AFP

TOP 14 - Toulouse-Montpellier (29-31) - Montpellier s'est accroché et le destin lui a souri...

Montpellier s'est accroché et le destin lui a souri...

Le 28/02/2016 à 18:43

TOP 14 - Réaliste et chanceux en fin de partie, Montpellier s'est imposé à Toulouse (29-31) en clôture de la 16e journée de championnat. Après une fin de match interminable (8 minutes de jeu après la sirène), Doussain a raté la transformation pour égaliser. Il n'y a plus d'équipe invaincue à domicile cette saison.

Décidément, ces duels entre Toulousains et Montpelliérains sont spectaculaires ! Après un succès toulousain à l’aller à l’Altrad Stadium, la bande montpelliéraine est venue prendre sa revanche à Ernest-Wallon au bout du suspense (29-31)… Ce n’est que 9 minutes après la sirène (sic !) et une transformation manquée par Jean-Marc Doussain que le MHR a pu lever les bras au ciel pour valider son succès acquis en première période. Dans des conditions climatiques pas évidentes, sous la pluie, les deux formations ont livré un superbe spectacle.

Pourtant, Timoci Matanavou pensait bien avoir offert le nul aux siens en venant conclure un effort collectif interminable qui est sans conteste la plus longue action de la saison ; un effort durant lequel Julien Marchand perdit son maillot et termina le match le torse à l’air. Une image forte comme pour montrer à quel point les Toulousains voulaient continuer à faire de leur enceinte une forteresse imprenable cette saison. Le maillot n’a pas tenu, l’invincibilité non plus. Paul Perez (59e) et Luke McAlister (64e) avaient pourtant remis sur de bons rails ce Stade Toulousain longtemps à la peine et qui a retrouvé le sourire sur deux mouvements collectifs parfaitement menés. La force du collectif, voilà le petit plus de la bande à Ugo Mola mais qui peut regretter son entame manquée et ce coup de pied de Doussain sur la fin…

Avant la blessure, Timoci Nagusa a fait la différence

Le bourreau des Haut-Garonnais est fidjien. En 39 minutes, Nagusa a tout fait. D’abord deux essais (9e et 14e) avec des conclusions plutôt similaires sur son aile droite. Mais après avoir démontré des qualités de finisseur pour inscrire son 6e et 7e essai de la saison, il a fini par avoir les chevilles qui enflent… La cheville droite en l’occurrence, en se faisant emporter par un crochet de Paul Perez qui l’obligea à quitter le terrain 7 minutes plus tard. Mais le MHR, c’était aussi une charnière composée de Benoit Paillaugue et de Demetri Catrakilis constamment dans la recherche de solutions pour gagner du terrain. Ce jeu d’occupation a porté ses fruits. Montpellier, c’était aussi un Paul Willemse aux faux airs de trois-quarts au moment de conclure un contre de plus de plus de 40m à la suite d’une mauvaise passe (43e).

Avec sa quatrième victoire de la saison hors de ses bases, Montpellier reprend sa 6e place dans ce Top 14. Il envoie un message encore plus clair à ceux qui ne voulaient pas encore l’entendre après déjà un succès retentissant à Clermont. Il va falloir compter sur le MHR dans cette fin de saison. L’équipe de Jake White relève la tête après son revers à domicile contre la Section paloise et semble encore plus armée à l’image de la bonne intégration de François Steyn qui faisait aujourd’hui sa première apparition sous ses nouvelles couleurs.

0
0