Bertrand Guiry a fait ses premiers pas en Top 14 avec l'UBB face au Racing - Icon Sport
 
Top 14

Top 14 - Bertrand Guiry (Bordeaux-Bègles): "Le Racing, c'était un joli baptême" 

Guiry: "Le Racing, c'était un joli baptême" 

Par Pierre FALAR
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 26/08/2014 à 09:48 -
Par Pierre FALAR - Le 26/08/2014 à 09:48
Entré en jeu face au Racing (30-21), vraisemblablement titulaire à Grenoble, l'ancien capitaine de l'Usap Bertrand Guiry s'est parfaitement intégré au jeu de l'UBB qui vise clairement le Top 6. 
 

Vous avez choisi Bordeaux durant l'intersaison. Vous aviez d'autres pistes pour rebondir ?

Bertrand GUIRY: Non. Avec mon agent on a travaillé sur plusieurs pistes mais la plus évidente était Bordeaux, dans ma tête, c'est celle que j'ai privilégiée. J'en ai un peu discuté avec Camille (Lopez), Justin (Purll) et Dan (Leo) pour savoir où habiter, comment était le club. Là je découvre, j'apprends tous les jours. 

La découverte est bonne ? 

B.G: Elle était dure cet été, on a eu un gros travail physique avec des méthodes différentes que ce que j'ai connues auparavant. Il fallait s'adapter le plus rapidement possible mais petit à petit, on est en train de digérer cette intersaison musclée. La sensation que j'ai, c'est que j'arrive à transférer tout ça par le jeu, j'espère le démontrer encore plus sur les prochains matches. 

Quand on vient de l'extérieur, c'est facile de se fondre dans le moule car l'UBB a une réputation un peu particulière dans le milieu ? 

B.G: C'est une équipe saine avec une base de travail concurrentielle mais saine. C'est important que ça reste comme ça car c'est ce qui fait la force de cette équipe. Après, les plans de jeu, la stratégie, on retrouve un peu les mêmes, dans l'aspect offensif, il y a quand même des similitudes avec le jeu pratiqué à Perpignan. Sur l'aspect défensif, c'est différent, Joe (Worsley, entraîneur de la défense) voit les choses un peu différemment. Ca nous sort de nos habitudes, on découvre d'autres visions du rugby. 

Vous avez disputé votre premier match ce week-end à Chaban, quelles ont été vos impressions ? 

B.G: J'y avais joué deux fois, ce n'était pas de bons souvenirs car on avait perdu sans ramener aucun point. C'est un beau stade pour jouer au rugby, il attire au minimum entre 17.000 et 20.000 personnes ce qui fait qu'il y a toujours une ambiance sympa. Ca aussi, c'est une source de motivation. Quand le groupe joue dans ce stade, on sent qu'il se transcende. Il faudrait qu'il ait la même mentalité à l'extérieur sur les matches où c'est un peu plus difficile, où on ne nous fera pas de cadeau.

" Pour être honnête, le Top 6, il y a beaucoup d'équipes qui peuvent l'envisager et clairement l'UBB en fait partie"

Contre le Racing, vous êtes rentré (60e) à un moment très fort défensivement, humainement. Pour certains de vos coéquipiers, ce quart d'heure a duré une éternité...

B.G: C'est vrai que c'était long (rires). En fait, c'est en discutant avec les gens que je me suis rendu compte qu'on avait vraiment défendu pendant longtemps. Sur le coup, on n'a pas trop le recul, même si j'ai eu le sentiment de ne pas beaucoup m'arrêter. Je pense qu'il n'y a rien de mieux pour rentrer dans une saison que de vivre ce genre de séquences où on défend avec les autres mecs. C'était un joli baptême. 

A Grenoble, vous avez des chances de débuter si on se réfère au chasuble que vous portiez lundi à l'entraînement ? 

B.G: Ce sont des tendances mais rien n'est jamais sûr avec les blessés. On est jamais certain à 100 % de l'équipe. Si je venais à commencer, ce serait une bonne continuité car je me suis bien senti sur les vingt dernières minutes contre le Racing, je n'avais pas envie que cela s'arrête. Ca me donnera l'occasion de démontrer que j'arrive en forme et que je peux apporter à cette équipe. 

La troisième ligne de l'UBB est réputée pour n'être jamais blessée... 

B.G: Ouais je sais... Ils ont joué beaucoup de matches l'an dernier, ce sont des joueurs très complets. Ca va être intéressant aussi de se confronter à cette concurrence, à ces joueurs de qualités, il n'y a rien de mieux pour progresser. Chacun, par son vécu rugbystique, a des connaissances différentes, ce sont des mecs qui échangent beaucoup. Ca permet de bien apprendre. Après chacun reste concentré sur son boulot, donne le meilleur de soi-même et ce sont les entraîneurs qui font l'équipe. 

Selon vous, le Top 6 est-il vraiment envisageable en fin de saison ? 

G.G: Pour être honnête, le Top 6, il y a beaucoup d'équipes qui peuvent l'envisager et clairement l'UBB en fait partie. Après, c'est tellement serré, tellement fragile, il faut prendre les échéances les unes après les autres. On a eu l'opportunité de prendre un bon départ en recevant deux fois. C'était à double tranchant, on a eu le talent et la réussite de gagner ces deux matches, ça amène une atmosphère positive de travail mais il va falloir monter de régime dès ce week-end à Grenoble, qui est bien en place. Après l'UBB avait la particularité de ne pas faire des matches pleins à l'extérieur. Il va falloir démontrer que l'on ait capable de ramener des points de l'extérieur, qui comptent beaucoup pour la qualification. 

Guiry va apporter à l'UBB ses qualités en conquête
Guiry va apporter à l'UBB ses qualités en conquête - Icon Sport
 
  commentaire(s)
Ajoutez le vôtre !
  commentaire(s)
Ajoutez le vôtre !
 
×