Icon Sport

Contre des Lyonnais "qui ne sont pas morts", les Rochelais ont l’occasion d’asseoir leur maintien

Contre des Lyonnais "qui ne sont pas morts", les Rochelais ont l’occasion d’asseoir leur maintien

Le 08/05/2015 à 16:18Mis à jour Le 08/05/2015 à 16:20

TOP 14 - Les Maritimes ne sont pas dupes : s’ils ont conscience que les Lyonnais ne leur feront pas de cadeaux, ils savent aussi qu’ils feraient un pas important vers le maintien en cas de victoire dans le Rhône.

Votre journal 100% numérique

Abonnez-vous dès 7.90€/mois

" Il reste quoi ? 15 jours. Dans 15 jours, tout sera fini" . A La Rochelle, l’entraîneur en chef Patrice Collazo a le crayon qui barre les jours qui défilent. Dans trois matches, on saura. On saura si le maintien ("un mot qui me gonfle", peste Collazo) sera ou non acquis pour les joueurs du Stade rochelais. Avant de recevoir le Racing-Metro, la semaine prochaine, et de terminer à Bayonne, c’est à Lyon que se rendent samedi les Rochelais.

Cette rencontre a été préparée en deux temps par les Jaune et Noir. D’abord, par un stage de trois jours, en Gironde, la semaine passée. "Histoire de sortir d’ici", précise Collazo. "Je pars du principe que si moi et Xavier (Garbajosa), nous en avons marre d’être toujours au même endroit depuis 11 mois, au stade, je pense que ça doit aussi peser sur les joueurs". Et puis, par une semaine de préparation ordinaire, à Deflandre.

Patrice Collazo et La Rochelle se méfient de ce déplacement à Lyon - avril 2015

Patrice Collazo et La Rochelle se méfient de ce déplacement à Lyon - avril 2015Icon Sport

Pour les Rochelais, Lyon, c’est tout sauf une équipe en fin de vie en Top 14. Le pilier Vincent Pelo le dit: "Les Lyonnais sont capables de réagir en morts de faim. Ils peuvent faire perdre des équipes chez eux, surtout celles avec lesquelles ils sont à la lutte pour le maintien. Ils reviennent en puissance avec leur mêlée". L’ouvreur Fabien Fortassin poursuit: "On s’attend à un match vraiment difficile. Tant qu’il y aura de l’espoir, les Lyonnais joueront le coup à fond. Ce qui est sûr, c’est qu’on ne jouera pas contre une équipe résignée".

Grobler: "Pas un match pour un match"

L’expérience et les saisons accumulées en Pro D2 rendent aussi le deuxième ligne sud-africain, Cobus Grobler, assez réaliste: "Lyon n’est pas mort, ce n’est pas fait. Ce ne sera acté qu’après la dernière journée. Ça ne veut rien dire qu’ils sont en retard. Ils ne vont pas lâcher, ni nous faire de cadeaux. Ou encore nous donner des points. Il faut être prêt. Lyon, c’est une équipe avec des joueurs de haut niveau et des internationaux. Ça ne va pas être un match pour un match".

Fabien Fortassin (Oyonnax) ne veut pas prendre le Lou à la légère - avril 2015

Fabien Fortassin (Oyonnax) ne veut pas prendre le Lou à la légère - avril 2015Icon Sport

On retrouve le même son de cloche chez Patrice Collazo: "Je sens un match compliqué contre une équipe de Lyon que tout le monde dit qu’elle va descendre. On va jouer contre une équipe qui espère encore. On n’est pas au-dessus de Lyon". Avec un souvenir pas si lointain: "La dernière fois qu’on les a joué sans enjeu (l’an passé lors de la 30e journée de Pro D2, ndlr), ils étaient venus nous taper ici (26-27) avant la demi-finale. Pourtant, mon ami le Gros Z (Olivier Azam) m’avait dit: "T’inquiètes, on vient en roue libre…"

Collazo: "Peut-être assurer un pseudo maintien"

L’entraîneur de conclure sur ce qui est possible à l’issue des trois derniers matchs de son équipe: "Il y a plusieurs choses à aller chercher. Ça dépend du niveau d’implication qu’on y met. On a trois options entre guillemets: soit, on se contente d’avoir battu le 25 avril le futur champion d’Europe qui était Toulon et on retournera en Pro D2 ; soit on se met en configuration d’aller faire un très gros match à Lyon et peut-être assurer un pseudo maintien même s’il restera encore deux matchs, ou alors on a envie de franchir une étape, de viser le plus haut possible et de vouloir un petit peu plus que ce que l’on nous octroie depuis le début".

Les Rochelais, ici Leandro Cedaro, comptent bien s'arracher pour décrocher leur maintien - avril 2015

Les Rochelais, ici Leandro Cedaro, comptent bien s'arracher pour décrocher leur maintien - avril 2015Icon Sport

0
0