Getty Images

RUGBY - TOP 14 - L'antisèche : La Rochelle s’est sortie du piège toulousain

L'antisèche : La Rochelle s’est sortie du piège toulousain

Le 29/10/2017 à 19:14Mis à jour Le 29/10/2017 à 19:36

TOP 14 - Gênés par des Toulousains batailleurs à l’extrême dans les zones de ruck, les Maritimes se sont imposés 37-21 mais ont laissé échapper le bonus offensif dans une ambiance électrique, marquée par l’expulsion du deuxième ligne William Demotte.

Votre journal 100% numérique

Abonnez-vous dès 7.90€/mois

Le match : la guerre du sol n’a pas suffi

Jeu de main, jeu de toulousain, dit le vieil adage. Même si celui-ci est apparu quelque peu éculé ce week-end… Face à des Rochelais jamais tant à leur aise que lorsqu’ils parviennent à imposer de la vitesse à leur jeu, les Haut-Garonnais avaient fait le pari de la bataille totale dans les rucks, afin de ralentir au maximum le jeu adverse. Un pari qui s’est presque avéré payant en première période où, à part sur l’essai de Forbes, le plan toulousain s’était montré plutôt efficace, avec pas moins de trois ballons récupérés sur des contre-rucks et des sorties systématiquement ralenties pour Alexi Bales.

Lors du second acte, les Rochelais se mirent à trouver des solutions dans l’axe (dans le sillage des passes après contact délivrées par Botia, Vito ou encore Murimurivalu) qui permirent notamment à Sinzelle de franchir la ligne. Toutefois, c’est alors que les Maritimes semblaient avoir fait le plus dur que ces derniers perdirent pied, frustrés par l’essai de Dupont puis par celui refusé à Botia, jusqu’au carton rouge infligé à William Demotte. Les Rochelais allant jusqu’à perdre définitivement tout espoir de victoire bonifiée après l’essai en coin de Sébastien Bezy, quand bien même celui de Boughamni à dix minutes de la fin eut le mérite de redonner de l’ampleur au score (37-21).

L’action : combinaison parfaite pour l’essai de Forbes

Certes, c’est bien le talonneur rochelais Hikairo Forbes qui s’est offert le premier essai du match, sur un bon relais à un mètre de l’en-but. Mais s’il fallait décerner des lauriers, ce serait bien aux trois-quarts jaune et noir dont le lancement de jeu mystifia totalement la défense toulousaine. Bien emmené par un double leurre de Murimurivalu et Jordaan, la combinaison permit en effet d’ouvrir l’intervalle entre leur ex-coéquipier Zack Holmes et Florian Fritz pour placer Doumayrou dans le trou, avant de voir le mouvement relayé tout en vitesse par Jordaan sur quarante mètres, jusqu’à arriver à un petit mètre de l’en-but. Forbes n’ayant alors plus qu’à plonger pour conclure.

Alexi Bales (Stade rochelais) poursuivi par Antoine Dupont (Stade toulousain) - Top 14 (29 octobre 2017)

Alexi Bales (Stade rochelais) poursuivi par Antoine Dupont (Stade toulousain) - Top 14 (29 octobre 2017)Getty Images

Le facteur X : la filouterie de Balès

On ne rappellera jamais combien la connaissance de la règle constitue un atout pour les joueurs de tout niveau. Et de haut, d’autant plus… A ce titre, même si les Rochelais ont alterné le bon et le moins bon (à l’image de Jérémy Sinzelle réclamant à Jérôme Garcès de s’éviter de taper en pénaltouche après une pénalité sur hors-jeu), le demi de mêlée Alexi Bales a fait étalage de sa malice, en tendant le bras pour aplatir contre la protection du poteau un essai évidemment tout à fait valable. Un essai d’autant plus important qu’il était synonyme de bonus offensif… Du moins pendant trois minutes, jusqu’à celui de Dorian Aldegheri, après un énorme travail d’Antoine Dupont.

La décla : Gabriel Lacroix (ailier de La Rochelle)

" On a vraiment retrouvé le grand Toulouse. Cela a donné un beau match, très engagé, avec du beau jeu"

La question : pourquoi l’essai de Botia a-t-il été refusé ?

Le public rochelais, en quête de bonus offensif, a évidemment manifesté avec bruit son mécontentement lorsque M. Garcès refusa un essai à Levani Botia peu avant l’heure de jeu, après que celui-ci avait plaqué Thomas Ramos devant son en-but, puis arraché le ballon à l’arrière toulousain. Toutefois, c’est la bonne décision qu’a pris l’arbitre international après arbitrage vidéo. Tout simplement parce qu’après avoir plaqué Ramos,

Botia aurait dû relâcher son adversaire, puis se relever avant de disputer le ballon. Qui plus est après avoir fait le tour de Ramos pour revenir dans son camp… Aucune de ces trois conditions n’ayant été réunie, c’est en toute logique que l’arbitre béarnais a refusé l’essai du monstre fidjien. Quand bien même, dans l’esprit du jeu, son bel effort aurait peut-être mérité un meilleur sort. C’était en tout cas, évidemment, le point de vue du public de Deflandre, plus déchaîné que jamais après le carton rouge infligé à Demotte.

0
0