AFP

TOP 14 - Dan Carter, Juan Imhoff et Joe Rokocoko convoqués par l'AFLD

Carter, Imhoff et Rokocoko convoqués par l'AFLD
Par Maxime Brossard via AFP

Le 10/01/2017 à 12:40Mis à jour Le 10/01/2017 à 12:42

TOP 14 - L'ouvreur du Racing 92, Dan Carter, ainsi que les deux ailiers, Juan Imhoff et Joe Rokocoko, n'en ont visiblement pas fini avec l'affaire des corticoïdes. Tous trois sont en effet convoqués à la fin du mois de janvier pour être entendus par l'AFLD (Agence française de lutte contre le dopage).

Votre journal 100% numérique

Abonnez-vous dès 7.90€/mois

Mis hors de cause le 18 octobre dernier, les Racingmen Dan Carter, Joe Rokocoko et Juan Imhoff, soupçonnés de prise de corticoïdes, pensaient être débarrassés de cette affaire. Finalement, celle-ci revient. Les trois stars du Racing 92 sont en effet convoqués à la fin du mois de janvier pour être entendus par l'AFLD (Agence française de lutte contre le dopage), comme nous l'apprend Le Monde. Une drôle de nouvelle pour le président francilien, Jacky Lorenzetti, qui avait déclaré que "cette pseudo-affaire" était classée. Lorenzetti s'en était d'ailleurs pris violemment aux médias, taxant la presse de "vouloir faire du sensationalisme".

Il semblerait donc que le Racing 92 se soit un peu trop avancé. Puisqu'après avoir été examiné par la commission de lutte contre le dopage de la FFR, les cas de Carter, Imhoff et Rokocoko vont maintenant être révisés par l'AFLD. Contacté par l'AFP, le président de l'AFLD, Bruno Genevois, a confirmé "l'évocation du dossier à des fins éventuelles de réformation de la décision de la FFR", sans préciser la date des auditions. Il s'agit là d'une procédure habituelle dans ce genre de dossier. Reste à savoir si les décisions prises seront différentes, les joueurs ayant été blanchis.

Juan Imhoff (Racing 92)

Juan Imhoff (Racing 92)Icon Sport

Laporte : "Plus il y a de la transparence, mieux c'est"

Pour assurer leurs défenses, les joueurs Ciel et Blanc avaient argué que la prise de corticoïdes était à usage thérapeutique, avec par exemple l'utilisation en spray nasal à laquelle avait eu recours Juan Imhoff pour soigner "une sinusite carabinée", selon Sylvain Blanchard, le médecin du club. L'argument de l'usage de traitements autorisés ne semble pour autant pas convaincre l'AFLD. C'est cette même agence qui avait d'ailleurs mené les contrôles anti-dopage à l'issue de la finale du 24 juin à Barcelone, finale remportée par le Racing 92. Dès lors l'AFLD souhaite pousser l'investigation un peu plus loin en ouvrant une procédure et en convoquant d'ici la fin du mois les trois joueurs concernés. Après enquête et audition, le verdict devrait tomber entre 4 et 5 mois plus tard.

La saisine de l'affaire par l'AFLD n'est "pas un désaveu" pour le nouveau président de la FFR Bernard Laporte. "Ce n'est pas parce qu'ils s'en saisissent qu'il y a faute. Au contraire : plus il y a de la transparence, mieux c'est. Ils sont dans leur rôle, ils ont le droit de vérifier. Il ne faut pas avoir peur de cela. A Toulon, on a été contrôlé six fois, je crois, une année. (...) On n'a rien à cacher. Ils iront au bout des choses. Ils ont envie d'aller plus loin, point. S'ils le font, c'est qu'ils ont leur raison".

0
0