AFP

TOP 14 - De la fierté et quelques regrets pour les Castrais

De la fierté et quelques regrets pour les Castrais

Le 20/05/2017 à 10:29

TOP 14 - Vendredi soir, Castres est tombé les armes à la main sur la pelouse de Mayol (26-22). Le plan de Christophe Urios a presque fonctionné. Les Castrais repartent fiers mais nourrissent cependant quelques regrets.

Eurosport Player : Votre journal 100% numérique

Voir sur Eurosport

"Fiers". Que ce soit Christophe Urios ou son capitaine Rodrigo Capo Ortaga, les Castrais gardaient la tête haute dans les travées du stade Mayol. Tombés en barrage face au RCT (26-22), les Tarnais ont tout donné de la première à la dernière minute. Fiers donc mais tout de même un peu déçus, "On ne passe pas très loin, c'est même peut-être plus nous qui le perdons que Toulon qui ne le gagne", admettait Urios.

Avant de revenir sur son plan de bataille. Celui qui a presque fonctionné, "Sur la première période, on voulait imposer de l'âpreté au match. On a été capable de le faire pour ensuite mettre de la vitesse. Notre plan de jeu était de rivaliser avec eux durant les vingt premières minutes, car on savait qu'ils mettaient beaucoup d'engagement. Ensuite tenir le tempo. On les a secoué, je pense qu'ils ont été assez surpris. En deuxième mi-temps, on domine et il ne manque pas grand chose..."

Christophe Urios (Castres)

Christophe Urios (Castres)AFP

Le regret d'avoir laissé passer un quart à domicile

On ne refera pas l'histoire, mais il n'est pas interdit de penser que si Castres avait joué ce quart de finale à domicile, alors le sort de la rencontre aurait alors été différent. Et c'est peut-être là que se cachent les principaux regrets castrais au soir de cette élimination en barrage. "On a eu un mois d'avril difficile. C'est là qu'on manque le ticket", confessait Capo Ortega.

"Suivi de son entraîneur qui pointe du doigt ce qui a manqué au CO pour grimper à la 4e place. On a patiné en mars-avril avec le report de ce putain de match face au Stade français qui nous a fait mal. On aurait peut-être pas gagné en prenant Toulon à domicile car sportivement ça ne change pas grand chose, ça aurait été bien pour notre public, notre club...", expliquait Urios. Avant de s'aventurer un peu plus loin "Mais peut-être que sur la dernière mêlée, l'arbitre n'aurait pas sifflé pénalité", soufflait-il dans un léger sourire.

Rodrigo Capo Ortega (Castres)

Rodrigo Capo Ortega (Castres)Icon Sport

Construire sur cette défaite et cette saison

Les regrets ne changeront rien, Castres s'arrête en quart comme la saison passée. Mais contrairement à la défaite sans appel à Montpellier 28-9 , le CO peut construire sur cette soirée toulonnaise. "On peut bâtir sur ce match et cette saison. On apprend toujours, même des défaites, ce soir on a appris et on travaillera sur ces bases au retour des vacances", assurait Rodrigo Capo Ortega. Le mot de la fin revient à Christophe Urios".On va bien se préparer pour revenir... pas à Toulon hein, mais en quart de finale", souriait-il. En quittant la salle de presse, le coach castrais lançait cependant "J'aurais tellement aimé prendre La Rochelle, mais bon...". Ce sera peut-être pour la saison prochaine.

0
0