Remi Lamerat, centre du Castres olympique, lors de la saison 2013-2014 - 22 février 2014 - Icon Sport
 
Top 14

Top 14, Castres: Rémi Lamerat: "Il n’y a jamais de bon moment pour se déplacer à Toulouse"

Lamerat: "Il n’y a jamais de bon moment pour se déplacer à Toulouse"

Par Jérémy DESOBLIN
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 20/08/2014 à 13:59 -
Par Jérémy DESOBLIN - Le 20/08/2014 à 13:59
Après sa défaite contre le Stade français en ouverture du championnat, le Castres olympique se déplacera à Ernest-Wallon vendredi soir (20h30) pour y affronter le Stade toulousain, pour le compte de la 2ème journée. Pas forcément le meilleur endroit pour se relancer, selon le centre castrais, et ancien Toulousain, Rémi Lamerat.
 

Comment abordez-vous cette rencontre contre le Stade toulousain après votre défaite contre le Stade français ?

Rémi LAMERAT: Perdre à domicile pour l’entame du championnat n’est pas la meilleure façon de débuter. La séance vidéo et les retours sur le match ont été assez durs. On n’a pas fait ce qu’il fallait pour remporter un match de rugby. On est tous un peu secoués, mais la saison est encore longue et il y a encore beaucoup de matchs pour rattraper cet accroc.

À votre avis, le fait d’avoir joué ce match à Béziers vous a-t-il handicapés ?

R.L: On en a parlé entre nous. Ce n’est pas une excuse valable. On est des sportifs professionnels et on doit s’adapter qu’importe l’endroit où l’on joue. Après, c’est vrai que ce n’était pas le stade Pierre-Antoine. On est partis à l’hôtel la veille et on n’a pas fait la mise en place du capitaine sur le stade. Ce sont des petits détails qui ont peut être manqué dans les moments difficiles. Dans tous les cas, on n’a pas mis les ingrédients nécessaires pour gagner un match de rugby. On ne peut pas se cacher derrière cette excuse du stade.

" Aujourd’hui, toutes les équipes sont au niveau et elles peuvent embêter tout le monde."

Selon vous, Ernest-Wallon est-il un bon endroit pour repartir de l’avant ?

R.L: C’est sûr qu’on va se frotter à une des meilleures équipes du championnat mais le Stade toulousain, a aussi bataillé contre Oyonnax pour l’emporter. Aujourd’hui, toutes les équipes sont au niveau et elles peuvent embêter tout le monde. On va à Toulouse avec beaucoup d’humilité. On sait très bien que Toulouse est très compliqué à jouer. Prendre des points à l’extérieur sur ce match va être très compliqué pour nous.

D’après vous, peut-on encore considérer Toulouse comme une des meilleures équipes du championnat ?

R.L: Pour moi, oui. J’ai encore pas mal de copains là-bas et je trouve que Toulouse a un effectif assez impressionnant. On dit que le Stade toulousain est sur le déclin depuis deux ans mais c’est plutôt le championnat qui est en plein essor depuis quelques années. Toulouse ne s’est peut-être pas qualifié pour les demi-finales la saison dernière mais être dans les six premiers relève aussi de l’exploit quand on voit le niveau du Top 14 à l’heure actuelle. Pour moi, le Stade toulousain reste un gros prétendant à la qualification, voire au titre.

" Vu l’effectif et la qualité du staff, je pense que le Stade toulousain reste dans la course au titre."

Vous connaissez un peu l’équipe de Toulouse, comment expliquez-vous les difficultés actuelles du Stade Toulousain ?

R.L: L’an dernier, Toulouse a eu énormément de ,notamment au niveau des joueurs clés. À partir de là, c’est difficile de travailler sereinement, de faire tourner l’effectif et d’avoir les repères communs. Ils sont quand même quarts de finaliste et ils ont vraiment échoué de très peu à la maison contre le Racing. Ça se joue vraiment à pas grand-chose. Vu l’effectif et la qualité du staff, je pense que le Stade toulousain reste dans la course au titre.

Mais ne vaut-il pas mieux les affronter en ce moment ?

R.L: Il n’y a jamais de bon moment pour se déplacer à Toulouse. À la limite, cela nous aurait peut-être un peu arrangés si Toulouse avait marqué soixante points face à Oyonnax parce que connaissant un peu le staff, je pense que les joueurs se sont un peu fait remonter les bretelles cette semaine. En plus, contrairement à nous, Toulouse a réussi à remporter son premier match en tenant le score. De notre côté, on n’a pas su le faire.

Et pourtant, l’écart s’est considérablement réduit entre les deux clubs par rapport au passé…

R.L: Le Stade toulousain reste un club qui fait énormément rêver par rapport à son palmarès et son histoire. Mais c’est vrai qu’aujourd’hui, le Castres olympique s’est énormément développé, en prenant pour exemple Toulouse ou Clermont. Toutes les équipes se rapprochent, il y a aussi l’UBB qui se développe énormément et le Stade français qui revient sur le devant de la scène. Le championnat s’équilibre peu à peu et devient de plus en plus difficile, certainement au détriment des grosses équipes.

Rémi Lamerat lors du dernier match opposant Castres à Toulouse au stade Ernest-Wallon - 21 septembre 2013
Rémi Lamerat lors du dernier match opposant Castres à Toulouse au stade Ernest-Wallon - 21 septembre 2013 - Icon Sport
 
  commentaire(s)
Ajoutez le vôtre !
  commentaire(s)
Ajoutez le vôtre !
 
×