AFP

Pas d'accord sur les contrats fédéraux ? la FFR retoque les calendriers de la LNR

Pas d'accord sur les contrats fédéraux ? la FFR retoque les calendriers de la LNR
Par AFP

Le 13/03/2017 à 22:10

La Fédération française de rugby (FFR) a retoqué les calendriers de Top 14 et Pro D2 proposés par Ligue nationale de rugby (LNR), subordonnant la validation de ces derniers à un accord sur les contrats fédéraux, a-t-elle indiqué lundi.

Votre journal 100% numérique

Abonnez-vous dès 7.90€/mois

"La FFR a rendu un avis défavorable à la proposition de la LNR concernant les calendriers du Top 14 et de Pro D2 pour la saison 2017-18", indique-t-elle dans un communiqué. "Dans l'intérêt supérieur du rugby français, les projets de calendrier des championnats professionnels seront soumis au vote en comité directeur de la FFR dès lors qu'un accord aura été conclu sur la réforme du statut des joueurs internationaux", poursuit la Fédération, dont le président Bernard Laporte, qui vient de passer le cap des cent jours de mandat, veut une quarantaine d'internationaux français sous contrat la moitié de l'année.

Selon l'ancien sélectionneur, de tels contrats permettraient aux joueurs d'avoir plus de temps de préparation avec le XV de France, en panne de résultats depuis plusieurs années. Mais la Ligue est opposée à ce système. "Les projets de calendriers des compétitions professionnelles sont subordonnés au projet de réforme relatif au statut des joueurs français internationaux", explique la FFR pour justifier son refus.

Paul Goze, le président de la LNR

Paul Goze, le président de la LNRIcon Sport

La Ligue opposée aux contrats fédéraux

"En conséquence, la FFR pourra inscrire les projets de calendriers à l'ordre du jour d'une prochaine réunion de son Comité Directeur dès lors que les discussions entre la FFR et la LNR sur le statut des joueurs français internationaux auront abouti à un accord", prévient la FFR.

La Ligue nationale de rugby (LNR) et douze clubs du Top 14 ont réaffirmé mardi leur "totale opposition" au principe des contrats fédéraux, "un projet qui repose sur un statut juridique inapplicable n'est en rien nécessaire à la recherche de l'optimisation des conditions de préparation de l'équipe de France".

0
0