Benoît Paillaugue, le demi de mêlée de Montpellier - Icon Sport
Top 14

14e journée Top 14 - Et si le mois de janvier était celui de Montpellier...

Et si le mois de janvier était celui de Montpellier...
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 29/01/2016 à 10:34 - Publié le 29/01/2016 à 10:34
Par Thomas CORBET - Le 29/01/2016 à 10:34

TOP 14 - Vacillant et critiqué au cœur de l'automne, le MHR semble reprendre des couleurs en ce début d'année. La confrontation contre Clermont, à double-tranchant, pourrait confirmer l'embellie, ou y mettre un terme brutal.

De la même manière que tout n'était pas à jeter il y a de cela quelques semaines, tous les problèmes ne sont pas encore résolus dans les rangs du MHR. Encore inconstante, et équipe la plus indisciplinée du championnat, cette formation critiquée pour avoir trop fait de place à des joueurs étrangers a finalement des traits bien français! "Nos étrangers se sont bien fondus dans le moule! Mais sans rire, c'est notre vrai point noir. On est inconstants, et surtout énormément pénalisés", résume Benoit Paillaugue. Néanmoins, les Cistes sont, fait rare, passés sous la barre des dix pénalités concédées le week-end dernier contre les Harlequins.

Bismarck Du Plessis (Montpellier) face à Agen - 27 décembre 2015
Bismarck Du Plessis (Montpellier) face à Agen - 27 décembre 2015 - Icon Sport

Encourageant, au même titre que le sans-faute réalisé sur la conquête en touche, là aussi un des secteurs où les Héraultais ont une fâcheuse tendance à souffler le chaud et le froid. Cette confrontation contre les Londoniens, meilleure équipe de Challenge Cup, pourrait être sinon un déclic, une pierre importante apportée à l'édifice en cours de construction. "C'était un bon match pour nous, déjà parce qu'on s'est qualifiés, mais aussi parce qu'il y a eu deux ou trois choses satisfaisantes malgré un groupe assez neuf. Cela montre que nous trouvons petit à petit un peu plus de repères, et que nous sommes en train de bâtir quelque chose", estime Shaun Sowerby.

Paillaugue: "Pas le bon moment pour aller à Clermont"

Ajoutez à cela le retour aux affaires de François Trinh-Duc, celui de Ben Lucas qui en a fini avec ses pépins physiques, ou encore l'inclusion dans le groupe de Marvin O'Connor qui devrait être mis à disposition du club après le stage avec l'équipe de France, et il y a, de prime abord, de quoi être optimiste pour Montpellier. Sauf que, samedi (14h30), les Cistes seront confrontés à LA grosse inconnue du moment. Entre son élimination presque auto-infligée de Champions Cup et des indices de discorde interne, l'ASMCA parait moins imprenable qu'à l'accoutumée (un nul et trois défaites au Michelin cette saison). Les dynamiques opposées des deux formations peuvent-elles donner un avantage au MHR ? Rien n'est moins sûr.

L'ailier de Montpellier, Marvin O'Connor
L'ailier de Montpellier, Marvin O'Connor - Icon Sport

Vous ne trouverez d'ailleurs personne au complexe Yves-du-Manoir pour vous annoncer que le voyage en Auvergne sera une sinécure. "Parler de Clermont n'est pas mon rôle, mais en tout cas je suis certain qu'ils sauront répondre, et je ne me fais aucun souci pour eux", souffle un Shaun Sowerby laconique. Un son de cloche qui fait écho aux mots de Benoit Paillaugue: "Je pense que ce n'est pas le bon moment pour y aller. Clermont est une bête blessée, et je me souviens qu'ils étaient allés gagner à Brive, ou pas grand monde ne s'impose, après leur défaite contre le Racing. On s'attend donc à quelque chose de très, très dur".

Nic White, pour sa part, préfère ne pas s'y attarder pour conclure: "Ça peut être le bon moment, ou pas, il ne faut pas y penser, et plutôt se concentrer sur ce que nous voulons faire. Nous commençons doucement à assimiler notre projet de jeu, on verra ce qu'on sera arrivés à faire samedi soir".

0 commentaire
Ajoutez le vôtre !
 
×