La mêlée de Bayonne a été au supplice contre Toulon - AFP
 
Top 14

Bayonne-Toulon (15-29), l'antisèche - La mêlée de Bayonne est restée en vacances

La mêlée de Bayonne est restée en vacances

Par Clément Mazella
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 15/08/2014 à 23:59 -
Par Clément Mazella - Le 15/08/2014 à 23:59
Pénalisé à sept reprises, le pack bayonnais s’est fait broyer par Toulon. Sans munition, l’Aviron ne pouvait pas espérer grand-chose. Notre antisèche.
 

Le jeu : Toulon, une maîtrise impressionnante

Toulon a repris en dernier l’entraînement. Sincèrement, cela ne s’est pas vu ! Mieux, le RCT a impressionné sur le plan physique, agissant tel un rouleau-compresseur face à des Bayonnais réduits à défendre et subir le jeu la majorité de la partie. Le symbole de cette domination ? La domination en mêlée fermée des hommes de Carl Hayman. Dans ce secteur, il n’y a pas eu photo: Bayonne a été pénalisé à sept reprises. Bien trop préjudiciable, surtout quand on affronte une équipe qui ne semble pas rassasiée et qui espère encore plus écraser la concurrence. Fatigué par les assauts répétés des Varois, l’Aviron a cédé après la pause. Mais n’a pas totalement sombré. Pour Toulon, cette victoire est totalement méritée et lance de manière idéale la défense de son titre.

Les joueurs : Ollivon, une belle pépite

Charles Ollivon, ce nom est à retenir. Ce vendredi, le numéro 8 de Bayonne a surnagé et a été l’un des rares Basques à tenir à la comparaison face à l’armada toulonnaise. Techniquement très propre, il a souvent avancé sur les impacts. Et face à la défense du RCT, c’est à signaler. A ses côtés, Dwayne Haare s’est bien dépensé. On a peu vu Rokocoko et Spedding. Le cinq de devant a quant à lui énormément souffert.

Seules recrues à débuter, R. Taofifenua et Vosloo ont apporté toute leur puissance au sein d’un pack qui a tout ravagé sur son passage. Mention spéciale aux piliers Hayman, Chiocci et Menini. S. Armitage a eu son rendement habituel. Evoluant dans un fauteuil, Tillous-Borde a parfaitement animé le jeu des siens. Bastareaud a marqué et affiché une belle santé.

La stat : 14

Soit le nombre de points encaissés par Bayonne lors du carton jaune de Muller. Le pilier droit, à peine entré en jeu, a payé pour l’ensemble de ses partenaires, bousculés en mêlée fermée. Sérieusement, le gros point noir de la soirée de l’Aviron. Noriega a un travail colossal devant lui...

La décla: Patricio Noriega (Bayonne)

" Sans discipline, sans conquête et sans ballon, c'est impossible de jouer. A la vidéo, je vais essayer de trouver des points positifs"

La tweet analyse: l’essai de Smith est valable

Les deux essais de Toulon ont suscité quelques interrogations. Sur le premier, l’action de Bastareaud peut être assimilée à un passage à vide. Monsieur Garcès ne l’a pas considéré ainsi : le ballon part des mains de Giteau avant que le centre du RCT percute Lovobalavu. Sur le second, David Smith est devant le ballon lorsque Bastareaud tape à suivre. Mais l’international français dépasse l’ailier toulonnais et le remet donc en jeu.

La question: Comment Toulon gère-t-il l’après Wilkinson ?

Plutôt bien à vrai dire. Beaucoup s’interrogeaient sur la faculté du RCT à pouvoir tourner la page du stratège anglais. Ce vendredi, on a eu un premier élément de réponse : le staff varois a bien réussi la transition. Placé à l’ouverture, Matt Giteau a très bien conduit le jeu de son équipe, tentant même plus de choses offensivement que Wilkinson. La machine toulonnaise n’a pas semblé grippée, loin de là même, et le triangle Giteau-Mermoz-Bastareaud a bien fonctionné. Giteau, Michalak et O’Connor, quand ils évolueront à l’ouverture, ont un style totalement différend de l’Anglais. Ce dernier excellé par sa maîtrise et son sens de l’occupation. Les trois autres sont plus dans la créativité. On pourrait donc voir un RCT plus entreprenant cette saison. Et ce n’est pas forcément pour nous déplaire.

La film du match

 
  commentaire(s)
Ajoutez le vôtre !
  commentaire(s)
Ajoutez le vôtre !
 
×