Paul Bonnefond arejoint Lyon après avoir très peu joué à Castres - 4 septembre 2013 - Icon Sport
 
Article
commentaires
Top 14

Top 14, Lyon - Paul Bonnefond : "Je ne voulais pas particulièrement quitter Castres"

Bonnefond: "Je ne voulais pas particulièrement quitter Castres"

Par Alexandre Ollivieri
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 15/08/2014 à 17:20 -
Par Alexandre Ollivieri - Le 15/08/2014 à 17:20
Peu utilisé par Castres l’an dernier (10 matchs dont 2 titularisations), Paul Bonnefond arrive à Lyon plein d’ambition. Avide de reprendre la compétition, le centre français se sent bien au Lou, avec lequel il a signé pour trois ans, même s’il ne souhaitait pas à tout prix changer de club.

Comment s’est passée votre adaptation au sein du Lou ?

Paul BONNEFOND: Très bien, malgré le fait que je ne sois arrivé que le 1er juillet à Lyon, à cause de la finale du Top 14 avec Castres. La Ligue nous impose quatre semaines de coupure, j’ai donc repris un peu plus tard que mes coéquipiers. Et puis j’ai eu une inflammation du tendon du genou, début juillet, qui m’a fait rater une semaine ou deux de préparation. Je ne pouvais pas courir, j’ai donc fait beaucoup de musculation et de cardio pour ne pas être trop en retard. Lorsque je suis revenu, j’ai pu me rendre compte que la préparation était solide à Lyon.

Le Lou a remporté ses trois matchs amicaux de l’été. Comment les avez-vous vécus ?

P.B: J’ai justement raté le premier à cause de cette blessure. J’ai ensuite été remplaçant contre Bourgoin, où j’ai joué les 40 dernières minutes. Contre le Stade français, j’étais titulaire et j’ai joué 45 minutes. C’est vrai que nous avons décroché trois victoires mais ce ne sont que des matchs amicaux. L’intérêt était de mettre notre jeu en place, d’assimiler les schémas de jeu et créer une osmose dans l’équipe.

Que vous on dit les coaches après la dernière victoire contre le Stade français ?

P.B: Que le match était plus abouti que les deux autres (Oyonnax et CSBJ, NDLR). Mais il faut souligner que les Parisiens étaient diminués par de nombreuses absences. Le staff nous a dit de garder en tête notre prestation et les détails. Comme par exemple ce carton jaune pris au bout de 35 minutes de jeu en première mi-temps et qui nous a coûté cher derrière, alors que nous dominions.

Quel est l’état d’esprit du groupe juste avant la reprise du Top 14 ?

P.B: On ne veut surtout pas s’enflammer. On se rend compte que des choses ont bien fonctionné et d’autres moins. L’équipe a des qualités mais il existe aussi des points à travailler.

" Je pense qu’il ne faut pas suivre un schéma qui dit que l’on gagne à domicile puis que l’on verra bien ce qu’il se passe à l’extérieur…"

En tout cas, la mayonnaise semble pouvoir prendre de belle manière au Lou…

P.B: Oui, c’est vrai. Les recrues sont de qualité. Les joueurs qui étaient là avant aussi. Les schémas de jeu sont intéressants. Il faut voir comment on va se comporter sur les 2-3 premiers matchs du championnat, désormais. Des résultats positifs nous permettront de développer notre jeu de façon sereine et, à l’inverse, des mauvais matchs nous obligeront à jouer sous la pression du maintien. En tout cas, je pense qu’il ne faut pas suivre un schéma qui dit que l’on gagne à domicile puis que l’on verra bien ce qu’il se passe à l’extérieur… Non, pour moi il faut tout donner quel que soit le match et l’adversaire.

Quelle est votre place au sein de ce groupe ?

P.B: Je suis à mi-chemin entre les jeunes et les anciens. J’ai une expérience de Top 14 et un statut, c’est vrai, mais je ne suis pas non plus un ancien. L’important pour moi est de prouver sur le terrain que j’ai le niveau.

À votre poste, il y a du beau monde (Estebanez, Lynn, Sukanaveita…). Comment le vivez-vous ?

P.B: Plutôt bien. Dans tous les clubs du Top 14 il y a de la concurrence. C’est important de doubler les postes pour pouvoir faire tourner, d’une part, et pour avoir des profils différents et s’adapter à l’adversaire, d’autre part. A Castres par exemple, nous étions six ou sept au poste de centre, l’an dernier.

" Lyon deviendra à terme un club important en France."

Pourquoi avez-vous quitté le Castres Olympique justement ?

P.B: Ce n’était pas un choix de ma part. Le président souhaitait même me prolonger mais les coaches en ont décidé autrement. J’ai passé huit ans à Castres et je m’y sentais bien. C’est vrai que l’an dernier il n’y avait pas beaucoup de rotation mais je ne voulais pas particulièrement quitter le CO. Je n’ai pas de rancœur car le club m’a beaucoup apporté. Par contre, je suis content de rebondir au Lou. Je prends beaucoup de plaisir à venir chaque matin à l’entrainement. À mon avis, Lyon deviendra à terme un club important en France car il y a un bassin économique fort qui permet de développer le rugby. On le voit dans des villes comme Bordeaux, Montpellier

Serez-vous titulaire contre Bordeaux, samedi ?

P.B: Je ne sais pas. La composition n’est pas encore tombée. Je sais seulement que je suis dans le groupe. En tout cas il y a de l’excitation. Après un mois et demi de préparation, où nous avons cravaché physiquement, nous attendons tous de jouer au rugby en match officiel.