Johnnie Beattie, international écossais, et nouveau troisième ligne de Castres - 7 avril 2014 - Icon Sport
 
Top 14

Top 14, Castres - Pour Johnnie Beattie, venir à Castres a été un "choix facile"

Pour Beattie, venir à Castres a été un "choix facile"

Par Jérémy DESOBLIN
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 22/08/2014 à 14:31 -
Par Jérémy DESOBLIN - Le 22/08/2014 à 14:31
Arrivé cet été au Castres olympique en provenance de Montpellier, pour pallier le départ d’Antonie Claassen, le troisième ligne écossais Johnnie Beattie (1,93 m ; 106 kg) semble s’être parfaitement adapté à son nouveau club. Rien d’étonnant pour ce passionné de la France.
 

Le rugby, une évidence

"Comme on dit chez nous, il pue le rugby, prévient d’entrée David Darricarrère pour décrire l’ancien Montpelliérain. Il transpire le rugby depuis qu’il est tout petit avec son entourage familial". Avec ces quelques mots, l’entraîneur des trois-quarts du CO a pratiquement tout dit sur John Beattie. "Ma famille a toujours été dans le rugby. Du coup, j’ai toujours été fan. Depuis l’âge de cinq ans, j’ai toujours eu un ballon de rugby dans les mains, confirme le joueur de 28 ans. Quand j’étais petit, j’avais mon père qui a joué pour l’Ecosse et les Lions Britanniques au poste de numéro huit. J’avais aussi mes oncles qui ont également joué pour l’Ecosse. J’ai toujours regarder les matchs de rugby, que ce soit le super 15 ou le Top 14".

Castres, un choix logique

Au terme de son contrat avec Montpellier, l’international écossais aux 32 sélections n’a pas longtemps hésité, "j’en ai parlé avec Alexandre Bias et d’autres joueurs. L’état d’esprit du Castres olympique est bien connu tout comme le niveau des joueurs. La ville de Castres est un peu comme l’Ecosse également donc pour moi, venir ici a été une décision facile à prendre. C’était ça où l’Angleterre et le Japon mais j’avais envie de rester en France, avoue l’ancien joueur des Glasgow Warriors. Je suis aussi venu pour le changement. À Castres, j’ai l’opportunité de sauter en touche et gratter comme un troisième ligne traditionnel. À Montpellier, ce n’était pas cela. Je restais au fond du terrain".

La France, une vielle connaissance

Dernier joueur écossais débarqué dans l’effectif castrais, Johnnie Beattie est pourtant le seul à pratiquer la langue de Molière dans un français presque parfait. La raison ? "Les autres joueurs écossais de Castres sont peut-être bêtes…", rigole le joueur avant d’expliquer, "J’ai passé quelques vacances en France en famille quand j’étais jeune, j’ai commencé à étudier votre langue quand j’étais petit. J’ai appris le français en allant commander les frites-mayo… C’est pour ça que je parle le français. J’ai recommencé à l’étudier en arrivant à Montpellier parce que je parvenais à comprendre mais pas assez vite".

Un premier match raté

Remplaçant pour son premier match officiel avec le Castres olympique lors de la première journée de Top 14, Johnnie Beattie a fait son entrée en jeu à la place de William Whetton à la 46e. Une première rencontre perdue contre le Stade français (22-25). "On n’a pas fait un grand match. On est très déçus par cette défaite mais on sait que la saison est longue, avoue l’international écossais. On a perdu trop de ballons facilement, peut-être une vingtaine en tout après contact, c’est vraiment trop". Une première ratée pour le troisième ligne qui aura certainement à cœur de faire mieux pour son prochain match.

Le Stade toulousain, un grand adversaire

"On a l’opportunité ce week-end de faire les choses différemment et plus proprement. On va jouer contre une nouvelle équipe. Le Stade toulousain est une grande équipe avec une très belle histoire. Toulouse a été champion de France et d’Europe plusieurs fois. On sait tous que ça va être un match très compliqué mais il n’y a plus de matchs faciles en Top 14, explique l’Ecossais. On a besoin de rester concentré pour jouer proprement. Si on y arrive ce week-end, on va continuer à progresser et notre jeu se mettra en place petit à petit. On va surtout essayer de faire un bon match". Une nouvelle occasion pour l’Ecossais d’essayer de s’installer un peu plus à son poste et peut être, de fêter, une première titularisation sous ses nouvelles couleurs.

Johnnie Beattie a d'abord porté les oculeurs de Montpellier avant de venir à Castres - 11 jznvier 2013
Johnnie Beattie a d'abord porté les oculeurs de Montpellier avant de venir à Castres - 11 jznvier 2013 - Icon Sport
 
  commentaire(s)
Ajoutez le vôtre !
  commentaire(s)
Ajoutez le vôtre !
 
×