Icon Sport

12e journée Top 14 - Gio Aplon, "le joueur de classe mondiale" de Grenoble...

Aplon, "le joueur de classe mondiale" de Grenoble...

Le 04/01/2016 à 09:22

TOP 14 - Gio Aplon a brillé samedi face à Oyonnax. L’arrière sud-africain a été un des grands artisans de la victoire bonifiée de Grenoble (42-17) qui met fin à quatre défaites de suite en Top 14 et s’éloigne de la zone rouge. Après sa performance majuscule, l’ancien Springbok restait modeste, mettant en avant le collectif isérois.

Si on veut faire un résumé de la prestation de Gio Aplon, samedi après-midi, contre Oyonnax, on peut isoler trois actes.

Acte 1. On joue la 27e minute. L’arrière sud-africain de Grenoble récupère une chandelle trop longue de Denos et relance, élimine par sa vitesse et ses appuis deux Oyomen, sert à droite Alexandre. L’action aboutit à quelques mètres de l’en-but de l’USO, où, dans un ruck, Tian enterre le ballon. Carton jaune pour l’ailier ivoirien. Deux minutes plus tard, Roodt marque le deuxième essai du FCG qui se détache (18-3, 29e).

Récompensé de son grand match par un essai

Acte 2. 33e minute. Nouvelle relance d’Aplon. Quatre défenseurs sont éliminés. L’ancien Springbok sert une nouvelle fois Alexandre, qui lui remet en une-deux, d’une passe magique dans le dos, le ballon. Aplon court le long de la ligne de touche, du côté des bancs des entraîneurs, une cuillère de Missoup le fait trébucher, mais au sol il parvient à servir d’une passe McLeod qui marque en coin (25-3, 35e). En moins d’une mi-temps, la victoire est quasiment acquise pour un FCG, à la conquête parfaite durant cette partie, 100 % de ses touches et mêlées remportées, qui tient aussi un cinquième point.

Gio Aplon (Grenoble) échappe à Fabien Cibray (Oyonnax) - 3 janvier 2015

Gio Aplon (Grenoble) échappe à Fabien Cibray (Oyonnax) - 3 janvier 2015Icon Sport

Acte 3. 43e minute. Après une passe chistera de Wisniewski près de la ligne oyonnaxienne, Aplon bondit par-dessus Maurouard, au sol, et se détend pour aplatir le quatrième essai isérois, malgré le plaquage de Missoup. Le bonus offensif est sécurisé. Les Grenoblois le conserveront jusqu’au bout (cinq essais à deux, 42-17 au final). Cet essai est venu récompenser le grand match du Sud-Africain, 33 ans.

Aplon: "Demain, il faut se remettre au travail"

Mais pas question pour lui de s’enflammer. Pas le genre du personnage. "L’occasion s’est présentée. Pour moi, c’est très important d’en profiter aujourd’hui (samedi), mais demain il faut se remettre au travail. Travailler encore. Pour nous, le mois de janvier est très important avec deux matches de Coupe d’Europe (London Irish et Edimbourg en Challenge Cup pour se qualifier, Ndlr) et un autre de Top 14 à Agen avant la trêve en février".

Ce qui frappe en effet chez Gio Aplon, au-delà de son talent, c’est son humilité, sa modestie. On a beau avoir porté le maillot des Springboks à 17 reprises, réalisé souvent de grands matches avec Grenoble, on sait garder les pieds sur terre et mettre en avant d’abord l’équipe. "Tous les gars, du n°1 au 23, ont réalisé une super performance", a-t-il salué. "Pour moi le plus important, c’est le collectif. Si le collectif joue bien, les individualités peuvent réaliser de grandes performances".

Gio Aplon, l'arrière de Grenoble - Novembre 2015

Gio Aplon, l'arrière de Grenoble - Novembre 2015Icon Sport

Jackman: "Un joueur de classe mondiale"

Le public grenoblois ne s’est pas trompé en scandant son nom au cours du match. Si bien sûr il a été touché par cette reconnaissance, il espère que la prochaine fois, ce sera au tour d'un de ses coéquipiers d'être salué pour sa performance individuelle.

Si Aplon préfère parler du groupe que de lui, l’entraîneur en chef de Grenoble Bernard Jackman s’en charge à sa place. "Il est renversant. Gio Aplon, c’est un joueur de classe mondiale. Il est très bien adapté à notre style de jeu. On n’a pas beaucoup de joueurs qui ont joué au niveau international, en particulier avec un pays comme l’Afrique du Sud. Quand tu regardes nos matches lors des deux dernières saisons, c’est souvent lui qui fait la différence. Il a manqué un peu de rythme à Bordeaux (défaite du FCG 25-19, le 27 décembre) parce qu’il n’avait pas joué pendant deux semaines (durant la Challenge Cup). Contre Oyonnax, on a bien vu le vrai Gio Aplon". Et dans son sillage un très bon Grenoble. Le FCG est désormais relancé en Top 14, grâce, pour une part, à son formidable relanceur.

0
0