Raphael Ibanez - Bordeaux Bègles - 26 octobre 2013 - Icon Sport
 
Article
commentaires
Top 14 > - Transfert

Transfert Bordeaux-Bègles - Ibanez: "Un risque de prendre un pilier droit venant du Sud"

Ibanez: "Il y a un risque à recruter un pilier droit venant du Sud"

Par Clément Mazella
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 11/01/2014 à 11:22 -
Par Clément Mazella - Le 11/01/2014 à 11:22
Actif ces dernières heures sur le marché des transferts avec les recrutements de l'ouvreur international toulousain Lionel Beauxis et le 2e ligne briviste Julien Ledevedec et la prolongation du capitaine Matthew Clarkin, Bordeaux-Bègles piste désormais un pilier droit pour clore son recrutement. Mais la partie s'annonce compliquée selon son manager Raphaël Ibanez

Vous cherchez un pilier droit qui est une denrée rare. Ce sera plutôt un JIFF ou un étranger ? 

Raphaël IBANEZ: On étudie toutes les options. Les postes de piliers droits sont sujet à beaucoup de discussions, d'acharnement de la part de tous les présidents de clubs qui veulent le joyau à ce poste et ça devient de plus en plus rare. C'est une vraie priorité pour le club dans la mesure où Silviu Florea (36 ans) pourrait arrêter sa carrière. 

Les résultats à venir de l'UBB vont donc compter pour recruter ce pilier ? Une place dans les sept premiers peut vous aider ?

R.I: Ce que le président constate dans sa recherche de joueurs pour améliorer l'équipe, c'est que forcément on est en concurrence avec de grosses armadas et le joueur qui souhaite développer ses qualités de rugby va d'abord se tourner, avec son agent, en priorité vers des clubs un peu plus reconnus. C'est une difficulté supplémentaire pour l'encadrement et le président dans le processus de recrutement mais c'est aussi très motivant. Cela veut dire que l'on a encore du chemin. Pour inspirer de grands joueurs, pour les faire venir, il faut que l'on ait des résultats, que l'on soit efficace et le reste viendra. J'ai confiance car on a un président très déterminé. Quand un président a la vision claire et précise pour son club et qu'il y met beaucoup de cœur et d'énergie, il n'y a pas de raisons que l'on n'y arrive pas. 

Des bonnes pioches, du type Jandre Marais cette année, révélation à ce poste de pilier droit, cela existe à votre avis ? 

R.I: C'est de plus en plus difficile, de plus en plus rare car il y a un risque à recruter un pilier droit venant de l'hémisphère sud car on sait que là-bas, les options de jeu et l'intérêt que l'on porte à la mêlée fermée sont un peu différent. Je ne dis pas que c'est complétement oublié mais ce n'est pas l'état d'esprit, les championnats européens sont quand même beaucoup plus rudes dans ce secteur-là. Si on doit se tourner sur une recrue à ce poste-là, il faut plutôt regarder dans le circuit européen.