Kockott - Castres Clermont - 1 novembre 2013 - Icon Sport
 
Article
commentaires
Transferts > - Transferts

Top 14, transferts- Castres: Rory Kockott, indécis desseins

Kockott, indécis desseins

Par Fabien Pomiès
Dans cet article
Dernière mise à jour Le 11/02/2014 à 14:21 -
Par Fabien Pomiès - Le 11/02/2014 à 14:21
Viendra à Toulon ou restera à Castres ? Si le RCT a déjà bouclé plusieurs transferts pour l'an prochain, celui de Rory Kockott, lui, semble très complexe.

A cinq mois de l'échéance de son contrat, le demi de mêlée de Castres Rory Kockott n'a toujours pas choisi son avenir: son transfert à Toulon semblait acquis mais, comme l'an dernier, le joueur est aujourd'hui en pleine interrogation. Le Sud-Africain de 27 ans, meilleur réalisateur du Top 14 la saison dernière devant Jonny Wilkinson avec 376 points contre 373, homme-clé du titre de champion de France et meilleur joueur de la saison 2012-2013, est très courtisé. L'an dernier, Toulon, le Racing-Métro et surtout Toulouse souhaitaient l'enrôler depuis qu'il avait déclaré en début d'année qu'il souhaitait quitter le Tarn. Mais au lendemain du titre, il avait finalement choisi d'aller au bout de son contrat.

Le feuilleton a repris quelques mois à peine après la reprise du Top 14. Kockott était alors annoncé au RC Toulon, avec qui il a signé cet automne un précontrat pour une durée de trois ans. Le Racing-Métro ayant lâché le dossier après avoir recruté le Gallois Mike Phillips, Castres est désormais le principal concurrent de Toulon. Le joueur a en effet reçu une proposition de prolongation, avec une revalorisation salariale conséquente. Il serait désormais disposé à rester mais l'indemnité pour casser le précontrat (de l'ordre de 300.000 à 400.000 euros) constitue un sérieux obstacle. Le club tarnais, qui a déjà consenti des efforts financiers pour augmenter son salaire et pour arracher l'ailier All Black Sitiveni Sivivatu à Clermont, étudie les possibilités.

Silence radio

Signe des enjeux en présence, le plus grand silence règne autour du cas Kockott. "Pour l'instant, nous avons décidé de ne plus communiquer à son sujet. On suit ce qui se dit ici et là", explique le manager castrais Matthias Rolland. "On ne vous dira rien", a lancé de son côté cette semaine aux journalistes le manager de Toulon, Bernard Laporte.

Dans une tentative pour assurer ses arrières et/ou pour mettre la pression sur le Castrais, le RCT a commencé à nouer des contacts avec d'autres demis de mêlée. Mais le Sud-Africain (1,80 m, 92 kg), réputé pour son stakhanovisme, reste un des meilleurs spécialistes du poste dans l'Hexagone. "C'est un demi de mêlée atypique, avec une dimension physique qui est un gros atout. Il me fait penser à Byron Kelleher (ancien demi de mêlée des All Blacks et de Toulouse, ndlr), il joue un peu dans le même registre sauf que lui, en plus, s'avère un très bon buteur", explique Matthias Rolland, qui jouait à ses côtés jusqu'à l'an dernier.

"Il est très pro dans son approche du rugby, il se prépare très bien et se montre toujours très exigeant avec lui-même. Sur le terrain, il est très précieux par toute l'activité qu'il déploie", ajoute l'ancien deuxième ligne.

Un avenir en Bleu ?

Ce cocktail inhabituel de qualités en fait un profil intéressant pour le XV de France... où évolue Rémi Tales, son partenaire de la charnière à Castres. Né à East London (Afrique du Sud), Kockott sera éligible avec les Bleus en juillet 2014. Selon la règle 8.1 de l'International board (IRB, organe suprême du jeu), un joueur est sélectionnable pour une équipe nationale s'il n'a pas joué pour une autre sélection nationale, s'il est né dans ce pays, qu'un de ses parents ou grand-parents y est né ou s'il a lui-même résidé 36 mois consécutifs sur le territoire.

Les entraîneurs du XV de France gardent un oeil sur lui et, dans cette perspective, le Castrais pourrait choisir de ne pas se mettre en danger à Toulon dans un environnement inconnu et hautement concurrentiel. Kockott, qui se dit souvent "Africain jusqu'à l'os", avait été contacté par l'encadrement des Springboks en juin dernier après les blessures de Hougaard et Vermaak, mais il était alors lui-même blessé. Les sollicitations pourraient bien revenir d'ici juillet, et il pourrait bien avoir un nouveau choix cornélien à prendre pour son avenir, à un an de la Coupe du monde 2015.