Icon Sport

TOP 14 - Jean-Baptiste Dubié (UBB): "On n'a pas envie de passer pour des peintres"

Dubié: "On n'a pas envie de passer pour des peintres"

Le 29/01/2016 à 16:46

TOP 14 - Passée la Champions Cup conclue sur une note aussi positive qu'improbable à Clermont (37-28), l'UBB entend capitaliser en Top 14, et ce dès samedi à Castres.

Cette victoire à Clermont ne pouvait pas mieux symboliser la politique de turnover entreprise depuis le début de la campagne européenne ?

Jean-Baptiste DUBIE: C'est sûr. Avant le match de Clermont, il y avait eu 13 changements annoncés, beaucoup n'avaient pas joué depuis un moment. Personnellement, je n'avais pas joué pendant trois semaines après mon carton rouge aux Ospreys (12 décembre) et j'ai joué 80 minutes contre Clermont (8 janvier) avant de sortir à nouveau. Mais on se prépare bien pour ce genre de situations. Travailler dur dans la semaine pour pouvoir rivaliser, même si on n'a pas deux matches dans les pattes comme on l'a fait le week-end dernier à Clermont.

Comment le vit-on ?

J-B.D: Ce turnover permanent, c'est quelque chose que je ne connaissais pas. Moi, venant de Mont-de-Marsan... On n'avait pas un effectif assez fourni pour faire ça. C'était plus s'économiser la semaine pour pouvoir jouer le week-end et faire 26 matches dans la saison que ce qu'on fait ici où on travaille très dur la semaine pour être très performant chaque fois que l'on est aligné.

" Ça fonctionne aussi bien aujourd'hui, c'est parce qu'on est un groupe qui s'entend très très bien et où règne une concurrence saine et loyale"

Est-ce frustrant de devoir sortir de l'équipe alors que l'on fait une prestation correcte ?

J-B.D: Oui, même si on est au courant en amont. Quand tu fais un bon match, tu as envie de poursuivre sur la lancée. Parce qu'on a tous été habitués à l'idée qu'il fallait enchaîner les matches pour être bon. Les coaches ne sont pas insensibles aux bonnes performances mais on connaît la règle. Je ne sais pas si c'est la solution miracle pour tous les clubs mais je pense aussi qu'il ne faut pas s'enflammer et que si ça fonctionne aussi bien aujourd'hui, c'est parce qu'on est un groupe qui s'entend très très bien et où règne une concurrence saine et loyale. C'est parfois difficile parce qu'on fait tous la gueule à un moment ou à un autre dans la saison, cela fait partie du jeu et de notre sport, mais la proximité des joueurs au sein du groupe, c'est aussi une clé de la réussite.

Cela a fonctionné parce qu'il y a avait un long bloc de 16 matches. Mais maintenant, les matches vont être plus espacés, ça peut changer ?

J-B.D: Oui, il y avait la Champions Cup et du coup avec ce bloc de 16 matches de Championnat et de Coupe d'Europe, il fallait trouver une solution pour gérer les hommes. Et on a commencé en début de saison avec un effectif beaucoup moins nombreux (6 joueurs à la Coupe du monde et Kitshoff retenu par la Currie Cup en Afrique du sud), or maintenant, les postes sont triplés.

Jean-Baptiste Dubié (UBB) face à Montpellier - 2015

Jean-Baptiste Dubié (UBB) face à Montpellier - 2015Icon Sport

Cela peut générer des tensions désormais ?

J-B.D: Cela génère des frustrations mais ça te donne envie aussi de bosser dur pour enchaîner les matches. Les entraîneurs ne sont pas arrêtés sur leurs positions. Ton but, quand tu es aligné, c'est de faire un très gros match. Et on n'a pas envie de passer pour des peintres lorsqu'il y a 13 changements et que l'on fait partie des entrants. On a lu dans les journaux que l'on envoyait l'équipe B mais quand tu vois l'équipe B avec Adams, Clarkin, des mecs avec des carrières monstrueuses, il ne faut pas déconner quand même ! Donc, ce qu'on a fait à Clermont, c’est une bonne réponse.

La clé de la réussite, c'est la communication en amont avec le staff ?

J-B.D: Oui. C'est de la com', de la préparation. Ce n'est pas parce que tu as fait un bon match que tu seras aligné le week-end suivant. On est prévenus et les entraîneurs sont ouverts. On peut discuter avec tout le monde. Et on en a besoin, parce qu'il faut parfois des réponses à nos questions.

" C'est sûr que Lonca-Dubié, ça a défrayé la chronique "

A Clermont, vous avez mis le bordel dans la tête des entraîneurs ?

J-B.D: Oui parce que ce résultat, c'était improbable. Mais il faut voir le positif que cela dégage pour le reste de la saison.

Personnellement vous avez été repositionné au centre. Vous vous attendiez à y jouer cette saison ?

J-B.D: Je m'y attendais parce qu'on échange pas mal. J'avais beaucoup joué à l'aile, j'avais aussi fait un match et demi à l'arrière à Oyonnax et contre Castres mais à la base, je suis 13. Je voulais aussi montrer que je pouvais apporter en 13 et, pour en avoir discuté avec "Raph" (Ibanez) et Emile (Ntamack), je savais qu'on me donnerait ma chance à ce poste là.

Jean-Baptiste Dubié (UBB) - 2015

Jean-Baptiste Dubié (UBB) - 2015Icon Sport

Vous avez vite retrouvé vos repères ?

J-B.D: J'ai beaucoup travaillé avec Joe (Worsley) en défense parce que la défense d'un deuxième centre est compliquée, totalement différente de celle d'ailier. Mais ce sont des choses que je n'ai pas oubliées. Il fallait travailler avec des mecs à côté de moi à d'autres positions.

Pour une première, c'était Davies et Fofana en face...

J-B.D: C'est sûr que Lonca-Dubié, ça a défrayé la chronique (rires). Je ne sais pas la cote que l'on avait... Avec Romain (Lonca), on s'était bien préparé, on était en chambre ensemble. On savait qu'un gros match nous attendait mais on n'avait pas forcément plus de stress que cela. On s'est fait confiance, on a rattrapé nos erreurs mutuelles, on s'est entraidés tout le match. On a pas fait le match parfait mais on a fini avec ces 37 points au Michelin. Qu'est ce que tu veux dire de plus !

" Déjà quand Ashley-Cooper a signé, rien que de m'entraîner avec ce mec, je me suis dit que ce serait cool"

Il reste que la concurrence reste énorme derrière…

J-B.D: Je n'ai jamais vu ça ! Et pour en parler avec le staff, même eux le disent. On a quasiment chaque poste triplé.

Le cas de figure Dubié au centre et Ashley-Cooper à l'aile samedi à Castres, vous l'auriez imaginé ?

J-B.D: Ouais, je le pousse à l'aile... (rires) Déjà quand il a signé, rien que de m'entraîner avec ce mec, je me suis dit que ce serait cool. C'est cool de pouvoir jouer avec lui ou "Juju" Rey, qui ont des grosses carrières et qui t' apprennent tout au long des heures d'entraînement. C'est hyper enrichissant.

0
0