Icon Sport

OPINION - Finale Top 14 - Bravo Clermont !

Bravo Clermont !

Le 06/06/2017 à 12:31Mis à jour Le 06/06/2017 à 12:32

OPINION - Clermont est devenu dimanche le 118e champion de France de rugby. Une bien belle récompense pour l'ASM, sa saison de haute volée, son jeu de qualité et sa finale où il a réussi à vaincre le sort. Bravo.

Votre journal 100% numérique

Abonnez-vous dès 7.90€/mois

Cette saison 2016-2017 s'est donc achevée sur les larmes de joie des joueurs de Clermont. Pour la deuxième fois de son histoire, l'ASM a soulevé le bouclier de Brennus au terme d'une finale pleine d'engagement et surtout à suspense. Nous avons vibré jusqu'au bout, été tenus en haleine jusqu'à la dernière seconde pour savoir qui s'installerait sur le trône du rugby français. Toulon a poussé, Clermont a plié mais n'a jamais rompu afin de remporter la mise. Une seule chose à dire : bravo Clermont.

Les joueurs de Clermont avec le Bouclier de Brennus - 4 juin 2017

Les joueurs de Clermont avec le Bouclier de Brennus - 4 juin 2017AFP

Oui, bravo Clermont pour ce titre de champion de France. C'est à mon sens une juste récompense pour cette saison de très haute volée. Quel drame cela aurait été si l'ASM s'était inclinée au Stade de France dimanche, quelques semaines à peine après avoir baissé pavillon en finale de Champions Cup face aux Saracens. Les titres ne sont pas distribués au mérite, c'est certain, ils se gagnent, et ce Brennus là, Clermont est allé se le chercher avec les tripes. Comme un grand. Sans l'aide de personne. Et cela donne une ampleur supplémentaire à son parcours en championnat.

Plus de 30 points en moyenne par match

Bravo Clermont car ce titre récompense une philosophie de jeu : celle de l'attaque. Tout au long de la saison, nous n'avons pas cessé de souligner la justesse de cette machine auvergnate, parfaitement huilée, magnifique mécanique dont le moteur fonctionne à toute vapeur et dont la fiabilité est impressionnante. Oui, nous l'avouons, nous avons plus d'une fois été subjugués par la qualité des combinaisons offensives de l'ASM, leur justesse et la manière dont les joueurs récitaient cela. Bref, bon nombre d'actions allaient à dame et ce n'est pas une surprise de se rendre compte que Clermont est tout simplement la seule équipe à dépasser les 30 points par match en moyenne cette saison.

Thomas Domingo (Clermont) avec le Brennus - 5 juin 2017

Thomas Domingo (Clermont) avec le Brennus - 5 juin 2017Icon Sport

Bravo Clermont pour sa finale. S'il partait avec l'étiquette de favori dans le dos, le groupe de Franck Azéma a parfaitement assumé son statut en imposant d'entrée un rythme d'enfer. Envoyant le RCT dans les cordes. Cette première action échouant à quelques centimètres de la ligne (en-avant de Chouly) n'a pas crispé les Clermontois et fait resurgir les fantômes du passé. Le contre magistral de 90m qui s'en est suivi en fut la parfaite illustration. Ensuite, Clermont a bien géré. Encaissé les coups. Plié face aux chars d'assaut varois. Mais su résister à cet incroyable défi physique. Toulon, avec son jeu basé sur la puissance, c'est la kryptonite de l'ASM. Il possède toutes les armes afin d'annihiler les forces du jeu clermontois. Cette fois-ci, le volcan auvergnat ne s'est pas laissé étouffer.

Une décennie à nous régaler

Bravo Clermont aussi pour avoir rompu la malédiction et fait taire les mauvaises langues. Les (nombreuses) finales perdues existeront toujours, le passé ne pourra jamais les effacer mais - sans chauvinisme - cela fait plaisir d'évoquer (à nouveau) la joie de Clermont et de ses fidèles supporters après une finale gagnée. Le destin n'est plus aussi cruel et pour cette décennie à nous régaler, Clermont mérite d'être fêté. L'ASM constitue un très beau champion de France. Bravo, tout simplement bravo.

Les supporters de Clermont place de Jaude - 5 juin 2017

Les supporters de Clermont place de Jaude - 5 juin 2017AFP

0
0