout cas, une profonde déception… Nous voulions jouer cette Coupe d'Europe à fond, je l'avais dit clairement. Cette équipe de Newcastle a parfaitement exploité notre carton jaune (Dubié, fin de première période, NDLR). Elle a marqué tout de suite un bel essai, elle a pris le score, puis elle a fait de l'occupation, très bien d'ailleurs, en profitant de toutes nos erreurs. Mais je pense que tout n'est pas à jeter dans ce match, notre première période a été de qualité et puis, je regrette que l'arbitre ait "oublié" deux cartons jaunes pour nos adversaires, le premier sur un grattage près de leur ligne, le second sur un plaquage retourné.

Le championnat reprend ses droits. L'UBB est cinquième avec cinq victoires en sept matches, vous devez être heureux, vous que l'on sentait assez mesuré en début de saison, non ?

L. M. : Attention, qu'est-ce que j'ai dit ? J'ai dit qu'il ne fallait pas penser au Top 6 car avec la dixième masse salariale de France, ceci aurait été très prétentieux ou totalement irréaliste. Mais je dis aussi depuis le début que nous travaillons bien, que si notre recrutement n'a pas concerné de vedettes, il a été bien ciblé. Alors, je suis plutôt confiant, en plus le jeu que nous prônons, davantage basé sur un certain impact physique est plutôt au rendez-vous. Nous sommes un peu plus rapides, plus pragmatiques.

" Nous n'arrivons pas à trouver le soutien populaire espéré au Matmut Atlantique"

Un autre bloc va commencer, avec deux déplacements…

L. M. : Oui, au Racing et à Toulouse et ensuite nous recevrons deux équipes moins bien classées, Brive et Agen. J'ai toujours dit : méfiance car novembre s'annonce difficile, nous avons des blessés et nous aurons des sélectionnés. Il faudra donc faire très attention.

S'il doit y a avoir un point noir en ce début de Top 14, c'est le relatif échec populaire du match UBB-Toulon au Matmut Atlantique. 21 678 spectateurs, est-ce décevant ?

L. M. : Oui, c'est incontestable. Nous n'arrivons pas à trouver le soutien populaire espéré dans cette arène. Les gens n'arrivent pas à se l'approprier. Il faudra en tirer des conclusions, même s'il reste deux matchs contre Toulouse et La Rochelle, nous verrons bien combien de spectateurs ils attireront. En revanche, contre Newcastle, à Chaban-Delmas, il y avait 17 000 spectateurs, ce qui est magnifique pour un match de poule de Challenge.

Sur le plan des institutions, où en sont les bisbilles entre la FFR et la LNR ?

Le fait que les Barbarians soient désormais le deuxième sélection du rugby français montre bien que nous sommes dans une phase d'apaisement. Je pense que Beranrd Laporte et Paul Goze sont deux personnes qui aiment autant le rugby français. Après une période difficile, les choses vont beaucoup mieux et ceci depuis plusieurs mois d'ailleurs, cela a commencé avant l'été. C'est vrai que cela a commencé durement... le nouveau pouvoir à peine élu, nous a agressé, mais il a trouvé en face de lui des gens qui avaient déjà fait des choses et qui n'allaient pas se laisser impressionner.

0
0