Icon Sport

Top 14 - Quelle sera la motivation de Lyon, presque condamné à descendre ?

Quelle sera la motivation de Lyon, presque condamné à descendre ?

Le 05/05/2015 à 14:50Mis à jour Le 05/05/2015 à 15:15

Si l’avenir du Lou se profile en Pro D2, il lui reste trois matchs de Top 14 à disputer. Le premier ce samedi face à La Rochelle. Quelle sera la motivation lyonnaise dans cette fin de saison ? Les langues commencent à se délier, et si la déception est loin d’être effacée, il s’agira déjà de se faire plaisir sur le terrain. Mais l’heure est aussi aux premiers bilans.

Votre journal 100% numérique

Abonnez-vous dès 7.90€/mois

L’accusé lyonnais avait jusqu’ici choisi de garder le silence, après avoir fauté face à Bordeaux-Bègles, mais il a finalement décidé de se confier. Somme toute avec franchise. Pourquoi ne pas avoir exprimé, à chaud, son sentiment sur ce revers aux conséquences terribles ? "Il n’y avait pas grand chose à dire. Les joueurs étaient très déçus donc on a préféré ne pas exprimer quelque chose qui était assez simple. Le coup de massue, cela fait un moment qu’on l’a pris. Pour moi, cela fait quand même un petit moment que l’on est sur la pente descendante. La descente est quasiment actée", dit cette semaine Olivier Azam.

N'Zi: "Il y en a marre !"

Comparer les échecs de 2012 et de 2015 paraît être une évidence, tant les similitudes sautent aux yeux. "Il y en a marre ! Au bout d’un moment, il faut que l’on aille tous dans le même sens. J’espère qu’il n’y aura pas un "jamais deux sans trois". Cela fait 20 ans que je suis là, mais le rugby ce n’est pas ça. Cela ne nous a pas servi de leçon. Cela se joue sur le terrain, on est les premiers fautifs car on s’est tiré dans les pattes. J’ai l’impression que c’est similaire donc je suis deux fois plus déçu mais j’espère que l’on va rebondir, que l’on va arrêter ces erreurs et qu’il y aura une prise de conscience dès l’année prochaine avec les nouveaux coachs. Je suis déçu mais j’espère qu’il y aura une réelle prise de conscience", témoigne le troisième ligne Eugène N’Zi, pur produit de la formation lyonnaise, amoureux de son club mais qui n’a pas beaucoup joué (8 matchs pour 3 titularisations). Effectivement, peut-être qu’en faisant davantage confiance au banc, en faisant jouer la concurrence, cela aurait permis la prise de conscience qui est arrivée sur le tard, comme en 2012, après là aussi ne pas avoir fait fonctionner le turnover...

Ricky Januarie a également connu la descente lors de sa première saison entre Rhône et Saône, et ne cache pas sa tristesse. C’est dur. "Quand je suis arrivé, il y avait déjà une bonne équipe. On a perdu les matchs d’un ou deux points car les mecs n’y croyaient pas dans les dernières minutes. Je pense que l’on a fait les mêmes erreurs. Au début de la saison, on a perdu les matchs de peu et on n’a jamais gagné avec le bonus offensif. Oui, on s’est trompé dans la façon de jouer. Peut-être que l’on n’y a pas assez cru", affirme le demi de mêlée sud-africain, qui évoque des réunions sans effet bénéfique.

Eugène N'Zi, pur produit de Lyon, a très peu joué cette saison - octobre 2014

Eugène N'Zi, pur produit de Lyon, a très peu joué cette saison - octobre 2014Icon Sport

Constat édifiant et mauvaise stratégie assumée

Dans les échecs, il faut toujours trouver des coupables ou, du moins, tenter d’avancer des explications. Dans le jeu, il y a un constat frappant établit par Olivier Azam. S’il veut d’abord trouver des éléments sur lesquels positiver et s’appuyer - "on a été performant en touche et sur les ballons portés. Depuis cinq matchs, notre mêlée tient le choc. Au niveau de l’engagement, de la solidarité et de la discipline, c’est pas mal non plus et même si notre défense n’est pas très bonne, elle est en progrès" - le technicien est obligé d’insister là où ça fait mal. "Il y a quelque chose de rédhibitoire, ce sont les ballons tombés et les turnovers ainsi que les choix de jeu qui malheureusement en trois semaines ne peuvent être changés", confesse t-il, assumant sa part de responsabilité.

"On est parti sur quelque chose qui n’était pas adapté aux exigences du Top 14 et peut-être que l’on avait pas les joueurs pour le faire non plus", affirme celui qui n’est l’homme fort du Lou que depuis l’éviction de Tim Lane. L’Australien doit être inclus dans cette analyse. Mais Olivier Azam fait un autre constat terriblement logique. "Souvent la plus mauvaise attaque descend et ce sera encore le cas cette année. Ce n’est pas faute d’avoir tiré la sonnette d’alarme, déjà l’année dernière". En effet, Lyon est la seule équipe à ne pas avoir pris de bonus offensif et avec 414 points marqués, c’est bel et bien la plus mauvaise attaque de championnat.

Ricky Januarie (Lyon) face à Toulon - mars 2015

Ricky Januarie (Lyon) face à Toulon - mars 2015Icon Sport

Se faire plaisir et terminer sur une bonne note

La Rochelle, promu de Pro D2 avec Lyon l’été dernier, se présentera au Matmut Stadium ce samedi avec le droit de bomber le torse. Cela doit titiller l’orgueil des Rouge et Noir, et même celui du futur Rochelais Ricky Januarie. "Je veux gagner les trois matchs, c’est mon job. Mon cœur est toujours à Lyon et je joue pour gagner", assure t-il !

Eugène N’Zi veut, lui, prouver qu’il a cet esprit de compétiteur. "Je ne lâche rien. Il faut jouer à fond, se faire plaisir et faire plaisir aux supporters. Quand on joue sans pression, c’est là que l’on joue le mieux. C’est notre état d’esprit maintenant. On sait qu’un jeu avec du plaisir, c’est un beau jeu. Il faut avoir la banane avant d’entrer sur le terrain et finir sur une bonne note", déclare celui dont l’avenir est encore incertain.

0
0