Icon Sport

Top 14 - L'Aviron bayonnais prépare son avenir en Pro D2

Au moins, ça a le mérite d'être clair : Bayonne prépare son avenir en Pro D2

Le 17/02/2017 à 15:00Mis à jour Le 17/02/2017 à 15:01

TOP 14 - Après la lourde défaite encaissée au Racing 92 il y a une semaine, l'Aviron bayonnais ne se fait plus d'illusion sur l'issue de sa saison. "Direction Pro D2", pourrait être le titre du nouvel objectif des Basques.

Les soixante points encaissés à Colombes ont été à peine digérés que les présidents Francis Salagoity et Christian Devèze ont convoqué lundi à 15h l'ensemble du groupe de l'Aviron bayonnais. Une réunion organisée à la dernière minute qui avait pour but d'évoquer la fin de saison et le scénario "relégation et prochaine saison en Pro D2".

Avec un budget de 16 millions d'euros en Top 14, les présidents ont indiqué lors de cette réunion qu'il passerait à 10 millions d'euros en Pro D2. "On a une enveloppe avec 10 millions. A l'intérieur, on a trois millions. On va faire des arbitrages assez tôt pour au 1er juillet avoir notre équipe", précise Christian Devèze. "L'idée était de leur dire : "ceux qui veulent vraiment partir, dites le nous. En fonction de nos plans de l'année prochaine pour construire une équipe qui tienne la route en Pro D2, on verra. Ceux qui peuvent évoluer au niveau supérieur, qui en manifestent le désir, qui ne rentrent pas dans nos plans et qui ont une proposition concrète, on en discutera".

Les joueurs de Bayonne

Les joueurs de BayonneAFP

En résumé, peu importe si les joueurs ont une clause libératoire en cas de descente en Pro D2, une grande majorité de l'effectif bayonnais possède un bon de sortie négociable avec le club. Mais au vu des prestations actuelles de l'équipe basque, les joueurs ne croulent pas sous les propositions. A moins d'être JIFF, une qualité suffisante aujourd'hui pour faire le nombre dans un effectif de Top 14.

" Du Plessis s'en va pour 4 mois mais revient le 1er juillet. Oui ça affaiblit l'équipe, mais enfin, Lagarde n'est pas un mauvais"
Willie Du Plessis (Bayonne)

Willie Du Plessis (Bayonne)Icon Sport

Christian Devèze s'en défend pourtant. "On le fait dans l'intérêt de l'Aviron et non pas pour affaiblir l'équipe, même si à première vue, les gens peuvent imaginer ça. Il faut jouer le coup jusqu'au bout et surtout bien se comporter chez nous à l'occasion des quatre rencontres que l'on a à la maison. Il ne s'agit pas de lâcher. Il faut respecter nos partenaires et nos supporters. Ils ont adhéré pour une saison au Top 14 à un coût correspondant. On ne peut pas à neuf matches de la fin tirer un trait sur la saison. Willy s'en va pour quatre mois mais revient au 1er juillet. Oui ça affaiblit l'équipe, mais enfin, Lagarde n'est pas un mauvais. La première réaction c'est de dire "oui vous abandonnez, vous laissez partir Willy". Mais derrière tout ça on peut imaginer qu'avec Montpellier il y a certains éléments qui viendront bonifier cette approche pour la saison prochaine".

" Chouzenoux, il n'est pas question de le laisser partir"

Les dirigeants bayonnais se donnent "quinze jours" pour faire "leurs arbitrages" sur, qui reste, qui part, pour la saison prochaine. Ensuite, ils se pencheront sur les recrues à faire venir pour compléter cet effectif. Seul pour l'instant Lucas Meret a officialisé son départ pour Soyaux-Angoulême. En cas de relégation en Pro D2, le départ de Jean Monribot vers Toulon est acté. Willy du Plessis pourrait rester à Montpellier en cas d'expérience convaincante sur cette fin de saison.

Baptiste Chouzenoux - Bayonne

Baptiste Chouzenoux - BayonneIcon Sport

Citadinni, Choirat, Khinchagishvili, Latimer, Rouet, Lovobalavu, Bustos Moyano, Whitelock sont les plus à même à négocier leur départ de Bayonne en fin de saison. "Si effectivement certains joueurs sont susceptibles d'évoluer en Top 14 l'année prochaine, on étudiera au cas par cas. Néanmoins, on en gardera certains. C'est le cas de Chouzenoux par exemple. C'est un local, celui-là il n'est pas question de le laisser partir", affirme Christian Devèze.

0
0