Icon Sport

TOP 14 - Romain Sazy (La Rochelle): "La venue de Toulouse, c’est le tournant de la saison..."

Sazy: "La venue de Toulouse, c’est le tournant de la saison..."

Le 19/02/2016 à 11:35

TOP 14 - Break, internationaux, affiches à venir, classement, stade plein... Le 3e ligne Romain Sazy, l'ancien de l'effectif rochelais, fait le point à mi-parcours sur la santé des Jaune et Noir qui reçoivent les Toulousains, samedi (20h45).

Comment s’est passée la reprise après la défaite à Brive (28-6) ?

Romain SAZY: On a eu la séance vidéo le lundi qui a suivi la semaine de vacances. C’est clair, on est passé complètement à côté, que ce soit dans l’engagement physique que la conquête. Face à une équipe de Brive dont le jeu passe par une grosse conquête et un gros engagement, le résultat, il est ce qu’il est. Ça ne pardonne pas. La semaine dernière, on s’est axé sur le physique, puis on a repris notre semaine habituelle précédant un match j’ai envie de dire.

Cette semaine est aussi celle des retours de Uini Atonio, Vincent Pelo et Kevin Gourdon…

R.S: Ce sont trois personnes importantes dans l’effectif. On est toujours très content de les retrouver humainement, sans parler de résultat sportif. Quand le groupe est au complet, il fonctionne bien mieux.

Avez-vous pu échanger avec eux ?

R.S: Ça reste leur expérience. Ils partagent ce qu’ils ont envie de partager, ils nous ont dit que c’était quelque chose de fort. On les soutient forcément. On aurait envie que Kevin et Vincent aient leur première feuille de match, on ne doute pas que ça va arriver.

Romain Sazy (La Rochelle) face à Brive - 5 septembre 2015

Romain Sazy (La Rochelle) face à Brive - 5 septembre 2015Icon Sport

" On ne parle pas trop des internationaux entre nous. La semaine de Brive, on nous en a fait tout un plat, et au final, ça a été un peu compliqué"

Cette présence de trois Rochelais dans le groupe France, ça a changé quelque chose ?

R.S: On ne parle pas trop des internationaux entre nous. La semaine de Brive, on nous en a fait tout un plat, et au final, ça a été un peu compliqué. On va dire qu’on joue avec nos forces, et qu’on a un seul international, c’est Uini Atonio. Les deux autres, ils n’y sont pas encore.

La réception de Toulouse se profile, ce samedi. Un gros morceau...

R.S: Toulouse, il ne faut pas se référer au match de la saison dernière quand on les avait reçus. Ils n’étaient pas dans une très bonne passe. Ce n’est pas le même Toulouse cette saison, on le voit : ils sont premiers du championnat avec le Racing 92. Ils n’ont perdu que quatre matches. Ça reste une grosse équipe, le grand Toulouse, même si en Champions Cup ça n’a pas très bien fonctionné.

Grosse ambiance à prévoir à Deflandre avec les "Bagnards" rochelais pour la venue de Toulouse

Grosse ambiance à prévoir à Deflandre avec les "Bagnards" rochelais pour la venue de ToulouseIcon Sport

" C’est le tournant de la saison, soit on regarde en haut ou en bas. Ce n’est pas du tout le même championnat qu’on joue, si l’on gagne ou si l’on perd contre Toulouse..."

Devant comme derrière, ce sera un sacré combat…

R.S: Oui, c’est complet partout, aussi bien devant que derrière. C’est la grosse réception de l’année, comme l’année dernière, avec Toulon aussi. C’est des gros matchs durant lesquels on sait qu’il va falloir être à 100% dans tous les domaines. Si on pêche dans le moindre domaine, on sait qu’on va le payer très cher. Il va falloir être très solide. On sait très bien l’ambiance qu’il y aura samedi. 15 000 personnes vont pousser derrière nous, le stade est à guichets fermés. La pression commence à monter, il nous tarde d’y être. On a réussi à passer du bon côté quand on a reçu Toulon la saison dernière. Ça s’est joué à peu de choses. La ferveur du public qui pousse énormément, ça nous donne ce petit plus pour espérer gagner.

Par rapport au dernier exercice, il y a cette saison davantage d’écart en terme de points entre vous et les équipes qui sont derrière (+16 sur Agen, et +12 sur Oyonnax). Ça vous donne un peu d'air ?

R.S: L’écart de points peut très bien fondre en deux journées. On a fait un faux pas à domicile (contre Clermont, ndlr). On doit redevenir très solide à Deflandre. C’est le tournant de la saison, soit on regarde en haut ou en bas. Ce n’est pas du tout le même championnat qu’on joue, si l’on gagne ou si l’on perd. Si on perd, on se met en difficulté et on laisse Pau ou Agen espérer. C’est un match charnière, hyper important à la maison. Ce bloc de quatre matchs (Toulouse à domicile, Agen à l’extérieur, puis Toulon et Pau à domicile, ndlr) décidera de la suite. Soit on regarde en haut ou on bataille jusqu’à la fin. Ça va être très compliqué.

0
0