Icon Sport

TOP 14 - Hans-Peter Wild (Stade français) : "À mon âge, j’ai envie de m’amuser un peu..."

Wild, nouveau propriétaire du Stade français : "À mon âge, j’ai envie de m’amuser un peu..."

Le 14/06/2017 à 17:06Mis à jour Le 14/06/2017 à 17:41

TOP 14 - Nouveau propriétaire du Stade français, le Dr Hans Peter Wild a présenté ce mercredi son projet aux médias. Un projet ambitieux où la formation aura une place importante. Si une phase de transition est attendue la saison prochaine, cette nouvelle page pourrait hisser le club parisien parmi les cadors européens.

Votre journal 100% numérique

Abonnez-vous dès 7.90€/mois

L’ère Thomas Savare est bien finie. Ce mercredi, dans un des salons du stade Jean-Bouin, le désormais ex-président du Stade français a transmis symboliquement les clés du club parisien au nouveau boss, le Dr Han Peter Wild. "C’est un soulagement mais il y a aussi le sentiment du devoir accompli", a commenté Thomas Savare avec une pointe de mélancolie. "Depuis que je suis arrivé (2011, ndlr), je me suis fixé comme objectif de pérenniser le club même si je pense qu’on aurait pu faire beaucoup mieux quand on voit la performance de notre équipe cette fin de saison. Mais c’est une grande fierté d’avoir remporté le bouclier de Brennus en 2015 et un premier titre européen (Challenge Cup). Au delà du palmarès, je veux retenir la construction d’un groupe. Ça a sauvé la saison du club".

" J’aime l’idée de relever le défi de rendre ce club plus prestigieux et de l’internationaliser"

En préambule de sa passation de pouvoir avec Hans Peter Wild, Thomas Savare a souligné le sérieux du nouveau projet allemand. "C’est un moment important pour le club", a-t-il insisté. "Cela ouvre une nouvelle page de son histoire. Je suis heureux, confiant, enthousiaste. Votre passion ne laisse aucun doute. Vous êtes soucieux de préserver cette entité unique. Ce club a besoin de moyen mais aussi de cœur, parfois d’un cœur solide. Je suis certain que le vôtre sera protégé. Je vous remets un club plein d’amour. Votre projet me paraît particulièrement solide et logique".

Vers une année de transition…

Aux côtés du président Savare, le milliardaire allemande Hans Peter Wild. "Déjà, ce n’est pas un coup de tête, une action à court terme", glisse-t-il. "Lorsqu’on m’a parlé de ce projet, très rapidement, au bout de trois semaines, nous sommes arrivés à un accord. Même si le contrat est un sacré pavé. J’ai également un certain nombre de motivation personnelle. J’ai étudié et vécu à Paris. Je suis un passionné du rugby. J’aime l’idée de relever le défi de rendre ce club plus prestigieux et l’internationaliser. On a eu une très bonne relation de confiance. Je suis très enthousiaste de développer le rugby avec une structure aussi prestigieuse, unique avec une identité aussi forte. Lorsque j’ai été invité pour le derby, j’ai été impressionné par le moral de l’équipe. Je sais que de certains joueurs nous quittent. Mais des joueurs vont arriver. On ne sera peut-être pas dans le Top 3 mais au moins dans le Top 6 ou 7. Ce sera une année de transition".

Rucky entouré de Hans-Peter Wild et Thomas Savare

Rucky entouré de Hans-Peter Wild et Thomas SavareIcon Sport

1 ou 2 pointures annoncées mi-juillet !

Pour accrocher une place en phase finale du Top 14, la nouvelle direction devra déjà faire oublier les départs de nombreux cadres (Slimani, Lakafia, Doumayrou, Bonneval, Lakafia, Sinzelle…). "Ce qui nous importe, c’est de bâtir le futur", coupe le nouveau président Hubert Patricot, ancien Directeur Europe de Coca-Cola. "Notre projet parle beaucoup de formation pour faire éclore des jeunes. Mais c’est vrai qu’à court terme, nous voulons être performant. Nous nous y employons avec Robert Mohr (manager sportif). Mais le salary cap existe. Les 10 millions d’euros sont valables pour tout le monde. L’idée est d’avoir la meilleure équipe possible avec cette enveloppe. On approche avec beaucoup d’humilité mais c’est vrai qu’on a de l’ambition pour ce club. C’est son rang et il doit le tenir. Je vous donne rendez-vous mi-juillet. J’espère qu’il y aura de très bonnes surprises".

Derrière sa rigueur et son pragmatisme, Hans Peter Wild semble porté par sa passion. "Avec le rugby, on s’amuse bien", glisse-t-il dans un sourire. "À mon âge (75 ans, ndlr), j’ai envie de m’amuser un peu". Il lui faudra avant tout remporter des titres.

0
0