Icon Sport

RUGBY - TOP 14 - L'UBB est-il lancé ?

L'UBB est-il lancé ?

Le 27/09/2017 à 12:18Mis à jour Le 27/09/2017 à 12:24

TOP 14 - Après des résultats en dents de scie, l’UBB veut s’appuyer sur son succès convaincant contre le MHR (47-17) pour aller glaner, à Oyonnax, une première victoire à l’extérieur.

Votre journal 100% numérique

Abonnez-vous dès 7.90€/mois

La fête aura été belle. Samedi dernier, l'UBB réglait son compte au leader invaincu du Top 14, en lui inscrivant la bagatelle de 5 essais. Dés lundi, les cotillons n'étaient pourtant plus de mise à Moga, le centre d'entraînement bordelais, où les joueurs et le staff préparaient le match à Oyonnax. Un match qui, ils l'espèrent, pourrait bien être celui du premier succès à l'extérieur des Girondins. Laurent Marti, président avisé, avait vu juste samedi soir après la rencontre et se projetait déjà vers l'Ain : "Il faut qu'on dépasse la réaction d'orgueil et qu'on arrive à enchaîner les performances, ce que l'on n'a pas fait jusqu'à présent." Car oui, il y a eu l'orgueil des Bordelo-béglais, vexés par la gifle à 40 points reçue à Lyon, mais il y a eu aussi deux ou trois facteurs qui font croire que cette équipe peut aller chercher à Charles-Mathon la victoire à l'extérieur qu'elle n'a plus connue depuis le 15 avril dernier, contre Brive.

Intensité, Hickey à 100% et internationaux en forme

Le premier de ces facteurs : un match bien maîtrisé durant deux mi-temps. "La conquête était très bonne. On n'a rien lâché en défense, souriait samedi Nans Ducuing. Même dans les moments difficiles. On a su remettre des points quand ils revenaient dans le match." Ce match réussi collectivement, les joueurs de l'UBB le doivent à une intensité dans l'effort et à une agressivité continue en conquête qui ont bousculé les joueurs héraultais. Vern Cotter le reconnaissait lui-même : "On a été surpris par la vitesse d’exécution de l'équipe de Bordeaux." Cette rencontre pourrait bien être le révélateur des réelles possibilités bordelaises.

Simon Hickey a fait plier Montpellier

Simon Hickey a fait plier MontpellierIcon Sport

Autre facteur, "la copie presque parfaite" de Simon Hickey, dixit Jacques Brunel. L'ouvreur a su parfaitement gérer le jeu de l'UBB, alternant jeu au large, franchissements et retours vers ses avants, au gré des joueurs qui se rendaient disponibles à proximité. Auteur de 27 points et d'un 9 sur 9 aux tirs au but, le petit n°10 néo-zélandais constitue une arme nouvelle pour les Bordelo-béglais. Enfin, comment ne pas remarquer les retours des cinq internationaux français qui, petit à petit, retrouvent leurs sensations, en prenant des minutes de jeu. Loan Goujon a marqué un essai. Clément Maynadier a été de tous les combats. Jefferson Poirot, entré en 2e mi-temps, a amené son dynamisme au cœur du jeu et fait plier Watremez. Baptiste Serin a su gérer le petit coup de barre de l'UBB et enfin Nans Ducuing a été resplendissant à l'arrière. Ce regain de forme, prévisible après leurs grosses préparations physiques, donne à l'UBB de nouveaux arguments.

" Il faut garder ce niveau d'exigence pour exister dans ce top 14"

De plus, les cinq Bleus connaissent désormais mieux les différentes options de jeu demandées par le trio Brunel-Davidson-Teague. Le talonneur Adrien Pelissié décrit aussi les bienfaits retirés du dernier match : "Notre fil rouge, c'est le match de Montpellier. C'est quand même un match qui va compter dans la saison... Il faut garder ce niveau d'exigence pour exister dans ce top 14." Et les joueurs peuvent compter sur le staff pour le leur rappeler. "Chaque semaine, que tu joues contre une grande ou une petite équipe, il est nécessaire de jouer avec la même envie, la même rigueur" martelait Rory Teague, lundi dernier. Premier signe, l'entraînement de lundi après-midi a été annulé. De quoi régénérer des joueurs qui ont beaucoup donné à Chaban-Delmas. Pour l'emporter sur le synthétique d'Oyonnax et prolonger l'état de grâce, il faudra se donner autant que face à Montpellier, si ce n'est plus...

0
0