Grégory Lamboley, de retour avec Toulouse après huit mois d'absence - Icon Sport
 
Top 14

Grégory Lamboley (Toulouse): "On veut prouver que l’on n’est pas à la rue…"

Lamboley: "On veut prouver que l’on n’est pas à la rue…"

Par Martine LOYER
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 12/08/2014 à 12:11 -
Par Martine LOYER - Le 12/08/2014 à 12:11
Au club depuis 2000, le deuxième ligne toulousain est le plus ancien de l’effectif derrière Clément Poitrenaud. Un joueur de l’ombre mais dont la voix compte dans le vestiaire. Blessé pendant huit mois la saison dernière, il attend avec impatience de retrouver la compétition, samedi à domicile, face à Oyonnax.
 

Tout d’abord, prenons des nouvelles de votre genou. Cette grave blessure n’est-elle plus qu’un mauvais souvenir ?

Grégory LAMBOLEY: Oui (il sourit). J’ai tellement hâte de reprendre la compétition. Nos deux matches amicaux m’ont rassuré car cela faisait quand même huit mois que je n’avais pas joué. J’ai travaillé très dur, tout seul, et ce ne fut pas facile même si la coupure m’a fait du bien mentalement. Il faut encore que je retrouve mes repères mais je suis confiant.

Et l’êtes vous également pour votre équipe, qui reste sur une fin de saison frustrante ?

G. L: Je le sens bien. On s’est préparé pour. On a eu un peu de mal pour notre premier match amical à Toulon (12-38) mais on a rectifié le tir face à Bordeaux-Bégles (31-22) où on s’est fait plaisir. Il y a encore des choses à revoir, on n’est pas encore au point, mais ça prend forme. C’est agréable de se retrouver tous ensemble car nous avons été un peu éparpillés cet été. On a envie de prouver que l’on n’est pas largué et que l’on est encore là. On veut retrouver nos valeurs et notre vrai potentiel car la saison dernière nous n’avons pas joué à notre vraie valeur. C’est important que l’on ses sente fort à nouveau. On va essayer de redevenir conquérant et prouver qu’on n’est pas à la rue.

" Si on est outsiders, c’est très bien car c'est une position que l’on affectionne"

Quels objectifs peut viser le Stade toulousain cette saison ?

G. L: Faire mieux que la saison dernière. On reste sur un goût d’inachevé par rapport au quart de finale à domicile. On sait que le championnat sera plus dur encore que la saison dernière mais on a bien travaillé. Je ne sais pas trop s’il y a vraiment de favoris. Prenez l’exemple de Castres qui n’est jamais donné parmi les favoris mais qui vient de faire deux finales de suite. Après, la saison dernière, il y a des équipes qui sont restées sur le carreau comme le Stade français alors qu’on les voyait mieux. Ce championnat est tellement homogène que c’est difficile de se prononcer. Si on est outsiders c’est très bien car c'est une position que l’on affectionne.

Une bonne saison passera par une conquête retrouvée. Vous qui êtes un des tauliers du huit de devant, attendez-vous davantage de ce secteur de jeu ?

G. L: On a eu pas mal de blessure, que se soit Kakovin ou Ralepelle, et c’est vrai que cela ne nous a pas aidés. C’est sûr que si on n’est pas bon devant, ça va être compliqué pour nos arrières. On a eu une grosse remise en question à l’intersaison par rapport à ça. On a changé un peu notre façon de travailler devant et on espère que ça va porter ses fruits.

Justement, comment appréhendez-vous ce premier match face à Oyonnax ?

G. L: L’infirmerie s’est un peu remplie le week-end dernier mais il reste un gros effectif avec des joueurs de qualité et cela ne doit pas être une excuse. On aborde ce match de la même façon que ce soit Clermont ou Oyonnax. Il faut absolument gagner pour bien lancer la saison. Oyonnax nous a posé de gros soucis la saison dernière. On est sur nos gardes et on va bien préparer ce match.

Lamboley a disputé son dernier match de Top 14 contre Oyonnax en novembre 2013
Lamboley a disputé son dernier match de Top 14 contre Oyonnax en novembre 2013 - Icon Sport
 
  commentaire(s)
Ajoutez le vôtre !
  commentaire(s)
Ajoutez le vôtre !
 
×