Paul Jedrasiak (Clermont) sonne la charge face aux Bordelo-Béglais - 24 janvier 2016 - Icon Sport
Top 14

19e journée Top 14 - Deux mois plus tard, Clermont retrouve son bourreau...

2 mois plus tard, Clermont retrouve son bourreau...
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 27/03/2016 à 10:12 - Publié le 27/03/2016 à 10:05
Par Julien TEILLER - Le 27/03/2016 à 10:12

TOP 14 - Avant de se recroiser, peut-être, lors des phases finales, l’Union Bordeaux-Bègles et Clermont-Auvergne s’affrontent dimanche pour la quatrième fois de la saison. Tombeurs de l'ASM en Coupe d’Europe, les Bordelais peuvent s’attendre à des Auvergnats revanchards…

"Ils sont venus nous foutre une rouste chez nous. Rien que ça suffit à nous motiver" . Le pilier Raphaël Chaume parle court mais en dit souvent long. Et à l’évocation des retrouvailles avec l’Union Bordeaux-Bègles, il résume en deux phrases les sentiments qui animeront les Clermontois dimanche, sur la pelouse de Chaban-Delmas (16h15). "Un beau match nous attend, dans ce beau stade. On joue pour le gagner, sinon ça ne sert à rien d’y aller".

La Coupe d’Europe en travers de la gorge

Les Auvergnats restent meurtris par ce match improbable de la fin janvier, cette défaite à domicile face à Bordeaux qui, combinée à une erreur de calcul, les a privés des quarts de finale de Champions Cup. Et s’il ne s’agit pas d’une revanche, les Clermontois ont bien une idée derrière la tête avant cette quatrième confrontation de la saison face à ces Girondins briseurs de rêve. "Bordeaux c’est l’équipe qui a fait que l’on ne s’est pas qualifié en Coupe d’Europe", confirme le troisième ligne Alexandre Lapandry. "Ce sont toujours des matches âpres face à eux. On a été gagner là-bas en Coupe d’Europe mais ce sera différent".

Baptiste Serin (Bordeaux-Bègles) tente de se dégager face à Noa Nakaitaci (Clermont) - 24 janvier 2016
Baptiste Serin (Bordeaux-Bègles) tente de se dégager face à Noa Nakaitaci (Clermont) - 24 janvier 2016 - AFP

Après trois confrontations, le bilan est équilibré. Un match nul (26-26) au mois de septembre à Clermont, premier faux pas de la saison pour les Auvergnats. Une victoire de l’ASM à Bordeaux début janvier en Champions Cup (28-10). Avant le coup de massue assené par les hommes de Raphaël Ibanez (28-37), dans un stade Michelin abasourdi.

Clermont a repris du poil de la bête

Il a fallu quelques semaines aux Clermontois pour se remettre de cette immense désillusion, mais ce sont des Jaune et Bleu remobilisés qui s’avancent pour le quatrième round. Grâce à un quasi sans faute et cinq victoires de rang en février et mars, les Auvergnats se sont focalisés avec appétit sur le Top 14, le seul os qu’il leur reste à ronger. Leaders avant cette 19e journée, les Auvergnats font de nouveau peur mais gardent la tête froide. "C’est anecdotique, vu le parcours qu’il nous reste à faire et le calendrier qui nous attend. C’est du lourd et il faudra être consistants sur ces déplacements", prévient Aurélien Rougerie.

Aurélien Rougerie (ASM Clermont) - 20 mars 2016
Aurélien Rougerie (ASM Clermont) - 20 mars 2016 - AFP

Car, après Bordeaux, c’est un enchaînement de très haut niveau qui attend les Clermontois jusqu’au début du mois de mai. Une seule réception, celle d’Agen, pour deux déplacements à Toulon et au Racing… Ce n’est donc pas le moment de s’enflammer pour Franck Azéma. "Je ne change pas de discours : l’important c’est que l’on soit dans les six et que l’on joue les phases finales. On sait qu’être premier, ça ne rapporte rien. Mais c’est une bonne chose, ça valide le fait que depuis cinq matches, on est soudés, on joue en équipe."

Clermont a suffisamment payé pour savoir que la saison régulière n’offrait pas de titres. Et à l’image d’Aurélien Rougerie, l’équipe ne se focalise pas sur la défense de cette première place. "On n’a pas vraiment fixé d’objectif pour cette fin de saison. Ce qu’on voulait c’était sortir la tête de l’eau et jouer en équipe, se reprendre après les déconvenues qu’on a vécu à la maison. Pour nous et nos supporters. Maintenant on peut travailler dans la sérénité".

Toute la semaine en stage

Cette semaine, c’est donc sereins et loin des regards que travaillent les Clermontois. Franck Azéma a décidé d’emmener tout son groupe en stage à Benidorm, au sud de l’Espagne. L’escapade n’a rien du stage commando ou de l’expérience de survie en milieu hostile, Azéma souhaitait plutôt une parenthèse de travail ensoleillé pour souder un groupe qui se retrouve enfin presque au complet, à trois moins de la fin de saison. "Chaque année on retrouve les internationaux à cette période. Jusqu’à présent, ils revenaient avec la tête à l’envers, c’est un peu moins le cas cette année. Mais c’est pour rassembler l’effectif et passer un bon moment ensemble pour préparer Bordeaux et les matches suivants".

A huit matches de la fin de la saison régulière, avant que les choses ne s’emballent, les joueurs voient d’un bon œil cette initiative, une nouveauté de plus dans cette saison particulière. "On part en stage avec tout le monde y compris les blessés. Ça va nous permettre de nous retrouver, de resserrer encore plus les liens. Le rugby ça se joue avec une bande de copains. Tu as beau être bon, si tu ne joues pas avec les autres ça ne marche pas", apprécie Raphaël Chaume. Lors des veillées au coin du feu, le pilier parlera peut-être à ses coéquipiers de ce retour à Bordeaux… Exemptée de match le weekend dernier, l’Union reste aussi sur cinq matches sans défaite. Ces retrouvailles entre deux vieilles connaissances, deux équipes parmi les plus en forme du Top 14, s’annoncent bouillantes.

0 commentaire
Ajoutez le vôtre !
 
×