Icon Sport

Top 14 - Après les sanctions de la LNR, Montpellier dénonce une "décision disproportionnée"

Après les sanctions de la LNR, Montpellier dénonce une "décision disproportionnée"

Le 08/06/2017 à 18:45Mis à jour Le 08/06/2017 à 18:50

TOP 14 - Particulièrement remonté après les sanctions infligées par la Commission de Discipline et des Règlements, le club héraultais a contre-attaqué par le biais d'un communiqué.

Ce jeudi, la LNR a publié les décisions prises par la Commission de Discipline et des Règlements lors de sa séance de mercredi. Et le moins que l'on puisse dire, c'est que certaines n'ont vraiment pas plu au club de Montpellier qui a décidé de faire "appel d'une décision disproportionnée". Le communiqué des Héraultais commence d'ailleurs par une phrase qui en dit long sur leur état d'esprit : "Il est maintenant commun de voir la LNR sanctionner durement le MHR".

"Ces incohérences influencent fréquemment l'équité et le bon déroulement du Top 14"

Les Montpelliérains pointent notamment du doigt les suspensions de Jacques Du Plessis (4 semaines) il y a quelques temps et celle de Jannie Du Plessis (6 matches) ces dernières heures. "Il vient d'être suspendu pour 6 matches pour avoir frappé un adversaire à la main [...] Lors d'une récente bagarre ou des coups de poing ont pourtant été échangés, les joueurs impliqués ont été respectivement suspendus de 3 et 2 matches", souligne le communiqué.

Jannie Du Plessis (Montpellier)

Jannie Du Plessis (Montpellier)Icon Sport

Avant de rajouter une couche : "Ces incohérences, sûrement involontaires, influencent fréquemment l'équité et le bon déroulement du Top 14 mais ceci est là encore, commun, depuis la décision incompréhensible, prise par la LNR, des reports de matches du 18 mars dernier. Décision fondatrice de la sanction prononcée aujourd'hui à l'encontre du MHR".

"Aucune banderole n'avait un caractère diffamatoire ou insultant"

Lors de cette fameuse rencontre reportée contre le Racing 92, des supporters avaient déployé des banderoles hostiles à l'encontre du club francilien ainsi qu'à la Ligue et à son président, Paul Goze. Pour cela, l'Altrad Stadium a été suspendu pour 1 match et le club héraultais a récolté une amende de 70 000 €. "La liberté d'expression ne saurait s'arrêter aux portes d'un stage, fut-il, de rugby", répond Montpellier.

Une banderole déployée lors de Montpellier-Racing 92

Une banderole déployée lors de Montpellier-Racing 92Icon Sport

Avant de compléter sa défense en enfonçant le clou : "Aucune banderole n'avait un caractère diffamatoire ou insultant. Aucun incident n'a d'ailleurs été signalé avant, pendant et après. Affirmer le contraire est un mensonge de plus dans une saison qui aura démontré les limites de la gouvernance actuelle de la LNR. Le président de la LNR, lui-même, avait demandé publiquement des sanctions exemplaires de la part de la Commission de discipline à l'encontre du MHR. L'indépendance et l'impartialité de cette commission parisienne n'est ainsi aucunement garantie". Le message est clair...

0
0