Icon Sport

Le Racing 92 prend déjà ses marques à la U Arena

Le Racing 92 prend déjà ses marques à la U Arena

Le 06/12/2017 à 16:30

Les Racingmen ont connu ce mercredi leur toute première séance d’entraînement à la U Arena. L’occasion pour eux de prendre quelques marques à seize jours d’y disputer leur premier match face au Stade toulousain.

Votre journal 100% numérique

Abonnez-vous dès 7.90€/mois

La U Arena a donc été la première salle de spectacle à rendre hommage à Johnny Hallyday, emporté par la maladie dans la nuit de mardi à mercredi. Il est 10h08, les Racingmen terminent d’enfiler tenue quand le volume de la sonorisation monte dès les premières notes d’ "Allumer le feu". Un joli clin d’œil, et, en un instant, une pensée, furtive, celle que le rocker préféré des Français aurait rempli jusqu’à la gueule ce bijou flambant neuf, bien plus que les réceptions de Brive et d’Agen réunies dans quelques semaines.

Quatre minutes de nostalgie avant l’entrée en piste des joueurs, Eddy Ben Arous en tête, pressés de se mouvoir sur la softgrass nanterrienne. Celle-là même ou les Bleus se sont pris les pieds dans le tapis onze jours plus tôt contre les Japonais (23-23). Et pour les Ciel et Blanc, le plaisir de pouvoir s’entraîner en musique avec, en fond, une playlist plus Roy Jones Junior que Johnny élaborée par le duo Yannick Nyanga – Ben Tameifuna. Parce que, comme elle l’a été voulue par Jacky Lorenzetti, la U Arena est bien une salle de spectacle où on peut jouer au rugby.

Le président de Vannes en spectateur

Au-delà du côté ludique et confortable pour les joueurs, dans une enceinte chauffée aux antipodes de l’effet glacière du centre d’entraînement du Plessis-Robinson, cette séance délocalisée, première d’une série à la fréquence d’une à deux fois par semaine, a avant tout été souhaitée par le staff francilien pour habituer les troupes à leur futur "chez eux". En somme, comme on accompagne les bébés avant leur entrée en crèche quelques heures, avant de les y laisser toutes les semaines suivantes.

Le temps d’appréhender la pelouse synthétique mais également l’éclairage, le super écran géant et le toit fermé, et d’avoir ainsi un peu d’avance sur le Stade toulousain, qui découvrira tout ça sur le tas le 22 décembre. Cette prise de contact concrète s’est faite à huit clos, avec pour seul public quelques journalistes et Olivier Cloarec, président du RC Vannes, invité en région parisienne par Jacky Lorenzetti pour définir les contours d’un partenariat avec son club. L’absence de spectateurs - même s’il y a rarement marée humaine au Plessis-Robinson – a peut-être permis aux Racingmen de se recentrer sur eux-mêmes après être passés à côté du derby francilien (27-17). L’autre objectif de cette semaine de découverte pour le groupe altoséquanais.

0
0