Maestri - Toulouse - 18 octobre 2013 - DPPI
 
Article
commentaires
Top 14

Yoann Maestri (Stade toulousain): "Bordeaux a su accrocher les meilleurs à l’extérieur"

Maestri: "Bordeaux a su accrocher les meilleurs à l’extérieur"

Par Clément Mazella via Midi Olympique
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 20/12/2013 à 13:56 -
Par Clément Mazella via Midi Olympique - Le 20/12/2013 à 13:56
Le deuxième ligne toulousain, Yoann Maestri, revient sur la quinzaine européenne et se projette sur la rencontre de ce week-end face à Bordeaux. Le joueur du Stade toulousain est conscient des qualités de l'effectif bordelais.

Pour le dernier match de l’année à Ernest-Wallon, qu’avez-vous en tête ?

Yoann MAESTRI: On a en tête de faire une bonne prestation et un bon retour dans le championnat. On souhaite montrer un autre visage par rapport à notre denier match perdu à domicile face aux Irlandais du Connacht.

La victoire bonifiée au Connacht a-t-elle tout effacé ?

Y.M: Non. Il est clair qu’on aurait préféré ressortir avec deux victoires. Après c’est comme ça, on sait que ça sera totalement différent ce week-end. Le championnat sera très difficile jusqu’au bout, donc les matches à la maison seront redoutables.

Vos derniers affrontements avec Bordeaux ont toujours été très serrés…

Y.M: Bordeaux, c’est une bonne équipe qui progresse saison après saison et s’est encore renforcée cette année. On le dit à chaque fois mais dans ce championnat on se rend bien compte que c’est de plus en plus difficile. Bordeaux a su faire de très bons résultats à domicile et accrocher les meilleurs à l’extérieur. On sait que ce sera compliqué.

Du point de vue d’un deuxième ligne, comment voyez-vous la mêlée de Bordeaux ?

Y.M: La mêlée de Bordeaux est une bonne mêlée. Si jamais il y a "Brad" (Jean-Baptiste Poux, NDLR) qui joue, je pense qu’elle sera encore plus redoutable. J’ai eu l’occasion de pousser pas mal de fois derrière lui et je connais sa valeur. Je ne sais pas s'il sera aligné parce que c’est un peu un papy. S'il est aligné ce sera plus compliqué pour nous.

Avez-vous encore en tête cette série de mêlée, à Chaban-Delmas, la saison dernière, qui dure huit minutes ?

Y.M: C’était marquant oui. C’est ce qui nous avait permis d’arracher la victoire là-bas. Après, on est passé à autre chose, déjà parce que les règles ont changé. D’un match à l’autre et d’une mêlée à l’autre, il faut redoubler d’humilité.

Arrivez-vous mieux à comprendre l’interprétation des arbitres par rapport à la mêlée ?

Y.M: Je pense que cela restera toujours un peu particulier. C’est aussi ce qui fait le charme de cet affrontement. C’est un pack de huit personnes face à huit autres. Chaque individu au sein des packs a un rôle important et chaque décision individuelle peut pénaliser son collectif ou alors donner l’avantage. C’est très compliqué. Cela se joue sur le physique, le mental. C’est normal que les arbitres soient parfois troublés dans leur jugement.