Icon Sport

TOP 14 - Le Stade rochelais s'est invité parmi les gros

La Rochelle s'est invitée parmi les gros

Le 15/06/2017 à 17:20Mis à jour Le 16/06/2017 à 10:07

TOP 14 - Suite de notre saga des clubs avec le bilan de la saison rochelaise. Avec deux demi-finales en Top 14 et Challenge Cup, les Rochelais auront réalisé une saison historique. Nul doute qu’ils seront attendus à la reprise, dans quelques semaines.

La saison : historique

Il est difficile de qualifier autrement la saison réalisée par les Maritimes. Une saison qui avait commencé contre Clermont par un nul à domicile 30-30, autre chose que le cinglant 44 à 6 enregistré lors de l’entame de l’exercice 2015/2016. Ça débutait donc mieux. Et puis lors des deux matches suivants, à Grenoble et Castres, les Rochelais allaient gagner deux fois plus à l’extérieur qu’en deux ans. La fin d’année 2016 et le début 2017 finissaient de convaincre les plus dubitatifs, avec une victoire à Toulon : La Rochelle aura son mot à dire. Qualifié directement pour les demi-finales en raison de sa première place à l’issue de la phase régulière, le club ne décevait pas ses supporters.

La joie des joueurs de La Rochelle - février 2017

La joie des joueurs de La Rochelle - février 2017AFP

Les chiffres : 1, 7 et 11

On peut débuter par le 7 : il s’agit du nombre de victoires à l’extérieur. Dans l’ordre chronologique : Grenoble, Castres, Bayonne, Toulon, Toulouse, Racing 92 et Pau. On peut aussi en prendre deux autres. 1, comme l’unique match de la saison où les Rochelais n’ont pas ramené de point, c’était sur le terrain de l’UBB (26-0). Et puis, il y a un nombre, le 11, comme les matches consécutifs sans défaite en Top 14, entre le nul du Racing 92, début décembre, et la défaite à Lyon, mi-avril. Record du Stade toulousain égalé.

La révélation : le groupe, avant tout

Personne en particulier mais un groupe et sa générosité dans le jeu. Un groupe qui, dès la fin de l’été 2016, a régalé les observateurs par un jeu léché, fluide. Certes, le percutant centre fidjien Levani Botia était absent et son retour ne s’est fait qu’en octobre, mais le groupe maritime a montré sur le terrain une volonté d’aller au large, ou de le prendre par des combinaisons lancées depuis l’axe. Xavier Garbajosa, en charge des arrières, n’y est pas étranger, utilisant avec malice et pragmatisme le potentiel des joueurs dont il dispose. De ce groupe, on retiendra aussi une complicité mise en avant par les joueurs eux-mêmes tout au long de la saison et même après la demie perdue contre Toulon. "Notre force c'est l'esprit d'équipe, l'entente entre les joueurs", a souvent répété l’un d’eux, le talonneur Jérémie Maurouard.

Romain Sazy (La Rochelle) - 30 avril 2017

Romain Sazy (La Rochelle) - 30 avril 2017Icon Sport

La déception : la demi-finale européenne contre Gloucester

La demi-finale de Challenge Cup, perdue le 22 avril contre Gloucester à Marcel-Deflandre (14-16). Ce jour-là, les Maritimes sortaient du match avec des regrets car la finale leur passait sous le nez. Plus symbolique encore : "On perd la seule fois de l’année à Deflandre et c’est en plus une demi-finale européenne", pestait Patrice Collazo.

L'avenir : une équipe désormais attendue

"On repartira au travail mais on ne repartira pas de zéro." Avant la demi-finale de Marseille contre Toulon, Patrice Collazo a souligné combien cette saison comptera, comme celle de "la prise de conscience collective" pour un groupe qui a parfois douté de lui-même, manqué de discernement à certains moments. Les résultats sont en tout cas le signe d’un changement d’échelle, de ne plus être celui qu’on regarde de haut. Une évolution que le manager rochelais ressent bien : "On s’est endurci. La pression, on se l’est mise énormément." En y répondant et en montrant une constance qui aurait pu les envoyer en finale du championnat, les Rochelais seront attendus la saison prochaine. C’est ce qu’ils vont préparer.

Patrice Collazo (La Rochelle) - 26 mai 2017

Patrice Collazo (La Rochelle) - 26 mai 2017Icon Sport

Le recrutement : Kerr-Barlow et Lamb en têtes d'affiche

En s’attachant à prolonger ses meilleurs éléments jusqu’en 2020, le Stade rochelais leur envoie un message de très grande attention tout en sécurisant son effectif. À partir de là, le recrutement se fait par touche successive, en fonction des besoins. Avec les départs de l’ouvreur Zack Holmes à Toulouse et du demi de mêlée Enrico Januarie à Agen, le club a choisi pour les remplacer l’ouvreur anglais Ryan Lamb et le demi de mêlée All Black, Tawera Kerr-Barlow. À ceux-là vient s’ajouter (pour le moment) un dosage joueurs prometteurs - joueurs d’expérience : les ailier et centre parisiens Jérémy Sinzelle et Geoffrey Doumeyrou, le deuxième ligne toulousain Grégory Lamboley, le talonneur toulonnais Jean-Charles Orioli et le deuxième ligne agenais William Demotte.

0
0