Icon Sport

TOP 14 - Stade français : "Geoffrey Doumayrou jouerait avec les All Blacks"

"Si Doumayrou était Néo-Zélandais, il jouerait avec les All Blacks"

Le 30/11/2016 à 18:41

TOP 14 - Eloigné des terrains depuis le 8 octobre (déchirure aux ischio-jambiers), Geoffrey Doumayrou devrait faire son retour à la compétition samedi face à Bayonne. Décisif en début de saison, le centre du Stade français présente un des profils les plus talentueux du Top 14 mais reste aux portes du XV de France. Pour quelles raisons ? L’ancien Montpellierain est-il tout simplement sous-côté ?

"Il y a aussi le jeune Doumayrou à Montpellier. J’aime bien ce qu’il fait…" Mars 2010, Marc Lièvremont savoure le Grand Chelem décroché par le XV de France dans le Tournoi des 6 Nations. En aparté, l’ancien sélectionneur se projette déjà sur la tournée de juin face à l’Afrique du Sud (42-17) et à l’Argentine (42-10) en énumérant quelques joueurs du Top 14 susceptibles de rejoindre le groupe France.

Très vite, le nom de Geoffrey Doumayrou, alors âgé de 19 ans, surgit dans la conversation. Et puis plus rien. Le Montpelliérain ne s’envolera pas pour l’hémisphère Sud. Mais depuis ses débuts en équipe première sous les couleurs du MHR (2008-2009), le trois-quarts centre formé au Pic Saint-Loup a souvent été cité pour son incontestable talent.

" Mes prestations ne sont pas forcément regardées comme elles devraient l’être... "

Espéré samedi soir face l’Aviron bayonnais (18h30) après sept semaines d’indisponibilité (blessure aux ischio-jambiers), le Parisien (1,86 m ; 94 kg) avait signé jusque-là un début de saison foudroyant (trois essais en sept matches). "C’est parce que je marque des essais qu’on parle plus de moi mais mes matches n’étaient pas moins bons avant", coupe-t-il. "Au poste de centre, c’est plus difficile de se faire remarquer qu’à l’ouverture ou à l’arrière. Après, c’est sur que je me sens bien dans mon corps, bien dans ma tête".

A 27 ans, l’ex pensionnaire du Pôle France et de la fameuse promotion Albert Ferrasse (2007-2008), d’où sont sortis Alexandre Dumoulin, Benjamin Fall, Alexandre Flanquart, Alexandre Lapandry, Rabah Slimani ou bien encore Sofiane Guitoune, semble totalement épanoui.

Geoffrey Doumayrou (Stade français)

Geoffrey Doumayrou (Stade français)Icon Sport

Et la présence du technicien kiwi Greg Cooper au chevet des trois-quarts parisiens y est pour beaucoup. "Son arrivée m’a fait du bien", nous confie-t-il. "Dans le jeu de ligne, c’est exactement ma vision du rugby. Les prises d’initiatives sont plus importantes pour jouer des situations comme les Néo-Zélandais le font. Ce n’est pas comme en Top 14 où tout est programmé. C’est comme ça que je jouais à Montpellier. Il y a davantage de lecture de défense. Offensivement, on me voit plus avec ce nouveau système. Je suis performant là dedans et au jour le jour, on prend du plaisir à venir à l’entraînement".

Un plaisir qui balaye ses premières saisons au Stade français où la frustration de ne pas toucher beaucoup de ballons l’emportait.

" Sérieusement, je ne comprends pas qu’il ne soit pas appelé en équipe de France (Greg Cooper)"

Perfectionniste acharné, un brin râleur, un caractère qui tranche et ne fait pas toujours l’unanimité, Geoffrey Doumayrou ne laisse rien au hasard. Comme son idole, la légende du XV du Trèfle Brian O’Driscoll. Et son addiction au poste de centre est profonde. "J’aime ce poste", insiste-t-il. "On décortique le jeu ! Dans la défense collective, c’est un des postes les plus compliqués. Offensivement, il faut faire jouer les autres. C’est un poste ultra complet !"

Geoffrey Doumayrou (Stade français) - 24 janvier 2016

Geoffrey Doumayrou (Stade français) - 24 janvier 2016Icon Sport

Un poste où "Doum" n’a pas beaucoup d’égal français. "C’est un trois-quarts centre de classe mondiale", souligne Greg Cooper, ancien arrière des All Blacks (7 sélections entre 1986 et 1992).

"Il n’y a pas de débat possible là-dessus. Sérieusement, je ne comprends pas qu’il ne soit pas appelé en équipe de France. S’il était Néo-Zélandais, il jouerait avec les All Blacks. Pour moi, il possède ces trois qualités que l’on retrouve chez les grands joueurs. Il a des qualités techniques au-dessus de la moyenne. Il est très habile balle en mains. C’est un joueur intelligent qui comprend, qui sent le jeu. Comme les joueurs néo-zélandais, il a cette vision des espaces pour jouer juste. Et il a un incroyable mental, il est fort dans sa tête, dur sur les plaquages. C’est l’un des centres les plus complets que j’ai vu".

Le staff du XV de France fait-il une erreur en ne comptant pas sur lui ?

Appelé par Philippe Saint-André pour la tournée 2012 en Argentine, le futur Rochelais (il s’est engagé pour 4 saisons) n’avait pas eu l’opportunité d’honorer une première cape. Non retenu sur la liste Élite du XV de France, le Parisien ne semble pas non plus dans les petits papiers de Guy Novès et de Jeff Dubois, son ancien coach, qui préfèrent s’appuyer sur Gaël Fickou, Wesley Fofana, Rémi Lamerat voire Maxime Mermoz.

Un choix qui fait débat. "Je pense que mes prestations ne sont pas forcément regardées comme elles devraient l’être", regrette-t-il. "Même quand je faisais marquer des essais, on ne parlait pas de moi. On regardait plutôt celui qui avait marqué alors qu’il n’avait pas toujours fait grand chose. C’est le rôle des médias... Mais si je continue comme ça, peut-être que j’aurais ma chance..." Une chance qui s’inscrirait parfaitement dans le jeu de nouveau inspiré du XV de France.

Geoffrey Doumayrou (Stade français) - 3 septembre 2016

Geoffrey Doumayrou (Stade français) - 3 septembre 2016AFP

0
0