Icon Sport

TOP 14 - Face aux attaques de Patrick Wolff, Jacky Lorenzetti monte au créneau

Face aux attaques de Wolff, Lorenzetti monte au créneau

Mis à jourLe 02/02/2016 à 09:49

Publiéle 02/02/2016 à 09:45

Mis à jourLe 02/02/2016 à 09:49

Publiéle 02/02/2016 à 09:45

Article de Anthony Tallieu

TOP 14 - Dans sa lettre de démission du Comité Directeur de la LNR, Patrick Wolff a ouvertement remis en cause ce qu'il considère comme les dérives du rugby professionnel. En marge d'un entretien qu'il nous a accordé, le président du Racing 92 Jacky Lorenzetti a tenu à lui répondre.

"Je trouve que la vie est belle dans le rugby français. Beaucoup de gens parlent à tort et à travers, souvent pour défendre avec de bonnes intentions le rugby. À force de cracher dans la soupe et de critiquer tout ce qui s'y fait, ils vont cependant à l'encontre de leurs bons sentiments. L'arrivée des investisseurs à donné une autre dimension au rugby, sans parler de leur apport à la société civile. Pour prendre le cas du Racing, notre budget était de 2 M€ quand j'ai repris le club et il est aujourd'hui à 24M€.

Eric de Cromières (Clermont) et Jacky Lorenzetti (Racing) - février 2015
Eric de Cromières (Clermont) et Jacky Lorenzetti (Racing) - février 2015 - Icon Sport

Nous rendions à l'époque à la nation 100 000 euros tandis que c'est 14 M€ qui entrent directement dans les caisses de l'État désormais. C'est considérable ! On a créé, uniquement avec la section professionnelle et l'école de rugby, une cinquantaine d'emplois, ce qui n'est pas mal non plus. Nous avons un projet très structurant sur le long terme qui est de bâtir un club qui soit bénéficiaire et indépendant des subsides de son actionnaire. On va y arriver en livrant l'Arena 92 dans un an. Elle va créer 1000 emplois à temps complet.

" On construit l'économie du rugby en respectant ses valeurs"

Il y a donc des investisseurs qui créent de la richesse mais aussi de l’événement car le championnat n'a jamais été aussi passionnant qu'aujourd'hui. Il a fallu attendre la dernière journée pour connaître les qualifiés et les relégués l'an dernier. Certes, le ciel du beau rugby s'est un peu assombri à cause du manque de performances de l'équipe de France mais je fais confiance à Guy Novès. Je trouve qu'on est trop négatif sur l'arrivée de l'argent dans le rugby. Cela veut dire quoi ? Qu'il n'aurait pas fallu décider que le rugby devienne professionnel ? Ce n'est pas moi qui ai choisi cela. Ce sont ceux qui étaient aux commandes à l'époque, à savoir messieurs Blanco, Camou et Wolff. Après, il faut pouvoir gérer le professionnalisme.

Jacky Lorenzetti (Racing 92) et Mourad Boudjellal (Toulon)
Jacky Lorenzetti (Racing 92) et Mourad Boudjellal (Toulon) - Icon Sport

Je ressors toujours une phrase d'une ancienne ministre des Sports, Chantal Jouanno, qui disait qu'il fallait que l'argent soit au service du sport et non le sport au service de l'argent. On construit l'économie du rugby en respectant ses valeurs. Je suis donc un peu agacé par les jacasseries qu'on entend à droite et à gauche. J'aurais préféré entendre plus de voix pour défendre ce sport merveilleux".

0 commentaire
Vous lisez :