Getty Images

L'antisèche : Toulouse rigole, Paris dégringole

L'antisèche : Toulouse rigole, Paris dégringole
Par Rugbyrama

Le 17/09/2017 à 08:45Mis à jour Le 17/09/2017 à 08:58

TOP 14 - Auteurs de sept essais (contre un encaissé), les Toulousains se sont offerts un véritable festival offensif face au Stade français, dans un clasico qui n'en avait que le nom.

Votre journal 100% numérique

Abonnez-vous dès 7.90€/mois

La question : Ce match valide-t-il le début de saison toulousain ?

Les premières sorties de la saison toulousaine étaient prometteuses, tant dans le jeu que sur le plan comptable. Mais il manquait encore une rencontre référence pour permettre aux hommes d'Ugo Mola de franchir un cap et confirmer les belles intentions. C'est chose faite. "Cette victoire valide notre bon début de saison, assure ainsi Thomas Ramos. On fait un très bon match, malgré les quinze premières minutes de la deuxième mi-temps qui sont moins bonnes, et on prend le bonus offensif."

Avec sept essais inscrits et surtout un récital offensif, le Stade toulousain a donc assumé sa mutation de l'intersaison et marqué les esprits. Surtout, en effectuant encore de nombreux changements dans sa composition, le staff a entretenu la concurrence au sein du groupe. Tous les feux sont donc au vert et l'équipe d'Ugo Mola se positionne dans le haut du classement.

La décla : Jules Plisson (ouvreur du Stade français)

"Quand on perd 25 ballons dans un match, on ne peut pas espérer gagner, surtout à l'extérieur. D'autant que les Toulousains ont su scorer dessus. C'est dommage parce que nous avons réussi à les mettre en difficulté, le fait que nous soyons revenus à 10 points à la 60e minute de jeu en témoigne... Mais nous avons perdu trop de munitions bêtement. Il va falloir arrêter de dire que c'est le début du championnat et qu'il reste du temps, même si c'est vrai. Il n'y a pas d'urgence pour l'instant, mais ce sera le cas si nous perdons à domicile contre Toulon la semaine prochaine."

Vidéo - VIDEO - Plisson : "Ça fait mal d'en prendre 50"

00:57

L’action de la rencontre

C'est l'une des dernières du match, à la 78e minute, qui a conduit à l'ultime essai toulousain mais elle est révélatrice des velléités offensives des locaux. Sur un énième ballon de récupération dont se sont nourris les coéquipiers de Joe Tekori, Zack Holmes raffûtait un adversaire le long de la ligne de touche avant de retrouver Maxime Médard, lancé, à son intérieur. L'ailier, en pleine vitesse, résistait aux Parisiens autour de lui, puis à une tentative de cuillère, pour recentrer sa course et la terminer sous les poteaux du Stade français.

Maxime Médard, arrière de Toulouse

Maxime Médard, arrière de ToulouseIcon Sport

Le facteur X : Thomas Ramos

Plusieurs Toulousains ont brillé samedi, mais comment ne pas souligner la performance de Thomas Ramos ? À lui seul, il a inscrit 26 des 53 points des siens. Bien sûr, il faudra se souvenir qu'il a raté deux pénalités dans ses cordes en fin de première mi-temps mais il a aussi converti des coups de pied en coin.

Surtout, au-delà de sa réussite face aux poteaux, l'arrière a été décisif en défense en sauvant un essai en coin de Julien Arias puis s'est montré à son avantage dans le jeu en trouvant des brèches dans la défense adverse et en s'offrant la bagatelle de deux essais personnels (25e et 75e). L'intéressé se dit heureux : " Je suis content d'évoluer dans ce club, à ce poste d'arrière, et je prend beaucoup de plaisir avec ou sans le ballon. J'aime le jeu de mouvement qu'on propose et je me sens très à l'aise."

Djibril Camara et Julien Arias (Stade français) - 15 avril 2017

Djibril Camara et Julien Arias (Stade français) - 15 avril 2017AFP

La stat : 54

Si le score est lourd pour les Parisiens, il ne s'agit pas de la plus lourde défaite à l'extérieur subie par les joueurs de la capitale depuis la création du Top 14 en 2005. Le Stade français avait ainsi encaissé 54 points à Montpellier le 30 décembre 2012 (54-16). Et il faut remonter à près de trois ans pour trouver la trace d'un autre revers à l'extérieur de plus de 50 points : c'était le 8 novembre 2014, quand ils s'étaient inclinés 51-9 sur la pelouse de Clermont.

L’essai : Antoine Dupont (62e)

Il fut extrêmement important. À la 62e minute, les Toulousains avaient laissé échapper leur point de bonus offensif quand ils optaient pour une mêlée fermée à cinq mètres de l'en-but parisien. Derrière un bon travail des avants, le ballon était sorti proprement par Carl Axtens qui servait Antoine Dupont. Ce dernier feintait la passe puis démarrait sa course. Grâce à sa puissance individuelle, il parvenait à faire reculer ses adversaires et à allonger le bras pour aplatir. L'essai qui allait totalement relancer les siens.

Antoine Dupont face au Stade français

Antoine Dupont face au Stade françaisGetty Images

Par Jérémy Fadat et Emilie Dudon

0
0