AFP

Mourad Boudjellal (Toulon): "Le climat de suspicion, ce n'est pas moi qui l'engendre"

Boudjellal: "Le climat de suspicion, ce n'est pas moi qui l'engendre"
Par Rugbyrama

Mis à jourLe 07/01/2016 à 22:19

Publiéle 07/01/2016 à 18:47

Mis à jourLe 07/01/2016 à 22:19

Publiéle 07/01/2016 à 18:47

Article de Rugbyrama

Fatigué de voir son club souvent pointé du doigt au sujet du salary cap, le président de Toulon Mourad Boudjellal règle ses comptes dans un entretien à paraître vendredi dans les colonnes de Midi-Olympique.

Mourad Boudjellal (Toulon) dans son bureau - 1er décembre 2015
Mourad Boudjellal (Toulon) dans son bureau - 1er décembre 2015 - AFP

"Il faut que je me trouve de nouveaux défis"

Cette saison, il avoue également à nos confrères de Midi-Olympique connaître une "vraie baisse de libido rugbystique". Avant de confier : "Je suis quelque peu rassasié. Pour moi, le RCT est d’abord et avant tout un projet émotionnel avant d’être industriel. Or, l’émotion du premier titre européen, puis de ramener le Bouclier, faire le doublé ou vivre le premier match européen à Mayol et les délocalisations à Marseille et à Nice, du transfert impossible à réaliser… tout ça, je l’ai fait. Je ne peux maintenant que refaire, ce qui a été réalisé. Il faut que je me trouve de nouveaux défis".

Par ailleurs, il se projette déjà sur la saison à venir, où le manager Bernard Laporte passera le témoin à Diego Dominguez. Et si ce dernier ne semble pas convenir, il ne fera pas de sentiment: "Pour le moment, il y a Diego Dominguez qui vient d’arriver. Je l’observe, il m’observe aussi. Si je me rends compte que je me suis trompé, je n’hésiterai pas à faire marche arrière".

0 commentaire
Vous lisez :