Icon Sport

19e journée Top 14 - Cette fois, c'est la bonne pour les Rochelais à l'extérieur ?

Cette fois, c'est la bonne pour les Rochelais à l'extérieur ?

Mis à jourLe 25/03/2016 à 15:42

Publiéle 25/03/2016 à 15:42

Mis à jourLe 25/03/2016 à 15:42

Publiéle 25/03/2016 à 15:42

Article de Arnaud Bébien

TOP 14 - Que peuvent attendre les Rochelais, actuellement huitièmes, de la fin du championnat ? Romain Sazy et Jean-Pascal Barraque apportent des réponses alors que se profilent les huit derniers matchs et qu’une victoire à l’extérieur est toujours attendue.

"L’objectif, c’est aller le plus haut possible. On ne va pas se mettre des barrières. Il reste huit matches. S’il y a moyen de faire quoi que ce soit, on va le faire. Pour les joueurs, pour le club, pour tout le monde. Être ambitieux, c’est la moindre des choses dans ce championnat. Sinon, on attend, on laisse tranquillement dérouler, et on termine à la douzième place. Je ne pense pas que c’est notre objectif. On est à huit points de la sixième place. Si jamais on peut faire quelque chose pour récompenser le groupe, le travail de l’année, on le fera. Pour qu’on soit une grande équipe du Top 6, il faut une victoire à l’extérieur" . Non, ce n’est pas Patrice Collazo qui s’exprime mais Romain Sazy, le plus ancien de l’effectif Jaune et Noir, avec en juin prochain une sixième saison conclue sous le même maillot. Voici donc résumées les attentes des joueurs maritimes pour le dernier tiers du championnat où ils occupent actuellement la huitième place.

Romain Sazy dans les airs face à Sylvain Nicolas lors de Stade français-La Rochelle
Romain Sazy dans les airs face à Sylvain Nicolas lors de Stade français-La Rochelle - Icon Sport

Sazy: "L'histoire se répète sur les matches à l'extérieur"

L’an passé, après un premier bonus défensif obtenu à Toulouse en janvier, les hommes de Patrice Collazo et Xavier Garbajosa avaient obtenu leur premier succès hors de leur base en mars, sur la pelouse de l’UBB. Jusqu’à présent, les bonus défensifs se succèdent à l’extérieur, mais la victoire, elle, se fait attendre. "L’histoire, elle se répète sur les matches à l’extérieur", analyse Sazy.

Sur les après-matches, on débriefe toujours sur les mêmes choses. On ne passe pas loin mais les erreurs, elles viennent de nous. On n’arrive pas à tuer les matchs, on manque de concentration sur certains essais qui sont faciles pour les autres alors que nous, on multiplie les temps de jeu pour essayer de franchir la ligne. C’est cette constance-là qui nous fait défaut à l’extérieur, et j’espère qu’on la corrigera avant la fin de la saison. Parce que terminer une saison sans victoire à l’extérieur… On était bien partis, on ramenait des points de bonus. On se disait qu’on était en avance par rapport à l’année dernière et au final, il n’y a toujours pas de victoire”.

Malietoa Hingano, le centre de La Rochelle
Malietoa Hingano, le centre de La Rochelle - Icon Sport

Les Rochelais n'ont pas dit adieu au Top 6

Avec huit points de retard sur les Toulousains, sixièmes, et quatre sur les Castrais, septièmes, les Rochelais peuvent toujours nourrir l’espoir de faire mieux que l’an passé (9e au final) et surtout que maintenant (8e). Un avis que partage le centre Jean-Pascal Barraque. "Devant, ils ne sont pas très loin, derrière ça se rapproche aussi", souligne-t-il. "On préfère viser vers le haut, on voudrait se rapprocher de plus en plus de cette sixième place. Comme tous les joueurs, je pense que ce club est ambitieux et on a envie d’aller le plus haut possible. Si à la fin de la saison, on fait sept, ce sera sept. Mais nous, on veut se rapprocher le plus possible de cette qualification".

Ce qui manquerait, selon Jean-Pascal Barraque, ce serait de la continuité sur 80 minutes pour espérer enfin l’emporter hors de Marcel-Deflandre. "À l’extérieur, on est un peu dispersés", dit-il en effet. "C’est un peu au coup par coup. Les vingt premières contre le Stade français, on était un peu ailleurs, après on se reprend, on revient à deux points à la mi-temps. En deuxième mi-temps, on refait les mêmes erreurs qu’en première période. On se refait scorer. Faut arriver à faire un match plein à l’extérieur pour pouvoir prétendre à être un peu plus haut au classement. On se dit que gagner à l’extérieur, l’an dernier, on l’a déjà fait. Ce serait bien qu’on le réitère, pourquoi l’an dernier on l’a fait et pas cette année ? Alors qu’on a sans doute un groupe encore plus compétitif, un groupe qui vit bien et puis on a une très bonne dynamique".

Enfin, une victoire à l’extérieur, "ça soude un groupe, ça construit encore plus", conclut Romain Sazy. "Je pense qu’on a besoin de se retrouver, dans un vestiaire hors de Deflandre, avec une victoire à l’extérieur pour savourer une bière tous ensemble. On en aurait besoin".

0 commentaire
Vous lisez :