Leon Power (Oyonnax) - 23 janvier 2016 - Icon Sport
Top 14

Top 14 - Johann Authier (Oyonnax): "Si les gens veulent nous condamner, tant mieux pour eux"

"Si les gens veulent nous condamner...": pas affecté, Oyonnax fait front
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 27/01/2016 à 18:25 - Publié le 27/01/2016 à 18:25
Par Julien Plazanet - Le 27/01/2016 à 18:25

TOP 14 - Johann Authier l’avait déjà annoncé en début d’année, le match de samedi au Racing doit marquer le début d’un long sprint final pour Oyonnax, dans la quête du maintien en Top 14. Dans un contexte peu évident où l’on ne donne pas cher de la peau des Oyomen, l’USO est concentrée sur elle et assure faire abstraction des prédictions sur son avenir.

La parenthèse Champions Cup maintenant terminée, Oyonnax retrouve le pain quotidien du Top 14 avec une certaine envie et de l’excitation. Surtout, avec de l’énergie à revendre. Sur ses trois dernières sorties, les deux dernières à Mathon sont encourageantes alors que la correction subie en Ulster est à relativiser. La confiance semble de retour. Reste à confirmer.

  • Qui a dit que c’était mission impossible?

14 points au compteur après 12 journées, un tel total n’était plus arrivé depuis la saison 2012-2013 où Mont-de-Marsan affichait seulement 6 points. Le Stade Montois avait été relégué en fin d’exercice mais on peut prendre l’exemple d’Agen en 2010-2011. Le SUA présentait certes un total de 15 points à ce stade mais avait sauvé sa peau à la fin de la saison avec 18 points d’avance sur le premier relégué!

Alaska Taufa (Oyonnax) face à l'Ulster - 10 janvier 2016
Alaska Taufa (Oyonnax) face à l'Ulster - 10 janvier 2016 - Icon Sport

Laurent Delboulbes n’accorde que peu d’intérêt à ces théories et se justifie: "Si on fait des comptes d’apothicaire, cela va être compliqué". Il poursuit, "on est treizième donc il ne faut pas se cacher sur la situation. Sincèrement, ce que les gens disent, on n’y prête pas attention. Si on commence à s’éparpiller, c’est le meilleur moyen de se disperser et l’on n’y arrivera pas". L’équipe ne se met pas plus de pression et on l’a remarqué, s’est recentrée sur elle et ce qu’elle veut mettre en place pour s’en sortir quel que soit l’adversaire qui se présentera en face.

  • "Si l’on écoute tous les commentaires, on peut arrêter"

Pourtant, il serait naïf de penser que le pire des scénarios n’est pas envisagé ou, du moins, que l’équipe n’a pas conscience de ce que l’on peut dire à son encontre. "Si l’on écoute tous les commentaires, on peut arrêter de jouer et je peux arrêter d’entrainer. Si les gens veulent nous condamner, tant mieux pour eux. On va faire notre taf (sic) jusqu’au bout et on fera les comptes à la fin. On va sortir la tête de l’eau et montrer que l’on mérite mieux que cette treizième place", insiste un Johann Authier qui assure ne pas être affecté personnellement bien que "ce qui se dit, on l’entend".

"Des fois cela nous touche mais cela ne nous affecte pas dans notre confiance d’aller de l’avant", embraye Laurent Delboulbes. Les chances sont faibles mais elles existent. "On ne pense pas à la Pro D2", lance Jérémie Maurouard, "on n’a rien à perdre et on fera les calculs à la fin. On croit en nous et on ne va pas dire que l’on va descendre sinon on lâche tout de suite", enchaine le dernier venu du groupe, Jimmy Yobo.

Johann Authier (Oyonnax) - 23 janvier 2016
Johann Authier (Oyonnax) - 23 janvier 2016 - Icon Sport
  • En finir avec l’orgueil et exister à l’extérieur

Après la période difficile de changement de staff durant laquelle, ce n’est pas une surprise, la mauvaise ambiance au sein du groupe n’aidait en rien, on semble avoir retrouvé un peu le moral dans le Haut-Bugey. "C’est un groupe qui depuis deux ou trois semaines arrive à bien vivre et qui est capable de bonnes performances", assure Johann Authier.

Mais pourquoi? Car "depuis quelques semaines, on a su se rassurer dans le jeu. On a retrouvé quelque chose de plus structuré et collectif", révèle le centre Jimmy Yobo. Le talonneur Jérémie Maurouard met lui en avant la solidarité, "on a vraiment passé ce cap à ce niveau là et c’est quelque chose qui nous manquait depuis le début de la saison". Le pilier Laurent Delboubes reste cependant lucide, "l’état d’esprit et la confiance reviennent petit à petit mais il ne va pas falloir attendre le mois de mai pour se réveiller". On peut tout de même aisément remarquer qu’il y a du mieux dans les performances défensives et plus de précision.

Guillaume Boussès et Régis Lespinas (Oyonnax) - 16 janvier 2016
Guillaume Boussès et Régis Lespinas (Oyonnax) - 16 janvier 2016 - Icon Sport
  • "Essayons de ne pas nous arrêter au péage de Beynost"

Jusqu’à présent, l’USO semblait fonctionner à l’orgueil puisqu’elle est la seule équipe du Top 14 à ne pas avoir ramené le moindre point en déplacement et (ré)agissait devant son public, plus par fierté. Elle n’a aucune référence hors de ses bases mais notamment grâce à la Champions Cup, "on sait que l’on est capable de rivaliser avec ce qui se fait de mieux en Europe et en Top 14", assure Johann Authier qui demande du courage et du contenu: "Essayons de ne pas nous arrêter au péage de Beynost (ndlr, porte d’entrée Est de Lyon)", dit-il.

Sauf que défier le Racing à Colombes puis recevoir Toulon après les vacances n’est pas forcément le calendrier idéal pour se rebeller! "Il sera important de partir en vacances bien mentalement", rappelle Jérémie Maurouard, qui promet donc un engagement maximum ce week-end. À l’unisson, le groupe assure n’avoir ciblé aucun rendez-vous et fonctionner selon le célèbre adage du "match après match", qui, pour une fois, a du sens…

0 commentaire
Ajoutez le vôtre !
 
×