Icon Sport

5e journée Top 14 - Jeff Dubois (Stade français): "A Toulon, on va voir le mental que l’on a…"

Dubois: "A Toulon, on va voir le mental que l’on a…"

Mis à jourLe 11/09/2014 à 11:58

Publiéle 11/09/2014 à 11:58

Mis à jourLe 11/09/2014 à 11:58

Publiéle 11/09/2014 à 11:58

Auteur d’un début de saison frustrant, le Stade français se déplace samedi à Toulon (20h45) avec l’ambition de se rassurer. Mais Jeff Dubois, l’entraîneur parisien, a bien conscience que son équipe devra hausser son niveau de jeu pour éviter une correction.

Le dernier entraînement (mercredi, ndlr) a montré que vous n’irez pas à Toulon avec une équipe bis…

Jeff DUBOIS : Comme vous l’avez vu, on a besoin de bosser. On n’est pas sûr de notre jeu. Et rencontrer le double champion, c’est parfait pour bosser. Il nous faut travailler sur pas mal de secteurs, notamment la mêlée qui a été bousculée sur les deux derniers week-ends. On doit se rassurer. Alors, on va à Mayol avec nos armes.

Vous n’allez donc pas à Toulon pour prendre 50 points...

J.D. : Je n’espère pas (sourire). Après, cela dépendra de l’investissement que l’on met dans ce match. Mais si on fait le même match que contre Bayonne (34-29), avec de bonnes choses pendant quinze minutes et de moins bonnes le reste du temps, on ne sera pas loin d’en prendre quarante. C’est pour cette raison qu’on doit progresser dans notre jeu. On n’est pas encore tout à fait en place. Ce match vient à point nommé. Tout est réuni pour faire un bon match. Tout le monde est excité !

"  On n’est pas sûr de notre jeu  "

Votre équipe souffre-t-elle d’un problème mental ?

J.D. : Je ne dis pas notre problème est mental. Je ne pense pas que l’on aura ce manque de concentration à Toulon. Si c’est le cas ne serait-ce qu’une minute, on risque de prendre cher… Sans faire déshonneur à Bayonne, on peut se permettre de lâcher un peu pendant dix minutes, prendre cinq points et gagner le match. Mais ce match va nous permettre de hausser notre niveau de jeu. Jusqu’à présent, on n’a pas peut-être pas éprouvé le besoin de le faire. Le challenge est intéressant. On va voir où on en est.

Les joueurs ne doivent-ils pas être davantage "tueurs" ?

J.D. : Ils doivent surtout prendre conscience que ce sont de bons joueurs. Il faut arriver à chasser cette frustration. C’est dommage de ne pas arriver à tuer des équipes comme Lyon (23-20, 2e journée) alors qu’on tient le match en première période. On a pourtant l’état d’esprit nécessaire mais on baisse de pieds.

" Si on repart avec quarante points, on va se poser des questions "

Avez-vous identifié le problème de votre mêlée ou existe-t-il un acharnement contre Rabah Slimani ?

J.D. : Il y a un peu des deux. On est obligé d’en parler. Dans le Tournoi des 6 Nations, il y avait déjà eu un focus de l’arbitrage sur Rabah. J’en avais parlé avec le staff de l’équipe de France. C’est sûr qu’il a commis des fautes contre Bayonne mais il n’est pas le seul responsable. On travaille bien la mêlée. L’année dernière, on était très forts, on bousculait tout le monde. Et tout d’un coup, on devient des 'pipasses' (sourire). Je plaisante mais ce n’est pas possible. Je pense que les arbitres se passent le mot. J’espère qu’à Toulon, on sera bien arbitré. Si Toulon est vraiment supérieur, on l’acceptera mais je ne pense pas que ce soit le cas actuellement.

Ce match vous permettra-t-il de savoir si le Top 6 est à votre portée ?

J.D. : Je pense que c’est un peu tôt mais ce sera forcément un match de haut niveau. Si on repart avec quarante points, on va se poser des questions. Si on est au contact de la meilleure équipe d’Europe et de France, il y aura de l’excitation. On va voir le mental que l’on a.

Jeff Dubois et Jean-Baptiste Elissalde en pleine discussion avant Stade français-Toulouse - 22 mars 2014
Jeff Dubois et Jean-Baptiste Elissalde en pleine discussion avant Stade français-Toulouse - 22 mars 2014 - Icon Sport
0 commentaire
Vous lisez :