Icon Sport

7e journée Top 14 - A Paris, les Rochelais auront l’esprit au terrain

A Paris, les Rochelais auront l’esprit au terrain

Mis à jourLe 26/09/2014 à 16:01

Publiéle 26/09/2014 à 15:07

Mis à jourLe 26/09/2014 à 16:01

Publiéle 26/09/2014 à 15:07

Article de Arnaud Bébien

Suite à la défaite à domicile contre l’UBB, et l’annonce lundi du départ de Fabrice Ribeyrolles, les Maritimes ont l’intention de montrer dans la capitale qu’ils n’ont pas perdu leurs cartouches.

Le Stade rochelais a vécu une semaine où le froid s’est mêlé au chaud, plutôt deux fois qu’une. La défaite contre l’UBB passée (26-29, samedi dernier), on apprenait dimanche la participation au stage des Bleus du pilier droit et capitaine de 24 ans Uini Atonio, du 28 septembre au 1er octobre à Marcoussis. Et puis, est tombée lundi soir l’annonce, par le président Vincent Merling, du "retrait pour des divergences de point de vue" de l’entraîneur des trois-quarts Fabrice Ribeyrolles, au club depuis 2011 et acteur avec son compère Patrice Collazo de la remontée du club en Top 14. Xavier Garbajosa, arrivé à l’intersaison et jusqu’alors responsable de la technique individuelle, le remplaçant à ce poste.

Les questions n’ont évidemment pas manqué sur cette éviction lors d’une entrevue avec la presse, alors que le match de Paris se présentait. L’entraîneur en chef Patrice Collazo, s’il s’attendait au flux des "Pourquoi" et des "Comment", y a répondu avec la patience d’un coach qui en a vu d’autres. Il rappelle surtout que "ces décisions dépassent le cadre des prérogatives de l’entraîneur, puisque le président est le seul habilité à décider". "Nous, les entraîneurs, on passe mais le club reste. On peut juste laisser une trace", dit-il, philosophe. Le 3e ligne Benoît Guyot balaye de la main : "Ce sont des choses qui arrivent dans tous les clubs. Il faut se simplifier les choses et aller à l’essentiel, le terrain". "L’esprit de l’équipe est le même, il n’y a pas d’ambigüité", ajoute l’arrière Arthur Cestaro.

L'heure de la réorganisation

Au-delà des interrogations précédentes, comment le club compte-t-il organiser l’encadrement de l’équipe première avec un technicien en moins ? "Nous allons trouver des solutions, redynamiser l’ensemble. Il faudra revoir le contenu de la semaine, en faisant peut-être intervenir le préparateur physique (l’Italien Michele Colosio, ndlr)", élude Patrice Collazo. Et c’est au crépuscule des événements de la semaine que "le terrain reprend ses droits" avec ce déplacement au Stade français.

A Jean-Bouin, les Rochelais s’attendent, selon les mots de Benoît Guyot, à retrouver une équipe qui a "les crocs, la volonté de faire mal". Il faut dire que Toulon est tombé, chez lui qui plus est. Arthur Cestaro voit, lui, l’occasion de "démontrer un état d’esprit contre une équipe en place, très forte et au jeu rôdé". Patrice Collazo, lui, note un déplacement chez "une équipe au niveau du Top 6", avec "une conquête prolifique". Enfin, à quasiment l’heure de monter dans le bus, il ne faut pas oublier d’écouter le centre fidjien Albert Vuli-Vuli qui insiste d’un ton posé sur la discipline, en espérant que le froid de la défaite contre l’UBB se transforme en espérance dans la capitale.

Patrice Collazo, l'entraîneur de La Rochelle - 29 septembre 2013
Patrice Collazo, l'entraîneur de La Rochelle - 29 septembre 2013 - Icon Sport
0 commentaire
Vous lisez :