Icon Sport

Top 14 - Clermont: Le gros coup de gueule de Julien Bonnaire

Clermont: Le gros coup de gueule de Bonnaire

Mis à jourLe 17/06/2015 à 09:16

Publiéle 16/06/2015 à 14:08

Mis à jourLe 17/06/2015 à 09:16

Publiéle 16/06/2015 à 14:08

Article de Clément Mazella

TOP 14 - Le troisième ligne de Clermont, Julien Bonnaire, est en colère et le fait savoir : il n’a pas apprécié sa mise à l’écart pour la finale du championnat face au Stade français.

"Ça me fait chier de finir comme ça". Julien Bonnaire est en colère. Le troisième ligne de Clermont cherche à comprendre. Comprendre pourquoi il n’a eu aucune explication sur sa mise à l’écart pour la finale du Top 14. "Je voulais juste avoir des explications. C’est pour ça que je suis énervé", rajoute le joueur dans les colonnes de l’Equipe. Sans le savoir, il a disputé son dernier match sous les couleurs clermontoises le 23 mai face à Montpellier, à l’occasion de la 26e et dernière journée de Top 14. Une fin d’aventure vraiment cruelle.

Huit ans dans un club, ça compte. Pourtant, Julien Bonnaire, encore auteur de plusieurs bonnes performances avec l’ASM cette saison, ne figurait pas sur le feuille de match pour affronter le Stade français samedi au Stade de France. En Champions Cup, début mai, il était titulaire pour la finale contre Toulon. Un peu plus d’un mois après, le troisième ligne s’est retrouvé "au placard". En tribunes, plus exactement. "C’était la première finale que je suivais en spectateur. C’est forcément difficile à vivre".

Julien Bonnaire (Clermont) face à Montpellier - 23 mai 2015
Julien Bonnaire (Clermont) face à Montpellier - 23 mai 2015 - Icon Sport
" Je faisais la gueule intérieurement. Ça me rongeait"

Bonnaire a "respecté" l’explication de Franck Azéma de se passer de ses services pour la demie contre Toulouse. "Un choix tactique", selon ses dires. Mais la finale, il s’y était préparé. Celle-ci se joua sans lui. Plus au niveau ? Un nouveau choix tactique ? Bonnaire ne sait pas. Car on ne lui a rien dit. Fait aucun reproche. "C’est ce qui m’énerve le plus. A la rigueur, on m’aurait dit que j’étais trop vieux (il a 36 ans NDLR) et qu’on préférait faire jouer les jeunes, au moins il y aurait eu une raison", lâche-t-il dans l'Equipe.

Bonnaire reconnait avoir eu une discussion avant le match avec son entraîneur en chef. Toujours sans explication sur sa mise à l’écart. "Je lui ai dit que ça me faisait chier. [...] S’il pensait que les autres étaient meilleurs que moi, je respecte. Mais il m’a dit que ce n’était pas ça. C’est là où j’ai du mal à avaler la pilule". Son spleen, l’ancien troisième ligne international (75 sélections) a fait le maximum pour le cacher à ses coéquipiers. Pour ne pas semer la zizanie au sein d’un groupe qui allait disputer une finale de championnat. "Je faisais la gueule intérieurement. Ça me rongeait". Quoi qu’il en soit, Bonnaire est resté pro. Comme toujours. Mais nul doute qu’il aurait aimé une autre issue finale...

La déception de Julien Bonnaire (Clermont) - 2015
La déception de Julien Bonnaire (Clermont) - 2015 - Icon Sport
0 commentaire
Vous lisez :