Icon Sport

Transfert - Top 14 - Mathieu Ugalde : "Avec ce projet de fusion, les joueurs se sont faits avoir"

Ugalde: "Avec ce projet de fusion, les joueurs se sont faits avoir"

Mis à jourLe 26/06/2015 à 21:05

Publiéle 26/06/2015 à 18:24

Mis à jourLe 26/06/2015 à 21:05

Publiéle 26/06/2015 à 18:24

Article de Denis GIBERT

Comme tous, Mathieu Ugalde ne sait pas encore si le projet de fusion entre Bayonne et Biarritz se fera. Lui qui était engagé dans ce projet a finalement décidé de signer jeudi un contrat de deux ans à Brive. "Partir va me faire du bien", affirme le jeune joueur "soulagé" de quitter cet Aviron bayonnais qui l'a vu grandir.

Pourquoi avez-vous finalement décidé de quitter Bayonne avant même que l’on sache définitivement si la fusion se fera ou pas ?

Mathieu UGALDE: J’avais dit à Manu Mérin qu’en cas de non fusion je partirais. Brive m’avait laissé jusqu’au 27 juin soit au lendemain du vote de la section amateur de l’Aviron bayonnais. Le BO amateur avait voté non mardi. Même s’ils vont revoter, je pense que Bayonne va voter non. Je ne voulais pas faire attendre plus Brive et j’ai décidé de prendre cette décision.

" J’ai préféré avoir quelque chose de concret et assurer deux ans à Brive"

On sent un certain soulagement.

M.U: Oui. Depuis un mois on est tous (les joueurs) dans le flou. Brive m’avait appelé depuis un petit moment en me faisant confiance. J’avais refusé. Ils ont insisté et à Bayonne c’était toujours aussi flou. J’ai préféré avoir quelque chose de concret et assurer deux ans à Brive. J’ai signé jeudi et c’est un soulagement énorme. Ça fait tellement longtemps qu’on me dit qu'il faut partir. J’ai l’opportunité aujourd’hui et c’est la meilleure chose pour moi. Ce n’est pas qu’une question d’argent. J’en perds en allant à Brive par rapport à mon nouveau contrat qui m’était proposé à Bayonne. C’est aussi un choix sportif et de vie. J’ai toujours été à l’Aviron, ça va me faire du bien.

Etait-ce difficile dans un sens de jouer en tant que professionnel à Bayonne, vous l’enfant de Bayonne ?

M.U: J’ai toujours l’ombre de mon père qui n’est pas très loin (conseiller municipale de la majorité, ndlr). Jouer ici c’est beaucoup de pression pour moi. Les gars dans les tribunes sont des proches. Je ne suis même pas sûr que ce soit un cocon. C’est plus difficile de réussir dans son club. Je ne pense pas que j’aurais joué sans les blessures des autres joueurs. Clément Otazo était devant moi, Bastien Fuster aussi. Ça s’est bien goupillé pour moi. J’ai eu ma chance et j’ai su la saisir. Ça me fait rire quand j’entends: "tes larmes, c’était des fausses larmes" (au soir de la relégation). Non, c’est mon club et c’était surtout par rapport au groupe. On est tous pros, mais c’est quand même un groupe de copains. Si le club m’avait reproché l’amour du maillot, j’aurais pu aussi leur rappeler certains passages où ils ont voulu se séparer de moi. C’est un monde pro. L’amour du maillot, oui bien sûr, mais il faut aussi penser à soi, comme tout le monde dans ce milieu finalement.

En regardant en arrière, ne fallait-il pas partir plus tôt ?

M.U: J’aurais dû partir plus tôt. Manu Mérin et beaucoup nous avaient promis qu’il y aurait cette fusion. Du coup on s’est assis sur des belles offres, moi le premier. Des mecs comme Joe Rokocoko ou Aretz (Iguiniz) sont restés à Bayonne pour cette fusion. On s'est fait avoir. Manu n’a pas réussi à aller au bout de son projet.

Avez-vous l’impression d’être utilisé pour promouvoir cette fusion ?

M.U: Pour avoir un peu de crédibilité, ils étaient obligés de mettre des mecs d’ici. On n’est pas cinquante. Ça ne me gêne pas du tout. Manu Mérin n’a pas eu tout juste sur cette fusion, mais avec moi il a toujours été honnête. Même s’il n’a pas réussi, il a quand même été au bout. Il ne faut pas lui en vouloir pour ça.

Pourquoi ce rapprochement entre Bayonne et Biarritz n’est pas une réussite selon vous ?

M.U: Tout le monde l’a vu. La communication n’a pas été bonne. Se soucier au dernier moment que c’est l’amateur qui vote et qui prend la décision… Des choses n’avaient pas été prévues. Ils auraient dû commencer par ça. Aller voir les amateurs et enchaîner si c'était positif. Ils ont mis la charrue avant les bœufs, c’est dommage. Il y avait un peu d’amateurisme. C’est dommage parce que je pense qu’au-delà de ça c'était un bon projet.

Mathieu Ugalde (Bayonne) contre Toulouse - avril 2015
Mathieu Ugalde (Bayonne) contre Toulouse - avril 2015 - Icon Sport
" C’est Provale qui en a appelé certains pour leur dire qu’ils ne seront pas conservés en cas de fusion"

Que pensez-vous de la façon dont les joueurs ont été considérés dans cette histoire de fusion ?

M.U: Maintenant, j’espère vraiment que ça ne se fera pas. Il faut un peu de stabilité et c’est galère pour les joueurs. Aucun ne sait s’il aura son salaire prévu, où ils seront. C’est Provale qui en a appelé certains pour leur dire qu’ils ne seront pas conservés en cas de fusion. À ce niveau, ça a été limite quand même. Les joueurs veulent que tout cela s’apaise et commencer leur saison. Pour moi, la fusion est morte pour un petit moment. J’espère que les deux clubs vont jouer le haut de tableau en Pro D2 mais ce n’est même pas sûr. Mais à long terme la fusion est la solution je pense… Même si l’Aviron c’est mon club… Quand on m’a parlé de fusion au début, j’étais le premier contre. J’ai dit à Manu "non je ne participerais pas". J’ai réfléchi, je me suis rendu compte que si je ne faisais pas l’abruti c’était la meilleure chose à faire.

Dans quel état d’esprit allez-vous à Brive ?

M.U: Je vais me faire petit moi qui étais un peu grande gueule dans le vestiaire à Bayonne. Je n’ai joué qu’une saison en Top 14. J’ai 23 ans et je n’ai aucun statut à revendiquer. Mon ambition est de jouer c’est tout. C’est un bon groupe apparemment avec une bonne ambiance. Quand j’y étais jeudi il y avait Ledevedec parti depuis à l’UBB qui était là. Voir des anciens venir en visite ça veut dire quelque chose.

" On aurait dû s'inspirer de clubs comme Brive ou Oyonnax"

Quelle image avez-vous de Brive ?

M.U: Celle d’une équipe de pénibles. Contrairement à nous qui jouions le maintien mais qui n’étions pas pénibles. On était trop gentil. Peut-être qu’on aurait dû s’inspirer d’eux. À un moment à Bayonne on s’est pris pour d’autres et je pense que ça a été la mort de l’Aviron. Eux ont fait avec leurs moyens et ils l’ont bien fait. On aurait dû s’inspirer de clubs comme Brive ou Oyonnax.

Mathieu Ugalde quitte Bayonne amer - juillet 2014
Mathieu Ugalde quitte Bayonne amer - juillet 2014 - Icon Sport
0 commentaire
Vous lisez :