AFP

Top 14 - Suspension de l'Altrad Stadium : la LNR répond au MHR

Suspension de l'Altrad Stadium : la LNR répond au MHR

Le 09/06/2017 à 11:19Mis à jour Le 09/06/2017 à 11:20

TOP 14 - Après la publication du communiqué de Montpellier jeudi concernant les sanctions infligées par la Commission de Discipline et des Règlements, la Ligue a voulu apporté de nouvelles précisions notamment sur la suspension de l'Atrad Stadium et la non-intervention du président Paul Goze dans ce dossier.

Votre journal 100% numérique

Abonnez-vous dès 7.90€/mois

Le communiqué que la Ligue nous a fait parvenir

"Concernant le communiqué envoyé ce jour par le MHR en réaction aux sanctions prononcées par la commission de discipline à l’encontre du club, la LNR rappelle qu’elle respecte la position du club de contester les décisions de cette commission.

Cependant elle tient à porter à votre connaissance deux précisions importantes :

- La suspension du terrain est la conséquence mécanique de la révocation du sursis, dans le respect du délai de 3 ans, prononcé à l’encontre du Montpellier Hérault Rugby par la Commission de discipline et des règlements lors d’une précédente décision, du 18 février 2015, également relative à un incident de sécurité (« Incidents survenus dans l’enceinte de jeu » en raison des projectiles lancés sur le terrain en direction d’un joueur et des officiels de match au cours de la rencontre). Contrairement à ce qui est écrit dans le communiqué du MHR, la commission de discipline n’a donc pas sanctionné d’un match de suspension le MHR au motif de "utilisation de moyens d’amplification visuelle dans l’intention de provoquer la haine ou la violence ou de favoriser l’excitation du public".

- Contrairement à ce qui est également écrit dans le communiqué du MHR, le président de la LNR n’a jamais demandé de "sanctions exemplaires de la part de la Commission de discipline à l’encontre du MHR". Parce qu’il était directement concerné par ce dossier "banderoles", il n’a pas souhaité intervenir et a demandé au comité directeur de la LNR de traiter le dossier en direct. C’est donc le comité directeur qui a pris l’initiative de demander à l’unanimité la saisine de la commission".

0
0