Getty Images

TOP 14 - Pour Raphaël Lakafia et Hugo Bonneval, c'était le bon moment pour découvrir Toulon

Pour Lakafia et Bonneval, c'était le bon moment pour découvrir Toulon

Le 03/07/2017 à 17:28Mis à jour Le 03/07/2017 à 17:39

TOP 14 - Complices, Raphael Lakafia et Hugo Bonneval ont repris l’entraînement ce lundi, mais sous les couleurs du RCT. Les deux hommes ont quitté le Stade Français durant l'intersaison pour le challenge toulonnais.

"Raphael (Lakafia) s'est installé avant moi. Je suis arrivé il y a peu et j'ai mis les pieds sous la table chez lui. Mais il va vite en avoir marre de moi." Dans un large sourire, Hugo Bonneval s'amuse de son débarquement à Toulon. Les deux hommes étaient encore sous les couleurs du Stade français il y a quelques semaines, avant de prendre la direction de la Rade de Toulon pour les prochaines saisons. Coéquipiers mais surtout amis, les deux compères ont donc effectué leurs premiers pas sous leurs nouvelles couleurs ensemble.

"Changer de club, c'est un peu comme une rentrée des classes au lycée lorsque tu ne connais personne. Là on est deux, on est bien pote avec Hugo. On découvre tout à deux. On fera bien évidemment la connaissance de tout le monde, mais ça fait du bien de ne pas être seul", explique le troisième ligne qui a déjà connu des changements de club dans le passé. En revanche c'est une première pour Hugo Bonneval. Le « titi » parisien quitte ainsi son cocon de la Capitale. "C'est une sensation bizarre, c'est la première fois que j'arrive un matin et que je ne suis pas à Jean-Bouin avec mes amis d'enfance. Mais j'arrive à un moment de ma vie où je pense que c'était le bon moment de changer", assure-t-il.

"Pas prêts avant" pour rejoindre Toulon

Outre leur expérience parisienne, Raphael Lakafia et Hugo Bonneval ont un autre point commun : "J'ai eu l'occasion de venir plus jeune, mais je pense que je n'étais pas prêt", se souvient le troisième ligne. Et son coéquipier des lignes arrières d’enchaîner : "J'avais discuté avec Mourad Boudjellal il y a 3 ou 4 ans avant de finalement prolonger au Stade français. J'avais 21 ans, j'étais célibataire, sans enfant, j'avais encore besoin d'aller chez mes parents le week-end, de voir la famille, d'avoir mes amis proches de moi. Désormais, j'ai grandi et je n'ai plus besoin des mêmes choses, mes attentes évoluent." Loin de la Capitale, les deux hommes vont également devoir s'habituer à un autre cadre de vie et à un engouement différent autour du club que ce qu'ils ont vécu ces dernières saisons. "On va découvrir la ferveur au fur et à mesure. A Paris, quand tu vas faire tes courses, personne ne te reconnaît. Ici, c'est un peu différent. On est venu à Toulon pour ça également", résume Raphael Lakafia.

Pour la ferveur, certes, mais également pour des objectifs sportifs. Malgré la forte concurrence qui les attend, Lakafia et Bonneval entendent bien jouer leur carte à fond : "J'arrive à un moment où je veux passer un cap, retrouver l'équipe de France, gagner des titres, joueur des matches de haut niveau tous le week-ends, notamment la Champions Cup que je n'ai connu que durant une seule saison", avance Bonneval. Désormais, il leur reste une semaine pour prendre leurs marques et s'acclimater à leur nouvelle vie, avant que le reste du groupe ne retrouve les terrains et que la concurrence prenne également ses quartiers. "Ce matin, il y avait Ma'a Nonu, Bryan Habana, Mamuka Gorgogdze au centre d'entrainement. Ils sont en vacances mais sont tout de même là", conclut Bonneval.

0
0