Icon Sport

Au Racing, personne n'a oublié les tours du magicien Hernandez

Au Racing, personne n'a oublié les tours du magicien Hernandez

Le 08/01/2015 à 11:13

Toulon-Racing sera à coup sûr l'affiche phare de cette seizième journée de Top 14. Six mois après avoir quitté le club francilien, Juan Martin Hernandez va de nouveau croiser la route de son ancienne équipe. Les Racingmen retrouveront avec plaisir celui qui les a régalés pendant quatre ans.

En résiliant son contrat avec le Racing-Metro en juillet dernier, d'un commun accord avec Jacky Lorenzetti, Juan Martin Hernandez pensait-il revoir si vite des maillots Ciel et Blanc ailleurs qu'à la télévision ? Toujours est-il qu' "El Mago", de retour en France pour une pige de quelques mois avec le RCT, croisera samedi à Mayol des têtes connues. Et le plaisir sera partagé, tant l'image et la trace qu'il a laissé dans les Hauts-de-Seine imprègnent encore le club francilien.

"Il savait tout faire avec un ballon", se rappelle le demi de mêlée Maxime Machenaud. "On peut le comparer à Lionel Messi par sa classe et ce qui dégage de lui. Il est vraiment facile et peut jouer partout. Quand il se mettait avec Jonny Sexton lors de petits challenges au pied à l'entraînement, c'était compliqué de les battre ! Il a été pas mal blessé ici et il ne nous a pas apporté tout ce qu'il aurait pu mais je garde le souvenir d'un joueur profondément gentil et talentueux" . Des pépins physiques à répétition et une polyvalence utilisée à outrance qui ne lui ont pas permis de donner durant quatre ans la pleine mesure de son incroyable talent.

Juan Martin Hernandez - Racing-Metro - 4 mai 2013

Juan Martin Hernandez - Racing-Metro - 4 mai 2013Icon Sport

Imhoff : "Juan Martin, c'est la famille"

Ces entraves ne l'ont pourtant pas empêché d'entrer dans le cœur de Colombes et d'obtenir l'admiration de ses partenaires. Son coéquipier en équipe d'Argentine, Juan Imhoff, en parle comme d'un grand frère : "Juan Martin, c'est la famille. On est très proche. Quand je suis arrivé ici, il m'a pris sous son aile et m'a montré le chemin" . L'ailier racingman entretenait d'ailleurs avec lui une complicité à la fois drôle et touchante et ne manque pas d'anecdotes à son sujet : "On était tout le temps ensemble et je le chambrais souvent en lui disant que son dernier essai remontait à avant la Coupe du monde 2007. L'an dernier, lors d'un match à maison, il me dit qu'il va marquer et qu'il me fera une dédicace. On arrive à 5 mètres de la ligne, il ramasse le ballon, fait un crochet mais se fait reprendre à quelques centimètres et n'arrive pas à aplatir. J'arrive sur le ruck mort de rire en lui disant qu'il est trop nul !".

Des liens forts, Hernandez en a également construit au fil des années avec le capitaine du Racing Dimitri Szarzewski, qui, comme lui, a porté le maillot des deux clubs fanion de la région parisienne et a été champion de France avec le Stade français. Le talonneur international français sait que son ancien compère peut, même à 32 ans, sortir à tout moment de son chapeau un mauvais tour : "C'est un perfectionniste qui aime apporter son expérience aux autres. Son surnom d' ''El Mago'' n'est pas anodin. Il peut réaliser des gestes techniques que personne d'autre n'arrive à faire. C'est un joueur complet, très bon manieur de ballon et excellent dans le jeu au pied mais aussi en défense. Il aura à cœur de montrer toutes ses qualités face à son ancien club mais j'espère qu'il sera sympa avec nous" . Quelques coups de baguette magique face à ses amis, devenus adversaires, et ce sera au tour de Mayol d'être envoûté par l'Argentin.

Juan Martin Hernandez - Toulon - 3 janvier 2015

Juan Martin Hernandez - Toulon - 3 janvier 2015Icon Sport

0
0