Les joueurs de Pau en cercle - février 2016 - AFP
Top 14

TOP 14 - Pau: Vaincre le champion de France, un sacré pari pour la Section paloise

Vaincre le champion de France, un sacré pari pour la Section paloise
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 02/03/2016 à 16:27 - Publié le 02/03/2016 à 16:20
Par Marc Bruno - Le 02/03/2016 à 16:27

TOP 14 - Comme face à Brive fin octobre, la Section paloise n'a pas su trouver de solution samedi dernier pour faire sauter le verrou bordelais. Après l'embellie de Montpellier, la voilà à nouveau poussée dans les cordes par Agen et au pied du mur au moment de recevoir le Stade français.

En pratiquant un jeu sans fioriture, Bordeaux a piégé la Section paloise dans son antre du Hameau. La recette girondine fut simple mais bigrement efficace: un alignement souverain, un pack solide, une défense de fer et un jeu d'occupation au pied précis et efficient. Par des mauls portés dévastateurs en première période, ils ont mis leurs adversaires sur le reculoir. Sans solution, les Vert et Blanc ont subi, fauté, manqué d'agressivité et d'envie. Impuissants qu'ils étaient de dérégler la machine girondine, programmée pour l'occasion tel un logiciel informatique dans lequel le plus célèbre des hackers ne trouve pas de faille.

"Ils se sont nourris de nos fautes. On a été fébrile en lâchant beaucoup de ballons", concède Loïc Bernad. "Nous avons péché au niveau de l'engagement. Ils ont joué le coup parfait, on est tombés dans le piège. Il faut tourner la page". Pour tourner la page, les Palois devront s'appuyer sur leur deuxième période, moment où ils se sont révoltés. L'entrée sur le pré de Jean Bouilhou a rééquilibré la touche, le glissement en numéro nuit de Paddy Butler en a fait un formidable impact-player et l'apport de Samuel Marquès derrière la mêlée a impulsé du dynamisme. Hélas, comme dame Malchance avait choisi son camp, ces ingrédients n'ont pas suffi pour renverser la vapeur.

Metuisela Talebula (Bordeaux-Bègles) face à Pau - 27 février 2016
Metuisela Talebula (Bordeaux-Bègles) face à Pau - 27 février 2016 - AFP

Recette connue

Néanmoins, ils ont donné de sérieux motifs de satisfaction et une belle source d'inspiration avant la venue du Stade français, samedi soir à 18h30. Car la Section, piégée la semaine dernière, ne peut se permettre de revivre le même scénario samedi. "Nous devons gagner", prévient Loïc Bernad. "Ils sont juste devant nous au classement, nous savons qu'ils vont venir pour prendre des points, c'est à nous d'élever notre niveau de jeu. Nous n'avons pas le droit de trahir notre public une deuxième fois, surtout face à un tel adversaire. Nous sommes des compétiteurs et forcément ce genre de match est excitant".

Watisoni Votu (Pau) - 20 février 2016
Watisoni Votu (Pau) - 20 février 2016 - Icon Sport

D'autant que ce week-end, le Stade français champion de France en titre, va récupérer toutes ses stars. Et jouer face à des Parisse, Slimani, Flanquart, Burban, Plisson, Danty... que l'on voit plus souvent à la télé qu'en face de soi sur un terrain, procure un plaisir incommensurable. "Pour la réception du Stade français, la défaite concédée face à Bordeaux doit servir de leçon", analyse Abder Agueb, ancien troisième ligne de la Section. "Abordons ce match le couteau entre les dents en étant partout. Il faut les étouffer car notre survie passe par la victoire!"

Selon l'ancien flanker vert et blanc, vainqueur du Challenge européen en 2000, la recette est connue des Palois puisqu'ils l'ont appliquée à plusieurs reprises cette saison et récemment à Montpellier.

S'éclaircir l'horizon

"Ne nous consumons pas dans les rucks", insiste-t-il. "Jouons debout et portons le ballon. Resserrons la défense, fixons la troisième ligne adverse afin de l'empêcher de venir en soutien aux trois-quarts. Soyons des morts de faim!" Si l'expérience plaide en faveur des Parisiens, les Palois ne doivent nourrir aucun complexe puisque les Stadistes ne possèdent que deux points d'avance sur eux au classement. Côté Béarnais, on espère retrouver un Colin Slade des grands jours et un Conrad Smith flamboyant afin de tirer le groupe vers le haut. Quant aux huit guerriers du pack, ils devront au maximum priver de ballons l'adversaire afin de lui ôter ses velléités offensives.

Colin Slade (Pau) - février 2016
Colin Slade (Pau) - février 2016 - Icon Sport

La Section n'a pas d'autre solution que d'enfiler le bleu de chauffe d'autant qu'une victoire pourrait lui éclaircir l'horizon compte tenu des déplacements d'Agen au Racing et d'Oyonnax à Bordeaux. Y parviendra-t-elle? Même si on a souvent droit à des phrases toutes faites en guise de commentaires, on va croire à l'un des poncifs préférés de Simon Mannix, lâché une nouvelle fois par le manager en zone mixte samedi dernier. "On est capable de faire vachement mieux et on va faire mieux! Je promets que mon équipe sera prête pour être performante contre le Stade français". A-t-il vraiment le choix?

Afin de conjurer le sort, les Palois ont délaissé le Hameau cette semaine et délocalisé les entraînements à Jurançon, comme ils l'avaient fait avant leur déplacement à Montpellier. Serait-ce un signe?

0 commentaire
Ajoutez le vôtre !
 
×