Top 14 - - Toulouse

Top 14, Stade toulousain - Timoci Matanavou: "A Grenoble, ça va être très dur..."

Heureux d'avoir honoré sa deuxième titularisation le week-end dernier contre Oyonnax, l'ailier toulousain, Timoci Matanavou, savoure son retour au premier plan après plusieurs mois gâchés par les blessures. Mais redoute particulièrement le déplacement de samedi à Grenoble, à plusieurs titres...

 
Matanavou: "Retrouver l'équipe fait du bien au moral" - Rugby - Top 14Icon Sport
 

Samedi dernier, vous avez retrouvé une place de titulaire, pour la deuxième fois seulement de la saison... On suppose que vous attendiez ce moment avec impatience !

Timoci MATANAVOU: Ah oui ! (il sourit largement) Comme je le dis toujours, on s'entraîne pour jouer des matchs, pour évoluer avec le groupe... Alors, c'est sûr que retrouver l'équipe fait du bien au moral. Les périodes internationales sont l'occasion pour les joueurs qui disposent de moins de temps de jeu de remontrer le bout de leur nez. Contre Oyonnax, le contenu n'était pas vraiment au rendez-vous... Mais retrouver l'équipe m'a fait un grand plaisir.

Votre début de saison a été perturbé par les pépins musculaires... Sont-ils définitivement derrière vous ?

T.M.: Oui, ça y est, j'en suis enfin débarrassé. Les tests que j'avais effectués avant notre départ à Hong-Kong m'ont totalement rassuré. Pourvu que cela continue !

En parlant de Hong-Kong, vous y avez inscrit votre premier essai de la saison, salué par un beau plongeon. Tout sauf anecdotique pour un joueur comme vous...

T.M.: C'était bien pour l'équipe, mais aussi tout bon pour moi. Quand on joue ailier, c'est pour marquer des essais. Et quand tu permets à l'équipe de gagner, même dans un match amical, la sensation est forcément décuplée. Cela aussi m'a fait du bien au moral.

On suppose que la météo promise pour le match de samedi à Grenoble a en revanche l'effet inverse...

T.M.: Contre Oyonnax, c'était dur. Et à Grenoble, je crains que cela soit encore plus dur ! (rires) La météo annonce de la pluie voire de la neige, le match va se dérouler en nocturne... Mais ne vous inquiétez pas, je ferai tout pour rester sur le terrain jusqu'au bout ! (rires)

Dans ce genre de climat, le rôle de l'ailier est forcément limité... Comment peut-on se montrer utile dans ces conditions ?

T.M.: Sur l'aile, quand on ne touche pas le ballon, on s'ennuie. Mais quand il fait froid, en plus, tu gèles ! Alors, plutôt que de rester les mains dans le short, il faut se débrouiller autrement pour faire aider l'équipe... Se mêler aux avants et faire des pick and go, comme Yoann Huget ! Seulement, dans ce genre de situation, il faut faire gaffe. Si par malheur tu fais tomber le ballon, tu ramasses le lundi lors de la séance vidéo (rires). Je peux le faire, mais cela n'est pas trop le style de jeu que je préfère. Je préfère intervenir un peu plus loin et jouer simple...

 - Midi Olympique@RugbyramaFR
 
 
 
À ne pas manquer
  • Abonnement

    Gérez votre abonnement ou abonnez-vous à Midi Olympique, le journal du rugby : voir toutes nos offres…

  • La chronique de Pierre Villepreux

    Ancien international français, il a également été entraîneur du XV de France et reste encore aujourd'hui un des personnages phare du rugby Français.

  • Toutes nos vidéos

    Retrouvez toutes nos vidéos de rugby…

Suivre Eurosport.com
 
Sur Facebook
 
Sur Twitter
 
Sur Mobile
iPhone | Android |