Peceli Yato, le troisième ligne de Clermont - Icon Sport
Top 14

13e journée Top 14 - Clermont/Toulouse, trajectoires divergentes

Clermont/Toulouse, trajectoires divergentes
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 18/03/2016 à 11:09 - Publié le 18/03/2016 à 11:08
Par Julien TEILLER - Le 18/03/2016 à 11:09

TOP 14 - Invaincu depuis quatre matches, Clermont va tenter d’aligner une cinquième victoire d’affilée contre Toulouse. Deux équipes aux trajectoires longtemps parallèles, jusqu'à leur récent passage à vide. Mais Clermont, qui remonte la pente, se méfie d'un Stade toulousain en quête de rebond.

Jusqu’au début février, Clermont et Toulouse ne se lâchaient pas. Voisins dans le quatuor de tête du championnat depuis la première journée, costauds malgré les absents pendant la Coupe du monde, les deux rivaux tenaient le même cap à quelques degrés près. La fin de la phase de poules de Champions Cup, synonyme d'élimination pour les deux équipes, a été suivie d’un vrai passage à vide pour Clermont, qui a sévèrement accusé le coup. Mais alors que les Auvergnats carburent à nouveau, ce sont les Toulousains qui marquent le pas.

Clermont remonte, Toulouse s'enfonce

Depuis la trêve du début février, les parcours des deux équipes sont clairement divergents. Au soir de la 14e journée, fin janvier, Toulouse occupait la 2e place et Clermont était 4e. Aujourd’hui, Clermont est deuxième, et Toulouse 6e, dix points derrière. Clermont vient de glaner 19 points en quatre matches, alors que Toulouse n’en a pris que 5. Après deux défaites à La Rochelle et contre Montpellier, Toulouse a enchaîné par deux nuls, à Brive et face à Bordeaux, et vient d’être éjecté du top 4. Clermont vient d’y revenir, au prix de quatre victoires en quatre matches.

David Strettle, l'ailier anglais de Clermont
David Strettle, l'ailier anglais de Clermont - Icon Sport

Le coach Franck Azéma voit surtout une part de malchance dans la baisse de régime de Toulouse. "Leur mauvaise passe est liée à deux tirs au but mal négociés. Ils ont en plus rencontré des adversaires costauds, et franchement je ne les vois pas malades non plus…" Alors que Clermont vient de réaliser sa meilleure série depuis le début du championnat, joueurs et staff savent que l’équilibre est fragile, entre un jeu brillant par intermittences, et un effectif à flux tendu. "Je ne sais pas si on va mieux, en tout cas, ce qui nous est arrivé est dans un coin de notre tête. On bosse, on retrouve de la confiance en gagnant, mais on reste fragiles", confirme Morgan Parra.

Toujours marqués par leur élimination en Coupe d'Europe, les Clermontois évoquent un unique objectif : la qualification pour les phases finales du Top 14. Et n'entendent surtout pas se préoccuper de leurs concurrents, dont font partie les Toulousains. "On va se concentrer sur nous et sur ce qu’on produit, et pas sur leur sort", tranche Azéma. "On a suffisamment à faire en interne, pour digérer la période d’il y a un mois".

Le groupe clermontois
Le groupe clermontois - Icon Sport

Deux effectifs diminués par les absences

Parmi les similitudes entre les deux équipes, outre le contrecoup de l'élimination en Champions Cup, Clermont et Toulouse composent depuis août avec des absences en nombre, entre joueurs sélectionnés, blessés ou suspendus. A Clermont, Azéma rappelle que seize de ses joueurs ont dû être opérés depuis le début de la saison, et qu'il vient de perdre Vincent Debaty (élongation ischios) et Julien Bardy (entorse genou) pour plusieurs semaines. Les retours de Vahaamahina et Lee ne seront pas un luxe, quand quatre Bleus (Jedrasiak, Chouly, Fofana, Spedding) et un Gallois (Davies) manquent encore à l'appel cette semaine. "On est à flux tendu, à peine plus de 23 à l’entraînement et on n’est pas à l’abri d’un pépin dans la semaine, donc c’est assez dur à maîtriser", explique le coach.

C'est à peu près la même situation pour Toulouse, qui laisse à disposition de l’équipe de France encore cinq joueurs ce week-end (Fickou, Maestri, Bézy, Médard, Camara). "C’est sûr qu’il y a les doublons, mais quand je vois l’équipe qu’ils alignent, ils ne font pas pitié non plus. Tout le monde passe par là à un moment de la saison. Il faut courber l’échine, et attendre que ça passe", témoigne Franck Azéma.

Sébastien Vahaamahina (ASM Clermont) - 8 janvier 2016
Sébastien Vahaamahina (ASM Clermont) - 8 janvier 2016 - Icon Sport

Aucune victoire contre une équipe du top 6

On l'aura compris, Clermont se méfie, et veut éviter un nouveau coup d’arrêt à domicile. Incapables de battre les membres du Top 6 en championnat cette saison (défaites contre Toulon, le Racing et Montpellier à la maison et nul face à Bordeaux), les Clermontois passeront un vrai test ce dimanche. "On s’attend à un gros match", confirme Morgan Parra. "Parce qu’ils sont tout près de pouvoir bien basculer mais ils sont tenus en échec. On connaît Toulouse, la qualité de cet effectif, et leur capacité à rivaliser chez de grosses équipes. Ils savent cibler ce genre de matches. On est prévenus…"

Azéma suit son capitaine, et redoute l'orgueil des Toulousains, remontés par leur capitaine Thierry Dusautoir suite au nul face à Bordeaux. Après Toulouse, Clermont affrontera Bordeaux, Toulon et le Racing, tout ça avant début mai. Un moment de vérité, qu'il faut absolument bien commencer...

0 commentaire
Ajoutez le vôtre !
 
×