AFP

Jake White: White: "Ce n'est pas une catastrophe"

White: "Ce n'est pas une catastrophe"

Le 09/05/2016 à 09:20Mis à jour Le 09/05/2016 à 09:28

TOP 14 - Le manager de Montpellier Jake White relativise la défaite de son équipe, samedi, à La Rochelle (36-10). Le Sud-Africain est tourné vers la finale de Challenge Cup, vendredi prochain, à Lyon, contre les Harlequins.

Votre journal 100% numérique

Abonnez-vous dès 7.90€/mois

Exclusivité Eurosport Player : Suivez 100% du championnat !

Voir sur Eurosport

Jake, dans quel état êtes-vous après cette défaite ?

Jake WHITE: Je suis déçu mais ce n'est pas grave. J'ai écouté le joueur rochelais qui parlait avant mon arrivée devant vous (Zeno Kieft, ndlr). Il parlait de recharger les batteries mais ce n'est pas possible maintenant pour Montpellier car il y a la finale de Challenge Cup contre les Harlequins à Lyon, la semaine prochaine. J'ai changé le groupe pour venir à La Rochelle mais ce n'est pas une excuse. Certains dans le groupe n'avaient pas beaucoup joué ces derniers temps, c'était très dur de trouver de la cohésion. La Rochelle avait aussi une bonne série en cours à domicile en gagnant contre tout le monde. Je savais que c'est difficile de gagner ici.

Qu'est-ce-qui est le plus rageant ?

J.W: Peut-être le fait de voir qu'on mène au score 5-10 (à la 25e minute, ndlr) et qu'on se dit qu'à la fin, on perd 36-10. Ce n'est pas possible… Mais je sais aussi que j'avais 7 joueurs Espoirs. Beaucoup de Français.

Jake White, le manager de Montpellier

Jake White, le manager de MontpellierAFP

C'était nécessaire de faire tourner avant votre finale européenne ?

J.W: C'était une bonne opportunité pour tous ces jeunes. Je leur ai dit après le match, que le Top 14, c'est très dur. L'ambiance, ici, à La Rochelle, c'est incroyable. Mais c'est bon pour ce groupe de jeunes ! Pour leur apprentissage du Top 14.

Vous ne prenez pas cette défaite à la légère pour autant...

J.W: Tout le temps, c'est important. Contre le Stade français ou Brive, on ne prend pas le bonus offensif. Ici, ce n'était pas possible pour le bonus défensif. Mais si vous m'aviez dit en début de saison que nous serions deuxièmes ou troisièmes au classement ainsi que finaliste de la Challenge Cup, j'aurais répondu "oui, je veux bien" !

" En France, c'est la spirale négative"

Vous n'êtes pas inquiet avant la finale contre les Harlequins ?

J.W: Non, en Afrique du Sud, ce n'est pas comme ça ! En France, c'est la spirale négative. C'est tout le temps comme ça. On dit c'est la catastrophe, la saison est finie, ce n'est pas possible de gagner le Top 14... Mais je suis différent.

Perdre à La Rochelle, c'est aussi la fin d'une belle série de dix matches sans défaite…

J.W: Oui, c'est le premier match perdu en onze matches mais ce n'est pas une catastrophe à Montpellier.

0
0